/sports/soccer
Navigation

MLS: bon 25e anniversaire!

MLS-SOC-SPO-INTER-MIAMI-CF-MEDIA-AVAILABILITY-&-TRAINING-SESSION
Photo AFP La Major League Soccer est en plein essor.

Coup d'oeil sur cet article

La MLS célèbre son 25e anniversaire cette année, et cette saison s’amorce sous le signe de l’harmonie et de la croissance.  

Le circuit Garber et le syndicat des joueurs ont signé un nouveau pacte de cinq, ans au début du mois, et les joueurs ont obtenu des gains fort intéressants en ce qui concerne leurs conditions de travail.      

C’est dans ce contexte que l’on peut parler de croissance puisque cette période de cinq ans verra les conditions s’améliorer et se professionnaliser encore plus, notamment par une hausse des salaires et par l’accroissement
important des vols nolisés.      

Ces améliorations devraient permettre aux équipes d’attirer de plus en plus de jeunes joueurs de talent. C’est ce que plusieurs équipes ont fait cet hiver, notamment l’Impact avec l’acquisition du jeune arrière central d’origine anglaise Luis Binks (18 ans).      

On parle aussi de croissance parce que la MLS, qui accueille Miami et Nashville dans ses cadres cette saison, va continuer de s’épanouir avec l’ajout d’Austin et de Charlotte l’an prochain, de même que St. Louis et Sacramento en 2022. La MLS comptera alors 30 équipes, une croissance phénoménale quand on sait que l’Impact était la 19e équipe du circuit en 2012.      

El Trafico  

Même si les Sounders de Seattle ont participé à la finale de la Coupe MLS à trois reprises au cours des quatre dernières années, l’emportant en 2016 et en 2019, on doit encore placer le Los Angeles FC au sommet de la liste des favoris.      

Carlos Vela est mortel avec le ballon et il est bien entouré. Il ne reste que des doutes sur la brigade défensive.      

Javier
Photo AFP
Javier "Chicharito" Hernandez

On parle d’« El Trafico » parce que le Galaxy de Los Angeles, l’ennemi situé à 30 minutes au sud, a lui aussi une proposition intéressante avec l’ajout de Chicharito.  

Les Rapids du Colorado seront en montée, de même que le Sporting de Kansas City.      

Cette association de l’Ouest offre des confrontations fort intéressantes et une potentielle lutte sans merci pour une place en séries éliminatoires.       

Métronome  

Depuis son entrée dans la MLS, l’Atlanta United FC est comme un métronome. Il garde le cap sans dévier de sa route et s’affiche toujours parmi les meneurs dans l’Est.      

Les choses ne seront pas différentes en 2020, le standard est maintenant connu.      

On peut dire la même chose du New York City FC, qui se renouvelle tout en demeurant constant.      

Attendez-vous à voir le Toronto FC remonter vers le sommet puisque l’équipe de la Ville Reine n’a pas de réelles faiblesses.      

On peut se demander si l’Union de Philadelphie, qui a connu la meilleure saison de son histoire en 2019, sera en mesure de maintenir le même niveau de jeu.      

Le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, dont le visage a passablement changé depuis l’arrivée de Bruce Arena, devrait faire le gain le plus important au classement.      

Deux chemins  

Quant aux équipes d’expansion, on semble préconiser deux chemins différents.      

À Miami, une ville très « bling-bling », on veut prendre la tangente Atlanta, LAFC et NYCFC en allongeant les billets pour être compétitif rapidement.      

David Beckham
Photo AFP
David Beckham

On peut comprendre l’équipe de David Beckham, considérant la nature profonde de Miami, une ville où il y a beaucoup de résidents de passage et où il est difficile, pour une équipe de sport professionnel, de s’établir.      

À Nashville, on s’inscrit dans la lignée de Minnesota et Cincinnati, qui se développent progressivement, voire plus modestement.      

Cette saison promet d’être très divertissante avec son lot de belles histoires et de rivalités intenses.      

Les prédictions de nos experts  

Carlos Vela
Photo AFP
Carlos Vela

Nos experts n’ont pas peur du ridicule, ils n’hésitent pas à se prononcer sur l’allure que prendra la saison dans la MLS. Ils y vont donc de leurs prédictions qui peuvent se réaliser ou devenir de lamentables échecs.  

Mais au-delà de l’envie d’avoir raison, c’est surtout par simple plaisir que chacun d’entre nous participe à l’exercice. C’est un exercice qui en est un d’humilité, mais aussi d’observation et de projection sur le long terme. N’hésitez pas à vous prêter au jeu. Vous retournerez voir vos prédictions à la fin de septembre afin de constater si vous étiez génial ou dans le champ.       

Tour d'horizon de l'Association de l’Est  

 

Atlanta United FC  

2019 : 2e | 58 pts | 18 V 12 D 4 N
Défaite en finale d’association  

Arrivées : George Campbell (D), Brooks Lennon (D), Anton Walkes (D), Fernando Meza (D), Edgar Castillo (D), Adam Jahn (A), Jake Mulraney (M), Matheus Rossetto (M), Manuel Castro     

Départs : Michael Parkhurst (D), Darlington Nagbe (M), Brandon Vazquez (A), Jose Hernandez (D), Justin Meram (M), Florentin Pogba (D), Mikey Ambrose (D), Brek Shea (D), Leandro Gonzalez Pirez (D), Julian Gressel (M), Hector Villalba (A)     

Depuis son arrivée en MLS, Atlanta a toujours su se maintenir au sommet de l’Association Est. Le roulement est toutefois plus important chez les joueurs cette année avec la perte de gros morceaux à toutes les positions, notamment Parkhurst, Gressel, Nagbe et Villalba. La défense en a pris pour son rhume avec les départs de Parkhurst et Gonzalez Pirez. La perte de Villalba sera plus facile à gérer, mais celle de Gressel pourrait être problématique.     

Fire de Chicago  

2019 : 8e | 42 pts | 10 V 12 D 12 N  

Arrivées : Alvaro Medran (M), Robert Beric (A), Connor Sparrow (G), Miguel Angel Navarro (D), Bobby Shuttleworth (G), Wyatt Omsberg (D) , Boris Sekulic (D), Ignacio Aliseda (M), Lukas Stojanovic (M), Gaston Gimenez (M)     

Départs : Bastian Schweinsteiger (M), Dax McCarty (M), Grant Lillard (D), Diego Campos (D), Stefan Cleveland (G), Nicolas Gaitan (M), Aleksandar Katai (M), David Ousted (G), Marcelo (D), Raheem Edwards (M)     

Le Fire part dans une nouvelle direction et ça coïncide avec le départ à la retraite de Bastian Schweinsteiger. Un autre gros morceau a quitté l’équipe : Dax McCarty. Quand on parle de nouvelle direction, on devrait plutôt dire une renaissance puisque l’équipe quitte le fond de la banlieue et Bridgeview pour le sud du centre-ville de Chicago, en élisant domicile au Soldier Field. Le moment est bien choisi pour relancer l’équipe.     

FC Cincinnati  

2019 : 12e | 24 pts | 6 V 22 D 6 N  

Arrivées : Haris Medunjanin (M), Zico Bailey (D), Saad Abdul-Salaam (D), Tom Peterson (D), Yuya Kubo (A), Bobby Edwards (G), Jurgen Locadia (A), Adrien Regattin (M), Siem de Jong (M), Rey Ortiz (M)     

Départs : Victor Ulloa (M), Justin Hoyte (D), Roland Lamah (M), Emmanuel Ledesma (M), Derrick Etienne Jr (M), Alvas Powell (D), Fanendo Adi (A), Jimmy Hague (G), Logan Gdula (D)     

C’est la deuxième saison de l’équipe, qui ne peut pas vraiment faire pire que l’an passé. Le Néerlandais Ran Jans a quitté le navire deux semaines avant le début de la saison, de sorte que c’est une fois de plus l’adjoint Yoann Damet qui va mener l’équipe en attendant l’embauche d’un troisième entraîneur en l’espace d’une année. Cette équipe doit améliorer son jeu défensif puisque 75 buts accordés, comme en 2019, c’est catastrophique.     

Crew de Columbus  

2019 : 10e | 38 pts | 10 V 16 D 8 N  

Arrivées : Darlington Nagbe (M), Axel Sjoberg (D), Matt Lampson (G), Vito Wormgoor (D), Lucas Zelarayan (M), Aidan Morris (M), Sebastian Berhalter (M), Fanendo Adi (A), Derrick Etienne Jr, Andrew Tarbell (G)     

Départs : David Accam (A), Alex Crognale (D), David Guzman (M), Edward Opoku (M), Eduardo Sosa (M), Ricardo Clark (M), Federico Higuain (M), Luis Argudo (M), Connor Maloney (D), Will Trapp (M)     

Le Crew est un peu passé sous le radar, tout au long de la saison 2019, mais cette équipe avait un joli potentiel, et on poursuit dans la même veine cette année. On peut se demander ce que fera l’équipe sans son métronome, Federico Higuain, mais pour dire la vérité, on l’a peu vu l’an passé, alors qu’il a raté une bonne partie de la saison en raison d’une blessure. Le Crew sera un rival à prendre très au sérieux.     

D.C. United  

2019 : 5e | 50 pts | 13 V 10 D 11N
Défaite en 1re ronde  

Arrivées : Yamil Asad (M), Moses Nyeman (M), Edison Flores (M), Kevin Paredes (M), Julian Gressel (M)     

Départs : Wayne Rooney (A), Antonio Bustamante (M), Marquinhos Pedroso (D), Leonardo Jara (D), Luciano Acosta (M), Quincy Amarikwa (A), Jalen Robinson (D), Gordon Wild (M), Lucas Rodriguez (M)     

Les lendemains risquent d’être difficiles dans la capitale américaine à la suite du départ de Wayne Rooney, qui est rentré en Angleterre après une saison et demie où il a connu du succès sur une base individuelle. L’équipe a toutefois dépensé en acquérant notamment Edison Flores. Mais est-ce que Yamil Asad et Julian Gressel sauront combler le trou laissé en milieu de terrain par le départ de Rooney ? C’est une bien grosse commande pour eux. Mais Gressel va certainement apporter un petit plus à l’aile.     

Inter Miami  

Expansion  

Arrivées : Matia Pelligrini (M), Julian Carranza (A), Christian Makoun (M), George Acosta (M), Victo Ulloa (M), Jay Chapman (M), Grant Lillard (D), Jerome Kiesewetter (A), Ben Sweat (D), Alvas Powell (D), Lee Nguyen (M), Luis Argudo (M), Mikey Ambrose (D), Luis Robles (G), A.J. deLaGarza (D), Juan Agudelo (A), Roman Torres (D), David Norman Jr (M), Nicolas Figal (D), Lewis Morgan (A), Will Trapp (M), Andres Reyes (D), Jairo Quinteros (D), Rodolfo Pizarro (M)     

Difficile de juger une équipe qui en est à sa première saison, mais la formation de David Beckham a de sérieuses aspirations, comme en témoignent ses acquisitions récentes, dont celle du milieu de terrain Rodolfo Pizarro, un Mexicain de seulement 25 ans au talent indéniable. Tout le sérieux repose sur l’embauche du directeur sportif Paul McDonough, l’homme derrière le succès instantané d’Atlanta. On mise sur un noyau de vétérans de la MLS et sur de jeunes Sud-Américains.     

Impact de Montréal  

2019 : 9e | 41 pts | 12 V 17 D 5 N  

Arrivées : Romell Quioto (M), Steeven Saba (M), Joel Waterman (D), Emanuel Maciel (M), Luis Binks (D)     

Départs : Nacho Piatti (M), Bacary Sagna (D), Daniel Lovitz (D), Victor Cabrera (D), Jason Beaulieu (G), Daniel Kinumbe (D), Ken Krolicki (M)     

L’Impact a perdu une bonne partie de son âme quand Nacho Piatti est rentré en Argentine. L’équipe n’a marqué que quatre buts en cinq matchs préparatoires. On se questionne donc sur la production offensive, qui ne fonctionnait pas l’an passé. Romell Quioto saura-t-il remplacer adéquatement Piatti à gauche ou s’agira-t-il d’un effort concerté avec Lassi Lappalainen ? Maxi Urruti retrouvera-t-il de la précision près du but ? Orji Okwonkwo poursuivra-t-il sur sa lancée qui lui a valu le titre de joueur de l’année de l’équipe en 2019 ? Et Bojan va-t-il éclore ? Ça fait beaucoup de questions. On s’en pose autant en ce qui concerne les gardiens. Qui d’Evan Bush ou de Clément Diop aura la confiance de Thierry Henry ?     

New York City FC  

2019 : 1er | 64 pts | 18 V 6 D 10 N
Défaite en demi-finale d’association  

Arrivées : Taylor Gray (D), Keaton Parks (M), Gedion Zelalem (M), Gudmundur Thorarinsson (D)     

Départs : Ben Sweat (D), Daniel Bedoya (M), Jeff Caldwell (G), Eric Miller (D), Abdi Mohamed (D), Ebenezer Ofori (M)     

Cette équipe pointe toujours dans les premières positions de l’Est, mais elle ne parvient pas à réellement s’illustrer en éliminatoires, et c’est sans doute une source de frustration pour la direction. C’est encore plus vrai après qu’on eut connu la meilleure saison de l’histoire du club en 2019, sans pour autant progresser en octobre. Sur papier, il y a une amélioration en ce qui concerne la profondeur. Cela se traduira-t-il par un plus long parcours automnal ? Pour ce qui est de la saison régulière, on peut encore s’attendre à voir NYCFC flirter avec le sommet. Et il reviendra au nouvel entraîneur-chef, Ronny Deila, de veiller à ce que ça fonctionne.     

Red Bulls de New York  

2019 : 6e | 48 pts | 14V 14 D 6 N
Défaite en 1re ronde  

Arrivées : Kendall McIntosh (G), Jared Stroud (M), Chris Lema (M), John Tolkin (D), Josh Sims (M), David Jensen (G), Mandela Egbo (D)     

Départs : Connor Lade (D), Luis Robles (G), Bradley Wright-Phillips (A), Vincent Bezecourt (M), Marcus Epps (M), Michael Murillo (D), Kemar Lawrence (D)     

Sans parler de renouveau, on peut dire que les choses changent, dans le New Jersey, avec les départs de quelques piliers comme Robles, Wright-Phillips, Lawrence et Lade. De tous ceux qui ont quitté l’organisation, c’est surtout de Robles que les Red Bulls risquent de s’ennuyer le plus, surtout que Wright-Phillips avait perdu son poste d’attaquant partant la saison dernière. Lawrence, parti en Belgique, sera aussi difficile à remplacer comme latéral gauche. Le problème, c’est qu’on n’a pas fait d’acquisitions significatives pour remplacer tout ce beau monde.     

Revolution de la Nouvelle-Angleterre  

2019 : 7e | 45 pts | 11 V 11 D 12 N
Défaite en 1re ronde  

Arrivées : Alex Buttner (D), Damian Rivera (M), Jeff Caldwell (G), Kelyn Rowe (M), Seth Sinovic (D), Adam Buksa (A), Henry Kessler (D)     

Départs : Jalil Anibaba (D), Juan Agudelo (A), Juan Fernando Caicedo (A), Edgar Castillo (D), Michael Macienne (D), Brian Wright (A), Cody Cropper (G), Zachary Herviaux (M)     

Première saison complète sous la direction du vénérable Bruce Arena. Déjà, après son arrivée en 2019, on a senti le vent tourner au sud de Boston et cette équipe a effectué une remontée remarquable au classement. On a épuré un peu l’effectif avec quelques ajouts bien ciblés et il ne serait pas du tout surprenant que les Revs luttent bien plus pour les premières positions que les dernières, comme ça a souvent été le cas depuis quelques années. Arena a enfin implanté une culture gagnante au Stade Gillette.     

Orlando City SC  

2019 : 11e | 37 pts | 9 V 15 D 10 N  

Arrivées : Andres Perea (M),
David Loera (M), Jordan Bender (D), Antonio Carlos (D), Daryl Dike (A), Junior Urso (M), Pedro Gallese (G), Joey DeZart (M)     

Départs : Danilo Acosta (D), Carlos Ascues (M), Shane O’Neill (D), Dillon Powers (M), Greg Ranjitsingh (G), Cristian Higuita (M), Will Johnson (M), Sacha Kljestan (M)     

Malgré les grandes aspirations de la direction et le soutien indéfectible de partisans loyaux, les Lions font du surplace depuis qu’ils ont joint la MLS et rien n’indique que la tendance va s’inverser cette année. Le milieu de terrain est largement changé et ailleurs, ce n’est pas nécessairement mieux. Il y a au moins Dom Dwyer qui peut rendre les choses intéressantes à l’attaque grâce à sa nature de petite peste. Mais peut-être que l’arrivée de l’entraîneur Oscar Pareja et des améliorations défensives vont permettre à Orlando de goûter aux séries éliminatoires pour la première fois.     

Union de Philadelphie  

2019 : 3e | 55 pts | 16 V 11 D 7 N
Défaite en demi-finale d’Association  

Arrivées : Cole Turner (M), Jack de Vries (M), Jose Andres Martinez (M), Matej Oravec (M), Jakob Glesnes (D)     

Départs : Auston Trusty (D), Fabinho (D), Marco Fabian (M), RJ Allen (D), Hari Medunjanin (M), Cory Burke (A)     

Philadelphie a pris un peu tout le monde par surprise, la saison dernière, en se faufilant dans le top 3 de l’Association de l’Est sans avoir de grande vedette pour réaliser la meilleure saison de l’histoire du club. Les attentes seront donc élevées en 2020, une saison qui s’inscrit dans la continuité, malgré quelques départs significatifs. Aurait-on enfin trouvé la bonne recette pour obtenir du succès sur les rives du Delaware ? Si l’Union parvient à maintenir son niveau de performance encore cette année, on pourra commencer à penser que oui. Dans l’entre-saison, on s’est surtout affairé à solidifier le milieu de terrain.     

Toronto FC  

2019 : 4e | 50 pts | 13 V 10 D 11N
Finaliste de la Coupe MLS  

Arrivées : Rocco Romeo (D), Jahkeele Marshall-Rutty (M), Jayden Nelson (M), Pablo Piatti (M), Achara (A)     

Départs : Jay Chapman (M), Drew Moor (D), Ashtone Morgan (D), Ryan Telfer (M), Jon Bakero (A), Nicolas Benezet (M)     

Toronto a mal amorcé sa saison, mais s’est drôlement bien relevé pour finir en force et finalement atteindre la finale de la Coupe MLS pour la troisième fois en quatre ans. Pas si mal pour une équipe qui n’était pas dans le portrait des séries au milieu de l’été. Toronto devrait connaître un meilleur départ cette saison, mais il y a un petit os. Michael Bradley ne sera pas de retour avant la fin du printemps, après avoir été opéré pour traiter une blessure à la cheville subie pendant les séries éliminatoires. Autrement, les Torontois n’ont pas de réelles faiblesses et devraient se battre au haut du classement.     

Tour d'horizon de l'Association de l’Ouest     

Rapids du Colorado  

2019 : 9e | 42 pts | 12 V 16 D 6 N  

Arrivées : Auston Trusty (D), Drew Moor (D), Nicolas Benezet (M), Younes Namil (M), Braian Galvan (M)    

Départs : Tim Howard (G), Kofi Opare (D), Tommy Smith (D), Axel Sjoberg (D)    

Malgré leur 9e position en 2019, les Rapids ont raté les éliminatoires par seulement six points. L’équipe a été améliorée pendant l’entre-saison de sorte qu’elle peut désormais prétendre à une place dans le tournoi automnal. Ce qui va permettre aux Rapids de se démarquer, c’est une attaque dynamique qui inscrit des buts à bonne cadence et cette attaque s’est bonifiée avec l’ajout de Namil et Benezet qui vont certainement contribuer à alimenter Kei Kamara, un métronome quand il s’agit de marquer des buts. On peut toutefois se questionner sur les qualités défensives des Rapids, ce qui pourrait être sa faiblesse.    

FC Dallas  

2019 : 7e | 48 pts | 13 V 12 D 9 N
Défaite en 1re ronde  

Arrivées : Fafa Picault (A), Thiago Santos (M), Eddie Munjoma (D), Franco Jara (A)    

Départs : Eric Alexander (M), Dominique Badji (A), Pablo Aranguiz (M), Jacori Hayes (M), Cristian Colman (A)    

À sa première saison à la barre du FC Dallas, Luchi Gonzalez a accompli de belles choses et est venu près d’aller plus loin en éliminatoires, forçant Seattle à jouer en prolongation dès la première ronde dans un match des plus fous. La force de Dallas est sa capacité à développer des jeunes joueurs au sein de son académie pour ensuite les intégrer à l’équipe professionnelle, et Gonzalez a poursuivi cette tradition. Pendant l’hiver, on a aussi ajouté des vétérans, notamment en attaque, ce qui devrait donner un cran de plus à cette formation qui connaît rarement de très mauvaises saisons. Qui plus est, on reste dans la continuité d’une saison qui s’est terminée en force.    

Dynamo de Houston  

2019 : 10e | 40 pts | 12 V 18 D 4 N  

Arrivées : Darwin Quintero (A), Zarek Valentin (D), Victor Cabrera (D), Marko Maric (G), Cody Cropper (G), Kyle Adams (D)    

Départs : DeMarcus Beasley (D), Marlon Hairston (M), Joe Willis (G), Romell Quioto (M), Tyler Deric (G), A.J. DeLaGarza (D), Kevin Garcia (D)    

Après presque une dizaine d’années à la barre de l’équipe nationale américaine des moins de 20 ans, avec laquelle il a connu beaucoup de succès, Tab Ramos fait son entrée dans la MLS et la pression sur ses épaules est palpable. On peut comprendre, le Dynamo a raté les éliminatoires lors de cinq des six dernières saisons et vivote un peu même s’il a connu beaucoup de succès dans la première moitié de la décennie 2010. L’arrivée de Darwin Quintero va certainement stimuler l’attaque. Par contre, l’équipe a perdu son gardien des deux dernières saisons, Joe Willis, échangé à Nashville. Bref, cette équipe va marquer des buts, mais elle risque aussi d’en accorder pas mal.    

Sporting Kansas City  

2019 : 11e | 38 pts | 10 V 16 D 8 N  

Arrivées : Richard Sanchez (G), Roberto Puncec (D), Winston Reid (D), Khiry Shelton (A), Alan Pulido (A), Amadou Dia (D), Gadin Kinda (M), Winston Reid (D), John Pulskamp (G)    

Départs : Jimmy Medranda (M), Adrian Zendejas (G), Seth Sinovic (D), Benny Feilhaber (M), Gedion Zelalem (M), Krisztian Nemeth (A), Nicolas Hasler (D), Rodney Wallace (D)    

On peut parler d’annus horribilis pour Kansas City en 2019 avec une 11e place qui a écarté le Sporting des éliminatoires pour la première fois depuis 2010. Mais ça risque de n’être qu’une anomalie. Habitué à bâtir des équipes sur des bases financières modestes, KC a ouvert le chéquier pour acquérir le meilleur marqueur de la ligue mexicaine, Alan Pulido. Roberto Puncec et Winston Reid s’ajoutent à l’unité défensive. Cette équipe sera donc bien plus intéressante et dangereuse que l’an passé.    

Los Angeles FC  

2019 : 1er | 72 pts | 21 V 4 D 9 N
Défaite en finale d’Association  

Arrivées : Danny Musovksi (A), Francisco Ginella (M), Jose Cifuentes (M), Kenneth Vermeer (G), Bryce Duke (M), Bradley Wright-Phillips (A)    

Départs : Lee Nguyen (M), Phillip Ejimadu (G), Javi Perez (M), Steven Beitashour (D), Tyler Miller (G), Rodolfo Zelaya (A), Josh Perez (M), Walker Zimmerman (D)    

L’équipe de Bob Bradley a réalisé la meilleure saison de l’histoire de la MLS en 2019, mais a ensuite échoué dans sa quête de remporter la coupe MLS. L'équipe semble être tout aussi puissante que la saison dernière malgré quelques changements. Le milieu de terrain Carlos Vela devrait continuer de terroriser les défenses adverses. De plus, l'expérimenté gardien néerlandais Kenneth Vermeer a été embauché. La grande question est de savoir si le départ de l’arrière Walker Zimmerman sera dommageable pour l’équipe.    

Galaxy de Los Angeles  

2019 : 5e | 51 pts | 16 V 15 D 3 N
Défaite en demi-finale d’Association  

Arrivées : Sacha Kljestan (M),
Aleksandar Katai (M), Emiliano Insua (D), Danilo Acosta (D), Eric Lopez (G), Javier Chicharito Hernandez (A), Nick DePuy (D), Cameron Dubar (M), Jonathan Perez (M)    

Départs : Zlatan Ibrahimovic (A), Chris Pontius (M), Favio Alvarez (M), Tomas Hilliard-Arce (D),
Junonho (M), Matt Lampson (G), Joao Pedro (M), Uriel Antuna (M), Romain Alessandrini (M)    

Le Galaxy a vu quelques gros noms partir, dont Zlatan Ibrahimovic et Romain Alessandrini. Puisque Zlatan prenait pratiquement toute la place, la saison 2020 sera une belle occasion pour d’autres joueurs de s'illustrer. Le Galaxy peut compter sur Chicharito. Il ne faut pas non plus oublier la grande qualité de Cristian Pavon et Jonathan dos Santos, qui étaient dans l’ombre d'Ibrahimovic. Si on ajoute l’arrivée de Katai, on a une équipe qui va marquer des buts à profusion.    

Minnesota United FC  

2019 : 4e | 53 pts | 15 V 11 D 8 N
Défaite en 1re ronde   

Arrivées : Marlon Hairston (M), Gregory Ranjitsingh (G), Tyler Miller (G), James Musa (M), Jacori Hayes (M), Luis Amarilla (A), Raheem Edwards (M), Aaron Schoenfeld (A), Jose Aja (D)    

Départs : Darwin Quintero (A), Abu Danladi (A), Vito Mannone (G), Angelo Rodriguez (A), Wyatt Omsberg (D)    

Cette équipe progresse bien et malgré le départ de Quintero, c’est d’abord le jeu défensif qui distingue le Minnesota et, bonne nouvelle, toutes les pièces importantes sont de retour. De plus, on est allé chercher le gardien Tyler Miller, qui était l’homme de confiance lors des deux premières saisons de LAFC. Pas de problème sur le plan défensif donc, mais en attaque, c’est un peu plus problématique. Cette équipe accorde peu de buts et c’est une bonne chose parce qu’elle n’en marque pas beaucoup non plus. Ça ne risque pas de changer cette saison.     

Nashville SC  

Expansion  

Arrivées : David Accam (A), Anibal Godoy (M), Hany Mukthar (M), Randall Leal (M), Dax McCarty (M), Abu Danladi (M), jalil Anibaba (D), Jimmy Medrandra (M), Joe Willis (G), Adrian Zendejas (G), Daniel Lovitz (D), Eric Miller (D), Dominique Badji (A)    

Cette équipe priorise la défensive dans la construction de sa première cuvée. Ainsi, l’acquisition de Walker Zimmerman est énorme pour construire une unité défensive. On peut dire la même chose de l'expérimenté milieu de terrain Dax McCarty, qui va contribuer à solidifier le jeu défensif d’un groupe qui possède déjà une belle expérience de la MLS. L’os, c’est qu’en priorisant la défensive, l’offensive est un peu négligée et cette équipe risque de ne pas compter beaucoup de buts à sa saison inaugurale.    

Timbers de Portland  

2019 : 6e | 49 pts | 14 V 13 D 7 N
Défaite en 1re ronde  

Arrivées : Dario Zuparic (D), Yimmi Chara (M), Blake Bodily (M), Jaroslaw Niezgoda (A), Felipe Mora (A),     

Départs : Brian Fernandez (A), Zarek Valentin (D), Kendall McIntosh (G), Modou Jadama (D), Foster Langsdorf (A), Claude Dielna (D)    

À Portland, on veut compter des buts et c’est avec cet objectif en tête qu’on a embauché Jaroslaw Niezgoda et Felipe Mora. Adjoints à Diego Valeri, ceux-ci risquent de rendre les Timbers beaucoup plus mordants dans le dernier tiers adverse. On a aussi ajouté un autre Chara, Yimmi, le frère de Diego. Yimmi va dynamiser l’aile par ses qualités en duel. On a donc choisi d’ajouter de la profondeur à une équipe qui ne change finalement pas beaucoup, mais qui sera plus percutante en attaque.    

Real Salt Lake  

2019 : 3e | 53 pts | 16 V 13 D 5 N
Défaite en demi-finale d’Association  

Arrivées : Maikel Chang (M), Alvin Jones (D), Zack MacMath (G), Milan Iloski (A), Ashtone Morgan (D), Jeizon Ramirez (A), Chris Garcia (M), Justin Meram (M)    

Départs : Tony Beltran (D), Nick Rimando (G), Jordan Allen (M), Alex Howarth (G), Danilo Acosta (D), Joao Plata (M), Kelyn Rowe (M), Sebastian Saucedo (M), Brooks Lennon (D)    

Freddy Juarez a pris la relève de Mike Petke avec brio la saison dernière, menant Salt Lake en éliminatoires. Mais son plus gros défi, il l’affronte cette saison alors qu’il doit trouver un remplaçant de qualité à Nick Rimando, le meilleur gardien de l’histoire de la MLS, qui a pris sa retraite. On espère que Zac MacMath sache rebondir, lui qui s’est fait voler le poste de partant par Maxime Crépeau chez les Whitecaps l’an passé et qui n’est plus un partant régulier depuis 2016, alors il y aura d’autres options.    

Earthquakes de San Jose  

2019 : 8e | 44 pts | 13 V 16 D 5 N  

Arrivées : Casey Walls (D), Emmanuel Ochoa (G), Tanner Beason (D), Oswaldo Alanis (D)    

Départs : Francois Affolter (D), Jimmy Ockford (D), Kevin Partida (D), Harold Cummings (D), Anibal Godoy (M)    

Sous la direction de Matias Almeyda pour une seconde saison, les Quakes seront en quête de constance, ce qu’ils n’ont pas su trouver en 2019. San Jose a choisi de faire peu de changements à une équipe qui propose un jeu rapide et excitant. Le succès de l’opération va résider dans la capacité des joueurs à exécuter le système d’Almeyda sur une base régulière. Mais voilà, en choisissant la continuité, on ramène une équipe travaillante, mais un peu déficitaire sur le plan du talent lorsque comparée aux autres formations qui aspirent à une place en matchs éliminatoires dans l’Ouest.    

Sounders de Seattle  

2019 : 2e | 56 pts | 16 V 10 D 9 N
Champions de la Coupe MLS  

Arrivées : Stefan Cleveland (G), Shane O’Neill (D), Joao Paulo (M), Yeimar Gomez Andrade (D), Miguel Ibarra (M)    

Départs : Bryan Meredith (G), Jonathan Campbell (D), Saad Abdul-Salaam (D), Roman Torres (D), Victor Rodriguez (M), Alex Roldan (M), Luis Silva (M), Kim Kee-hee (D), Brad Smith (D)    

Champions de la Coupe MLS en novembre, les Sounders ont eu peu de temps pour se reposer et amorcent la saison avec la Ligue des champions, ce qui est souvent essoufflant pour les équipes qui ont atteint la finale. La question est de savoir si la troupe de Brian Schmetzer a l’essence nécessaire dans le réservoir pour affronter un début de saison touffu en matchs. Les principaux changements se sont opérés sur le plan défensif avec les départs de Roman Torres et Kim Kee-hee, mais il y a eu des embauches pour compenser.     

Whitecaps de Vancouver  

2019 : 12e | 34 pts | 8 V 16 D 10 N  

Arrivées : Lucas Cavallini (A), Ryan Raposo (M), Cristian Gutierrez (D), Cristian Dajome (M), Leonard Owusu (M), David Milinkovic (M), Bryan Meredith (G), Ranko Veselinovic (D)    

Départs : Brendan McDonough (D), Scott Sutter (D), Lass Bangoura (M), Joaquin Ardaiz (A), Doneil Henry (D), Victor Giro (M), Zac McMath (G), Michaell Chirinos (M), David Norman Jr (M), Jon Erice (M)    

Cette équipe a fait son chemin de croix l’an passé, à l’an un du règne du Montréalais Marc Dos Santos, mais c’était un passage nécessaire. Les Caps ont pris les grands moyens en effectuant le plus important transfert de leur histoire pour acquérir l’attaquant canadien Lucas Cavallini pour une somme estimée à 6 millions $. On a surtout investi dans l’attaque parce que cette équipe n’était pas très excitante sur ce plan depuis quelques années. On espère que le jeune Maxime Crépeau consolide sa position de gardien partant, lui qui a été l’un des rares éléments positifs l’an passé.