/lifestyle/family
Navigation

Des cochons d’Inde divertissants

JM 0301 Animaux
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le bédéiste Tristan Demers nous présente Huguette et Ginette, les deux cochons d’Inde de la famille, divertissants à souhait, comme deux personnages de BD.

1. Parlez-nous de vos deux cochons d’Inde.

Ce sont deux femelles, Huguette et Ginette. Huguette, c’est la plus foncée et Ginette, c’est la rousse. Elle est arrivée récemment, pour remplacer Jocelyne, notre autre cochon d’Inde, qui est morte à la suite d’une pneumonie. Huguette couinait beaucoup et cherchait Jocelyne. Elle s’ennuyait d’elle. C’est social, ces petites bêtes-là ! Huguette et Ginette sont adultes et assez grosses merci. Deux grosses « ma tante », comme dans Les belles sœurs de Michel Tremblay !

2. Comment décrire en quelques phrases la « personnalité » de vos deux cochons d’Inde ?

Léonie, ma plus jeune, le sait probablement plus que moi. Ce que je peux dire, c’est qu’Huguette et Ginette sont divertissantes. Elles sont attachantes. Je trouve ça bien drôle de les voir manger. Elles sont gourmandes et enjouées. Chose certaine, elles sont contentes de nous voir le matin. Ensemble, elles ont l’air d’avoir beaucoup de plaisir ! Elles peuvent passer des heures entières blotties sur nous, à se faire flatter pendant qu’on regarde un film. C’est apaisant de les flatter. Pas mal plus apaisant qu’une boule antistress ! (Rires) 

3. Pourquoi des noms d’humain comme Huguette et Ginette ?

C’est ma fille qui a en décidé ainsi. Je pense qu’elle trouve ça drôle. Jocelyne, notre premier cochon d’Inde, a été nommée ainsi en l’honneur d’un personnage qu’elle aimait bien dans une émission jeunesse.

4. Racontez-nous un fait cocasse, inusité ou particulier, concernant un de vos cochons d’Inde.

À la suite de l’euthanasie de Jocelyne, nous avons reçu une carte du vétérinaire, que nous avons placée à vue : « Toutes nos condoléances pour le décès de Jocelyne ». Tout le monde pense que c’est une de mes tantes qui est morte. Ça fait sourire quand on donne des noms d’humains aux animaux, car cela peut porter à confusion.

5. Qu’auriez-vous aimé savoir avant d’obtenir ces animaux ?

Je vais être honnête. J’avais un préjugé envers les cochons d’Inde avant d’avoir les deux premiers. Je trouvais ça niaiseux, insignifiant. Je me disais : « Ça va puer ! » Je me suis trompé. Finalement, ce n’est pas très odorant si on change la cage régulièrement. C’est un animal interactif et très attachant. Ça couine. Ça émet des petits sons. Ils sont très sociaux. Et aussi bien rigolos ; ils ont une drôle de bouille. 

6. Qui s’en occupe le plus ?

La cage est dans la chambre de ma plus jeune. Elle s’en occupe vraiment bien. Elle nettoie la cage tous les samedis. Elle leur fait la lecture du soir. Elle lit des BD avec les deux cochons d’Inde sur elle.

À propos de Tristan

  • Dessinateur, auteur et bédéiste, il a récemment publié un nouvel album de la série des aventures de Gargouille, L’affaire des chiens mutants, aux éditions Michel Quintin ;
  • Et un nouveau livre, Créatifs et complices : 52 rendez-vous parent-enfant (édition la semaine), dans lequel il offre plein d’idées d’activités créatives à faire en famille ;
  • On peut le voir bricoler et dessiner dans les émissions Bam, sur Yoopa, et Dessinatruc ! sur les ondes de Radio-Canada.