/weekend
Navigation

Catherine Trudeau : Le plaisir de découvrir de nouvelles voix

Catherine Trudeau
Photo Chantal Poirier Catherine Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Ambassadrice de la catégorie Jeunesse du Prix des libraires, l’actrice et animatrice Catherine Trudeau nous parle des livres pour jeunes et moins jeunes qui l’ont emballée. 

Lorsque vous entrez dans une librairie, vers quel rayon vous dirigez-vous automatiquement ? 

Habituellement, les nouveautés m’attirent d’abord. Je suis toujours curieuse de découvrir de nouvelles voix ou les nouveaux romans des auteurs que j’aime. La section jeunesse est aussi un incontournable pour moi.  

Quels sont les derniers livres que vous y avez achetés ?  

Il s’agit de recueils de poésie ; ceux de Baron Marc-André Lévesque, Elkahna Talbi et Daniel Leblanc-Poirier. Tous trois sont des poètes québécois que j’aime beaucoup et cette année, c’est de la poésie que j’ai offert à ma famille pour Noël. De manière générale, les gens craignent la poésie parce qu’ils ont peur de ne pas comprendre. Il faut se laisser transporter simplement et y trouver notre propre interprétation. Ces trois poètes ont leur style propre, de belles découvertes.  

Cette année encore, vous avez été l’ambassadrice de la catégorie Jeunesse du Prix des libraires. Quels ont été vos principaux coups de cœur ?  

 

Catherine Trudeau
Photo courtoisie
  • Les étoiles de Jacques Goldstyn. Véritable hymne à l’enfance, à l’amitié. Une histoire guidée par la candeur de l’enfance qui nous rend aveugles à la différence. Poésie, délicatesse, apprentissage au rendez-vous.   
Catherine Trudeau
Photo courtoisie
  • Le fermier amoureux de Pim Lammers, illustré par Milja Praagman. Une manière différente de présenter la brume amoureuse, de mettre en lumière deux personnes qui s’aiment. Ici ce sont deux hommes. L’homo-sexualité n’est pas appuyée, elle est présentée simplement, comme ça devrait toujours l’être.   
Catherine Trudeau
Photo courtoisie
  • À qui la frite ? de Chloé Varin, illustré par France Cormier. Une fable sur l’envie, sur l’herbe plus verte ailleurs... mais l’est-elle vraiment ? L’auteure manie les mots avec intelligence et humour et offre aux petits une réflexion déguisée en histoire hyper bien menée.   
Catherine Trudeau
Photo courtoisie
  • Peigner le feu de Jean-Christophe Réhel. Un recueil de poésie qui s’adresse aux 11 ans et plus. Il y est question de l’anxiété et des craintes associées à l’entrée au secondaire. C’est un récit prenant, sensible, admirablement mené par Réhel, un auteur d’exception.   

Est-ce qu’il y a un autre livre jeunesse que vous aimeriez nous faire découvrir ? 

Catherine Trudeau
Photo courtoisie

Amour de Matt de la Peña et Loren Long. C’est un album jeunesse, mais qui s’adresse à tous les lecteurs. Il y est question de l’héritage du regard bienveillant que l’on porte sur notre entourage et que ce regard, cet amour, ces attentions réunies sont un bagage essentiel pour avancer dans la vie. C’est un magnifique album qui éveille la conscience au fait que l’amour est dans tous les petits gestes.  

Et du côté des adultes, y a-t-il des romans que vous avez particulièrement aimés au cours de ces dernières années ?  

Catherine Trudeau
Photo courtoisie
  • Miss Islande d’Audur Ava Olafsdottir. Premier coup de cœur littéraire de cette nouvelle décennie ! Une auteure islandaise que j’adore, qui raconte l’histoire d’une jeune auteure au prénom de volcan, à une époque où créer pour une femme relève de l’exploit. Un délicat et puissant roman tout à la fois.  
Catherine Trudeau
Photo courtoisie
  • Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson. Il ne s’agit pas d’un roman, mais d’un récit sous forme d’essai. L’auteur passe six mois dans une cabane aux abords du lac Baïkal en Sibérie. Il apprivoise la solitude, réfléchit sur les beautés de la nature, vit dans la simplicité, accueille la lenteur. Belle réflexion sur le temps qui passe, la puissance du silence, les vertus du retour à soi.   
Catherine Trudeau
Photo courtoisie
  • Avec toutes mes sympathies d’Olivia de Lamberterie. Témoignage poignant et tendre de la journaliste française qui revient sur le suicide de son frère. Une vue de l’intérieur de ceux qui vivent auprès de personnes atteintes de maladie mentale.   
Catherine Trudeau
Photo courtoisie
  • Autopsie d’une femme plate de Marie-Renée Lavoie. Roman qui m’a ravie ! Comme tous les autres de cette auteure, d’ailleurs. Elle arrive à dépeindre l’inusité de l’ordinaire, les émotions contrastées qui nous habitent parfois dans la même minute. J’ai hâte de trouver le temps de lire son tout dernier, Diane demande un recomptage, qui est la suite de celui-ci.   

De tous les livres que vous avez lus, quel serait celui que vous souhaiteriez pouvoir un jour relire ?  

Il y en a tant ! J’ai fait des études littéraires, alors j’ai lu beaucoup de romans avec un souci d’y repérer les procédés d’écriture, pas tant pour le plaisir. J’aimerais donc en relire sans cette pression liée aux études. Sinon, je me suis promis d’un jour lire les Chroniques du Plateau-Mont-Royal de Michel Tremblay dans l’ordre. J’ai lu certains titres, mais pas tous.