/news/society
Navigation

Plaisirs d'hiver sur Dorchester

1881-82

Rue Dorchester, Montréal – Club Saint-James de l’autre côté du portique. Vers 1881-1882.
Photo Bibliothèque et Archives Canada, Arthur Elliot. MIKAN-3017364. Rue Dorchester, Montréal – Club Saint-James de l’autre côté du portique. Vers 1881-1882.

Coup d'oeil sur cet article

  

Aujourd'hui
Photo Ben Pelosse
Aujourd'hui

  

Jeux et livres d’enfants    

Rue Dorchester, Montréal – Club Saint-James de l’autre côté du portique. Vers 1881-1882.
Photo Bibliothèque et Archives Canada, Arthur Elliot. MIKAN-3017364.

Dans un joyeux tintamarre qui semble embêter un piéton, ces enfants glissent sur la neige avec allégresse. Cette peinture remarquable d’Arthur Elliot montre la rue Dorchester (René-Lévesque), entre University (Robert-Bourassa) et Union, à l’hiver 1881-82. Les hautes colonnes marquent la présence de l’ancien Burnside Hall, qui fut longtemps occupé par la principale école secondaire anglophone à Montréal. Le High School ayant quitté les lieux, l’Institut Fraser achète l’édifice en 1882. Le rêve du défunt Hugh Fraser est enfin réalisé : une première bibliothèque publique anglophone y ouvre ses portes en 1885, donnant « libre accès aux livres, objets et sujets scientifiques et œuvres d’art ». En 1929, la première section dédiée aux enfants à Montréal y est inaugurée par Pierre de Crèvecoeur. L’Institut Fraser fait ainsi découvrir mille et une histoires aux petits. À la démolition de l’édifice sur Dorchester vers 1957, la bibliothèque rebaptisée Fraser-Hickson déménage à Notre-Dame-de-Grâce. Elle y est toujours active, mais sous la forme d’une microbibliothèque.    

Le « St. James » : un club prestigieux    

Rue Dorchester, Montréal – Club Saint-James de l’autre côté du portique. Vers 1881-1882.
Photo Bibliothèque et Archives Canada, Arthur Elliot. MIKAN-3017364.

Derrière les colonnes, une fenêtre du très sélect Club Saint-James est visible. C’est en 1857 que ce club privé est fondé sur St. James (Saint-Jacques) : la rue où l’on brasse les grosses affaires à Montréal. En 1864, l’association déménage « en banlieue » dans une belle demeure sur Dorchester, à l’intersection d’University, juste à côté du domaine de l’un de ses imminents fondateurs, Harrison Stephens. Bientôt, on y accueille de fringants militaires britanniques, qui, désinvoltes, ne payent pas toujours leur note ! Amateurs de glissade, patin et raquettes, ces jeunes hommes, comme le lieutenant-colonel Garnet Wolseley, ne s’ennuient pas à Montréal. Leur seul problème est de rester célibataires ! Un bon nombre de soldats tombés amoureux de pétillantes Montréalaises doivent être renvoyés à la maison pour éviter un mariage imprudent. Comme pour la bibliothèque Fraser-Hickson, le Club Saint-James doit quitter son quartier général au même moment. Depuis 1962, il est installé au 1145, rue Union, de l’autre côté de la rue.    

L’église « St. Paul of Scotland »    

Rue Dorchester, Montréal – Club Saint-James de l’autre côté du portique. Vers 1881-1882.
Photo Bibliothèque et Archives Canada, Arthur Elliot. MIKAN-3017364.

Si vous avez déjà vu le clocher de cette église ailleurs à Montréal, vous n’avez pas la berlue ! Cette église presbytérienne construite en 1867 par Lawford & Nelson a connu une histoire bien rocambolesque. Au début des années 1930, le lieu de culte est démonté, déménagé et reconstruit pierre par pierre pour servir de chapelle au collège Saint-Laurent. Quasiment intacte hormis pour les aiguillons de son clocher, l’église accueille aujourd’hui le Musée des maîtres et artisans du Québec, situé au 615, avenue Sainte-Croix, à ville Saint-Laurent. Ce grand chambardement a été causé par la construction des tunnels d’accès pour la gare Centrale. D’autres aménagements vont modifier profondément ce secteur. Lors du projet de l’élargissement de Dorchester, dès 1955, les expropriations et démolitions successives permettent la construction de gratte-ciel, dont la Place Ville Marie et Le Reine Elizabeth. Si Arthur Elliot se promenait sur le boulevard aujourd’hui, il aurait sûrement bien du mal à reconnaître l’endroit !