/sports/football/alouettes
Navigation

Retour au travail pour les cheerleaders des Alouettes

Retour au travail pour les cheerleaders des Alouettes
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-BRUNO-DE-MONTARVILLE - L’équipe de meneuses de claque des Alouettes de Montréal a vécu des émotions en montagne russe au cours des dernières semaines, mais c’est tout sourire qu’Annie Larouche et sa troupe ont entamé leur saison, samedi, avec le camp de sélection au complexe sportif Flames Cheerleading, à Saint-Bruno-de-Montarville.  

• À lire aussi: Cheerleaders des Alouettes : un homme entre dans la danse 

«On m’a appris la nouvelle [la fin de la collaboration avec les Alouettes]. J’ai été très rationnelle, je comprenais le côté business, mais j’avais le cœur brisé, c’est certain, a expliqué Larouche, directrice de l’équipe de cheerleaders. Quand on est revenu et qu’on m’a dit : "l’équipe revient". Encore une fois, je ne voulais pas exploser de bonheur. J’étais contente, j’ai essayé de me contenir. Là, on est en mode opérationnel.»  

Retour au travail pour les cheerleaders des Alouettes
Joël Lemay / Agence QMI

«Je me sens soulagée de voir que les gens sont là, a lancé Nadine Morel, qui en sera à sa 15e saison avec l’équipe. Les gens sont venus aux auditions. Les gens sont contents. C’est vraiment du soulagement et de l’excitation.»  

Retour au travail pour les cheerleaders des Alouettes
Joël Lemay / Agence QMI

Au début du mois de février, l’organisation des Moineaux a décidé de rompre ses liens avec les meneuses de claque pour des raisons financières. Quelques jours plus tard, elle se ravisait et réintégrait l’équipe à ses activités. Cette nouvelle chance viendra avec un certain lot de concessions de la part des cheerleaders, principalement au niveau du nombre d’athlètes. Le groupe, qui était composé de 32 membres l’année dernière, en comptera maintenant 24.  

«Au niveau danse, c’est assez uniforme. Tout le monde fait la même chose, tandis que du côté stunt (acrobatique), il y a des positions. C’est sûr qu’on va être obligé de couper. Ce qui est difficile, c’est qu’il y a énormément de talent. J’ai regardé et je pourrais avoir huit voltiges, mais je vais en prendre quatre ou cinq. Ça ne veut pas dire que les autres n’ont pas de talent. Il faut se réajuster un peu.»  

Retour au travail pour les cheerleaders des Alouettes
Joël Lemay / Agence QMI

  

Retour au travail pour les cheerleaders des Alouettes
Joël Lemay / Agence QMI

Un appui inconditionnel  

S’il y a un point positif qui est ressorti lorsque leur avenir était compromis, c’est le soutien des amateurs dont bénéficient les cheerleaders. Une pétition a entre autres circulé sur internet et elle a récolté plusieurs milliers de signatures.  

«Il y a eu la pétition, mais ce n’était pas juste ça. On recevait des messages de partout. Les gens comprenaient la situation et ce n’était jamais malsain, ce n’était pas dirigé envers l’organisation, s’est réjouie Morel. Ils étaient déçus qu’on ne puisse plus faire partie de cette famille-là. De recevoir ces commentaires-là et de ne pas juste [se faire] dire "c’est plate", mais aussi "Est-ce qu’on peut vous aider? Qu’est-ce qu’on peut faire?", c’est ça que je trouve qui était merveilleux.»  

Retour au travail pour les cheerleaders des Alouettes
Joël Lemay / Agence QMI

  

Retour au travail pour les cheerleaders des Alouettes
Joël Lemay / Agence QMI

«C’est là qu’on réalise que nos fans sont importants. C’est les fans qui ont fait une différence, a ajouté Larouche. Ça veut dire qu’ils nous aiment et qu’ils aiment ce qu’on fait. C’est une belle dose d’amour et une belle preuve de confiance.»  

Les Alouettes disputeront leur premier match de saison régulière à domicile lors de la quatrième semaine d’activités de la Ligue canadienne de football, le 2 juillet.