/misc
Navigation

Est-ce le bon moment pour investir en Bourse?

0303-Dvp
Illustration Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Février a été pénible pour les investisseurs. Le principal indice de la Bourse de Toronto (S&P/TSX) a lâché 6,09 % de sa valeur. Quant au marché américain (S&P 500), il s’est dégonflé de 8,4 %. 

Ces pertes ont été enregistrées en une seule semaine. Des reculs aussi importants en quelques jours à peine ne surviennent pas sans l’aide d’un petit vent de panique. 

 Il faut dire que la presse économique excelle dans l’art de nourrir les émotions. Elle n’a pas manqué de nous faire peur en évoquant le traumatisme de 2008. Heureusement qu’il y a un week-end pour calmer les esprits.  

Alors, qu’est-ce qu’on fait ? 

Est-ce le temps d’acheter des actions et des parts de fonds de placement ?  

C’est un meilleur moment qu’un mois auparavant, cela ne fait pas de doute. De là à dire que la Bourse est repartie sur une lancée... voilà un pas qu’on n’oserait pas franchir. 

Il y a tout de même un moment que des investisseurs attendaient cette correction pour se remettre à magasiner. Déjà hier, les marchés semblaient vouloir rebondir, ce qui ne veut pas dire que nous soyons pour autant sortis de la zone de turbulence. La moindre mauvaise nouvelle est susceptible de nous replonger dans des émotions négatives. 

La question n’est pas de savoir si on peut faire de l’argent en investissant maintenant à la Bourse (la réponse est « oui »). Il faut surtout se demander si on a les nerfs assez solides pour encaisser des pertes avant de voir apparaître les profits.  

L’approche progressive  

On ne sait pas où se trouve le creux, c’est-à-dire le point jusqu’où descendra la Bourse avant de repartir sur une tendance haussière. Est-il derrière ? Devant ? Personne ne le sait, et mieux vaut ne pas essayer de le deviner.  

Dans l’environnement actuel, l’idéal consiste sans doute à investir de façon progressive, c’est-à-dire acheter petit à petit des actions ou des parts de fonds de placement, sur une période de quelques semaines ou même de quelques mois.  

On ne peut dire si cela s’avérera l’approche optimale du point de vue financier, mais c’est assurément celle qui jouera le moins sur les nerfs. 

Les rebonds du passé 

Comment rebondit le marché après une baisse de plus de 8 % en un mois ? Des exemples tirés du passé, sur la Bourse américaine [S&P 500]. 

Note : il faut remonter aux années 1930 pour observer des rendements négatifs 5 ans après une correction de plus de 8 % en un mois.  

Sources : A wealth of common sense, Ben Carlson