/news/green
Navigation

Le controversé Roundup nuirait à la biodiversité aquatique

Le controversé Roundup nuirait à la biodiversité aquatique
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle étude, réalisée par l’Université McGill, laisse entendre que la biodiversité aquatique est fragilisée par l’utilisation du Roundup, ce controversé herbicide très populaire chez les agriculteurs partout dans le monde. 

• À lire aussi: Bayer et BASF condamnés à verser 265 M$ américains à un cultivateur

«C’est préoccupant, d’autant plus que la pollution et les changements climatiques font peser une menace grandissante sur de nombreux écosystèmes», a commenté par communiqué Andrew Gonzalez, professeur au département de biologie de l’Université McGill, qui a dirigé cette étude publiée lundi dans la revue «Nature Ecology and Evolution». 

L’équipe de chercheurs montréalais en est arrivée à ce constat en plaçant des phytoplanctons, des végétaux vivant en suspension dans l’eau qui est une source d’alimentation pour plusieurs espèces aquatiques, dans des bassins. En les exposant au glyphosate, le principal composé du Roundup, les scientifiques ont remarqué que ces algues mutaient afin de survivre. 

Or, cette transformation des algues se ferait au détriment de tout l’écosystème qui dépend de ces végétaux, ont-ils observé 

Cette conclusion est inquiétante, surtout quand on sait qu’on a trouvé des traces de glyphosate dans des rivières de la Montérégie, a insisté Andrew Gonzalez. 

«Les agriculteurs pulvérisent leurs champs de maïs et de soya pour les désherber et augmenter leur production, et le glyphosate finit par se répandre dans l’environnement par lessivage», a expliqué le professeur et titulaire de la Chaire en biologie de la conservation Liber Ero. 

Ce n’est pas la première étude qui met en lumière les potentiels dangers du Roundup sur l’environnement et la santé humaine. En 2015, le produit a même été classé comme un «cancérigène probable» par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Le Roundup, qui était à l’origine commercialisé par la compagnie américaine Monsanto et qui a depuis été racheté par l’Allemande Bayer, a été banni l’an dernier par la Ville de Montréal.