/sports/opinion/columnists
Navigation

Découvrir l’Outaouais

Motoneige cabana
Photo courtoisie Une vue imprenable du haut du belvédère du club de l’Association des motoneigistes de l’Outaouais, dans le secteur du lac Sainte-Marie, en Haute-Gatineau.

Coup d'oeil sur cet article

Parmi les régions qui offrent de belles possibilités, il arrive rarement que l’on pense à l’Outaouais comme destination. Pourtant, en prenant bien le temps de visiter cette région et de découvrir ses attraits, on réalise qu’elle a beaucoup à proposer.

« Nous avons beaucoup à offrir aux motoneigistes qui nous visitent parce que notre loisir est très bien structuré dans la région », explique le représentant de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ) pour l’Outaouais, Pierre Tremblay.

« Notre région est divisée en différents secteurs, qui ont chacun leur personnalité. Les amateurs peuvent se déplacer avec leur remorque pour prendre le départ dans la région directement ou encore passer par les Laurentides ou l’Abitibi-Témiscamingue. Nous sommes aussi la porte d’entrée vers l’Ontario, par le sentier 43 qui mène jusqu’à Pembroke. »

Un survol de la région vous donnera une petite idée de tout ce qu’il est possible de faire.

Le secteur de la réserve faunique de Papineau-Labelle relie le secteur de la Lièvre à partir de la municipalité de Val-des-Bois et le secteur de la Petite-Nation avec les municipalités de Duhamel et Montpellier.

Vous avez le choix de vous rendre vers la région des Laurentides en passant par Duhamel ou encore de vous rendre à Nominingue par le sentier du Petit Train du Nord. 

Une belle façon de découvrir le secteur de Maniwaki, c’est de participer à la randonnée des mercredis soirs, organisée par les Équipements Maniwaki.

On invite tous les motoneigistes à sillonner les sentiers et à se retrouver à un point donné, pour passer une belle soirée entre passionnés.

LES AUTRES

Dans le secteur de Duhamel, à partir du sentier du parc linéaire, qui est en vérité l’ancienne voie de chemin de fer, vous aurez l’occasion d’apercevoir des chevreuils en bordure du sentier.

Il va sans dire que vous devez être responsables et diminuer votre vitesse, afin de ne pas les effrayer. Ils sont habitués à voir passer les motoneigistes. Ça vaut vraiment le déplacement.

En Haute-Gatineau, dans le secteur du lac Sainte-Marie, vous allez découvrir les liens qui relient le milieu rural au milieu urbain, par les sentiers Trans-Québec 43 et Trans-Québec 13.

C’est aussi la porte d’entrée sur les régions de Pontiac et de l’Abitibi. Sur le territoire du club de l’Association des motoneigistes de l’Outaouais, on retrouve un belvédère qui vous fera découvrir une vue imprenable sur la majeure partie de la région.

La région de l’Outaouais est à cheval sur le Bouclier canadien et le massif des Laurentides. Dans l’ensemble, le relief est vallonné, avec de nombreux lacs disséminés un peu partout sur le territoire.

Au total, sept clubs entretiennent près de 2300 kilomètres de sentiers.

Les principaux sont le 43, de Duhamel à Fort-Coulonge, le 13 à Quyon, le 63 à Maniwaki, le 315 à Gatineau, le 323 à Buckingham, et le 311 à Sand Bay. Tous les services sont accessibles depuis les sentiers un peu partout sur le territoire dont plus de 700 chambres pour l’hébergement. Plusieurs pourvoiries accueillent aussi les motoneigistes.

RENSEIGNEMENTS DISPONIBLES

Selon les experts, en moyenne, l’enneigement dans cette région du Québec dure de la mi-décembre à la mi-mars. Il est certain que cela dépend en grande partie de l’hiver que nous avons. Les importantes tempêtes que nous avons parfois en mars peuvent faire durer la saison plus longtemps. 

Les principaux attraits visités par les motoneigistes sont le ravage de chevreuils de Duhamel, le lac Baskatong, le château Montebello, les cavernes Laflèche, le canyon de la rivière Coulonge et le pont couvert de Fort-Coulonge.

Pour obtenir tous les renseignements pertinents sur la région, la meilleure ressource demeure les gens de Tourisme Outaouais. Vous pouvez les joindre à leur bureau au 819 778-2222 ou sans frais au 1 800 265-7822.

Comme vous pouvez le constater, ce ne sont pas les attraits qui manquent dans cette région. À vous de la découvrir dans le cadre d’une de vos aventures hivernales.

Beaucoup de circulation

Présentement, avec les conditions météo idéales et le fait que nous soyons durant la semaine de relâche, il se peut fort bien que vous constatiez une augmentation de la circulation dans les sentiers. Il devient donc très important de demeurer prudent en tout temps, de bien garder sa droite et d’utiliser les signaux de la main pour signaler vos intentions aux motoneigistes que vous croiseriez. Ces signaux sont très simples, faciles à apprendre et, honnêtement, ils peuvent éliminer bien des situations à risques dans les sentiers. Pour les découvrir, il vous suffit de vous rendre sur le site fcmq.qc.ca, sous l’onglet Sécurité et informations.

Faune et motoneige

Plusieurs personnes croient que les motoneiges effrayent les animaux et leur causent beaucoup de stress. Depuis des années, plus d’une centaine d’études ont été faites sur le sujet durant une longue période. Que l’on pense au début des années 1970, lorsque la motoneige devenait un loisir hivernal de plus en plus pratiqué, ou à aujourd’hui, les conclusions sont les mêmes. La motoneige n’a pas d’effet significatif sur les populations fauniques. Il ne faut pas confondre les vrais motoneigistes qui circulent en sentier avec des imbéciles qui vont poursuivre un animal en motoneige.