/news/health
Navigation

Masques et désinfectants à prix d’or sur le web

La pénurie mondiale et la peur du coronavirus entraînent une explosion des coûts

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la pénurie de masques et de désinfectants s’étend partout sur la planète, des revendeurs en profitent pour offrir ces articles à prix d’or sur le web, a constaté Le Journal.  

• À lire aussi: Le Canada dépasse le cap des 30 cas de COVID-19

• À lire aussi: Coronavirus: le bilan s’aggrave aux États-Unis avec neuf morts au total

• À lire aussi: Coronavirus: 37 élèves beaucerons rapatriés d’Italie

• À lire aussi: Les autobus et métros désinfectés moins d'une fois par mois

Sur Amazon, le prix des articles de protection sanitaire a explosé au cours des derniers jours, tant au Canada qu’aux États-Unis. Et l’avis de l’Organisation mondiale de la santé sur un « rapide épuisement des stocks » risque bien de ne pas améliorer la situation.  

Une courte recherche permet d’observer que les stocks de la boutique directe du géant du web sont souvent épuisés, mais que plusieurs vendeurs indépendants tentent de profiter de la crainte du COVID-19 pour faire de gros profits.  

Les masques certifiés N95, que la Santé publique a désignés comme étant les seuls qui pouvaient potentiellement protéger les gens du virus, sont les plus recherchés.  

Le prix des masques homologués de marque 3M, de différents modèles, s’élevait hier jusqu’à 490 $ pour un paquet de 20. À titre de comparaison, le même emballage se vend de 20 $ à 30 $ habituellement dans les quincailleries.  

Masques chirurgicaux  

Même si de nombreux médecins ont insisté sur leur inutilité pour protéger du virus, les masques chirurgicaux sont également prisés. Un vendeur sur Amazon poussait l’insulte jusqu’à demander 230 $ pour une boîte de 50 de ces petits masques bleus.  

Et malgré ces prix, les ventes semblent être au rendez-vous si l’on se fie aux commentaires laissés ces derniers jours. « Prix un peu élevé, mais qualité semblable aux autres », écrivait un acheteur « satisfait ».  

Pendant que certains ici sont prêts à payer le gros prix pour ces masques, d’autres prennent les grands moyens pour s’en procurer. Un hôpital de Marseille en France a même signalé le vol de 2000 masques hier.   

Pour éviter la pénurie, le président Emmanuel Macron a annoncé que l’État réquisitionnait « tous les stocks et la production de masques de protection » chez les fabricants et les distributeurs pour les fournir aux soignants et aux personnes atteintes du coronavirus.  

En Italie, le gouvernement a indiqué être à la recherche de 8 millions de masques pour les distribuer à sa population, principalement aux gens infectés et à leurs proches.   

460 $ la caisse de Purell  

La spéculation a également fait son œuvre sur les désinfectants depuis l’annonce de la pénurie de la compagnie GOJO Industries, fabricant du Purell.  

Même si ses usines de l’Ohio et de France travaillent à plein régime, le manque de désinfectants sur le marché permet à des vendeurs peu scrupuleux de faire des affaires d’or.  

Le Journal a trouvé sur Amazon une caisse de 12 bouteilles de désinfectant à main de 236 ml pour... 460 $ !  

Un autre format, soit deux bouteilles de 591 ml, se vendait quant à lui 89 $, soit 75 $ le litre. Un emballage de six paquets de 20 lingettes désinfectantes était pour sa part affiché à plus de 110 $.   

Des exemples  

Une recherche rapide sur Amazon et sur le Marketplace de Facebook permet de trouver des vendeurs qui cherchent à tirer profit de la panique entourant le coronavirus. Tant les masques que les désinfectants, tous deux en pénurie dans les commerces du pays, atteignent des prix exorbitants.  

Capture d'écran tirée de Facebook

  


 

Capture d'écran, Amazon

  


 

 

Capture d'écran, Amazon

  


 

Capture d'écran, Amazon