/24m/chronicle
Navigation

8 questions geeks à Joël Martel

8 questions geeks à Joël Martel

Coup d'oeil sur cet article

Réseau social en soi, Joël Martel fait autant dans l’humour sur Facebook que dans la musique, la diffusion Twitch et la baladodiffusion. 

C’est d’ailleurs dans ce dernier domaine qu’il consacre actuellement ses énergies en lançant Dans le dernier épisode, un podcast de fiction pas piqué des vers. On en jase avec lui. 

C’est quoi la petite histoire derrière ce nouveau projet? 

Dans le dernier épisode, c’est un podcast de fiction où je mets en scène des histoires abracadabrantes que j’invente. Je crois que le podcast est un excellent compromis afin de diffuser ce que j’écris, puisque c’est un médium qui est apprécié par le type d’auditoire que je souhaite justement rencontrer. Et en plus, raconter des histoires, j’aime bien ça. Grosso modo, je prends tout en charge pour vous. J’écris les histoires, je vous les lis, je vous mets des ambiances, je m’occupe de la musique et, tout ce qu’il vous reste à faire, c’est d’écouter et de laisser aller votre imagination.  

Est-ce un projet en réaction à la montée en popularité des podcasts à histoires à la true crime ou encore aux anthologies à la Altered Carbon?  

C’est absolument vrai. J’écoute depuis plusieurs années Affaires sensibles par Fabrice Drouelle et Hondelatte raconte, et ça fait très longtemps que je me dis que je pourrais m’inspirer de ça. Par contre, comme Ars Moriendi fait déjà un excellent boulot en matière de true crime, je ne me voyais pas aller jouer dans les mêmes plates-bandes. Je dois toutefois avouer que ça m’a pris beaucoup de temps avant de réaliser que je pourrais me servir de mes propres histoires pour les mettre en scène. Pour ce qui est de l’aspect anthologie du projet, j’ai choisi ce format pour deux raisons principales. Premièrement, je suis un fan des Contes de la crypte, de Twilight Zone et des vieilles émissions d’Alfred Hitchcock présente, parce que ça permet d’explorer une panoplie d’univers et de personnages au fil des semaines, puis en deuxième lieu, parce que je ne veux pas me tanner. 

Est-ce que ces histoires sont/seront interconnectées dans une espèce de «Martelverse»?  

Oui. Sans trop révéler de détails, certains personnages reviendront dans d’autres histoires et certaines intrigues d’une histoire joueront un rôle dans d’autres histoires. Le gros défi dans tout ça sera de faire en sorte que chaque histoire demeure compréhensible de façon indépendante, mais je crois être capable d’y parvenir! 

La production est hyper poussée. T’occupes-tu également du montage, des musiques, etc.?  

Pour le moment, je m’occupe de tout. Je demeure toutefois très ouvert à l’idée de collaborer éventuellement avec d’autres personnes pour ce qui est notamment de l’habillage sonore. D’ailleurs, la musique de l’histoire de mars, Podcast Meurtrier, sera composée et produite par Karl Deslauriers. Je n’exclus pas aussi la possibilité de collaborer avec des comédiens et des comédiennes pour interpréter certains personnages, mais je dois me concentrer pour le moment à ce que ce projet ne soit pas trop étouffant d’un point de vue logistique. 

Aussi, combien de temps la production d’un épisode (de la création de l’histoire à la livraison d’un épisode) peut prendre?  

Ce qui est le plus long, c’est l’écriture. Je dois écrire environ 15 à 20 pages pour chaque épisode, mais c’est la partie la plus agréable. Comme j’écris plusieurs histoires simultanément et que c’est généralement l’inspiration du moment qui m’influence à travailler sur une histoire plutôt qu’une autre, c’est difficile de comptabiliser, mais j’imagine que je passe au moins une dizaine d’heures d’écriture sur chaque épisode. L’enregistrement se fait généralement assez rapidement, tandis que pour la musique, ça se fait plutôt bien aussi. Enfin, pour ce qui est du montage, j’estime que ça me prend pour le moment environ quatre heures par épisode, mais j’ai espoir que d’ici quelques épisodes, j’arriverai à peaufiner mes méthodes de travail afin de réduire tout ça à trois heures. 

T’es aussi un auteur-compositeur-interprète imprévisible. As-tu déjà des parutions prévues pour 2020?  

Je crois avoir deux EP qui sont pratiquement terminés. Pour être bien franc, je ne fais plus de prédictions quant à mes projets en musique, parce que je pourrais très bien te dire que je songe à tout arrêter ça, étant donné que je n’ai plus d’inspiration, puis produire deux EP dans la semaine suivante. Au risque de paraître prétentieux, l’auteur-compositeur-interprète Joël Martel, c’est une autre personne qui vit dans moi et je dois parfois l’écouter et la laisser parler pour qu’elle me laisse ensuite continuer à faire mes affaires en toute tranquillité. Et je suis absolument d’accord comme quoi c’est une personne imprévisible.  

T’es aussi un gameur qui diffuse sur Twitch, notamment. À quoi joues-tu ces jours-ci?  

Vite comme ça, je joue en ce moment à Faeria, un jeu de cartes à la Hearthstone. J’aime bien finir mes soirées en jouant à Pictopix, une espèce de jeu de sudoku avec de la musique bossa-nova. Du côté de l’action, j’ai beaucoup tripé récemment sur Horace et Journey to the Savage Planet. Y a même Kat Levac qui fait un personnage important dans ce jeu-là! C’est comme un No Man's Sky, mais le fun.  

Finalement, la question classique: qu’est-ce qui s’en vient pour toi au cours des prochaines semaines?  

Beaucoup de nouvelles histoires et des intrigues qui n’ont pas de bon sens. J’ai décidé de ne presque pas faire de concerts cette année, mais je vais quand même présenter dans ma région deux spectacles particulièrement fous cet été, dont je ne peux pas encore révéler les détails. Je vais sûrement participer à plusieurs épisodes de mon autre podcast, Fun-Jouer-Jeux, pour parler de jeux vidéo. Et qui sait, peut-être que l’avenir me réserve un autre projet surprenant? Nous le saurons dans le prochain épisode! 

On peut se renseigner sur Dans le dernier épisode au facebook.com/dansledernierepisode.  

Le Grand événement Montréal joue! 

Le fameux festival ludique se clôt ce week-end au Théâtre Paradoxe. Au programme: des exposants, des jeux de société à essayer gratuitement, des jeux vidéo et de l’amusement sur scène inspiré de jeux de rôle, notamment. Mieux encore: c’est autant pour la famille que pour les férus de divertissements du genre. Détails sur montrealjoue.ca 

Un concert pour les fans de Final Fantasy 

Ce samedi 7 mars, la vénérable Place des Arts ouvre ses portes à un orchestre d’une centaine de musiciens dirigé par le chef Arnie Roth ainsi qu'à la chorale Distant Worlds. Ensemble, ils rendront hommage aux plus belles musiques de la fameuse saga de jeux vidéo sur fond de vidéos fournis directement par Square Enix, développeur de Final Fantasy. Détails sur placedesarts.com 

Du speed dating pour geeks! 

Le Hangar 51 y va d’une cinquième édition de son speed dating. Le bar ludique invite donc les geeks de 21 à 35 ans qui recherchent des relations sérieuses à s’y rendre ce jeudi 5 mars pour potentiellement rencontrer l’âme sœur et, pourquoi pas, apprendre à connaître cette dernière en discutant autour d’une partie de jeu vidéo rétro. C’est gratuit (yé!), mais il faut toutefois s’inscrire. Détails sur facebook.com/hangar51mtl.