/news/currentevents
Navigation

Des appels vidéo troublants d‘Eustachio Gallese

Des appels vidéo troublants d‘Eustachio Gallese
Capture d'écran TVA Nouvelles, J.E

Coup d'oeil sur cet article

«C’était un vieux monsieur qui apparaissait sur l’appel vidéo.» Gabriel Truchon, l’ami de cœur de Marylène Levesque, tuée en janvier dernier à Québec, a été alerté par un de ses amis qui a reçu deux appels vidéo effectués par le meurtrier le soir du crime.   

«Mon ami m’appelle et me dit: "ta blonde me FaceTime, mais c’est un homme que je vois. Il n’y a pas de son. Il ne parle pas et il raccroche"», a relaté le jeune homme.  

Il était 20 h 30, le 22 janvier dernier, quand Gabriel Truchon a commencé alors à paniquer. Sa copine Marylène Levesque était dans une chambre d’hôtel et elle ne répondait plus à son cellulaire.  

«Je textais tout le monde. Je savais que quelque chose n’allait pas», a-t-il confié en exclusivité à J.E.  

 

Des appels vidéo troublants d‘Eustachio Gallese
Capture d'écran TVA Nouvelles, J.E

 

Gabriel a fini par téléphoner à l’hôtel. C’est un policier qui l’a rappelé et lui a annoncé que la jeune femme de 22 ans avait été retrouvée morte.  

«J’étais démoli, je criais, je n’y croyais pas», a raconté Gabriel Truchon.  

Eustachio Gallese a plaidé coupable à des accusations de meurtre prémédité. L’homme avait développé une obsession pour la jeune femme de qui il était tombé amoureux. Le meurtrier récidiviste bénéficiait alors d’une semi-liberté et avait eu la permission de fréquenter des salons de massage érotiques.  

«C’est inconcevable», s’est désolé le jeune homme qui savait que sa copine travaillait dans l’industrie du sexe, mais tentait de la convaincre de quitter ce milieu.  

«Elle ne voulait plus faire ça. Elle était tannée. Je lui disais d’arrêter, qu’elle se faisait du mal. Mary voulait une vie plus stable, avoir des enfants et peut-être se lancer dans le milieu de l’architecture», a expliqué Gabriel.  

«Je le sais que les gens me jugent, mais je m’en fous. Elle allait travailler à Québec, elle avait son rôle là-bas. Ce n’était pas moi qui la forçais à faire ça, au contraire. Mais tu sais, elle faisait beaucoup d’argent. C’est dur de quitter ce milieu-là. Quand elle était à Saguenay, avec moi, on avait notre petite vie avec notre chien», a-t-il ajouté.  

Marylène Levesque a été poignardée une trentaine de fois, dans le dos, aux seins et à l’abdomen.  

Eustachio Gallese avait déjà été condamné à vie en 2004 pour le meurtre de sa conjointe Chantale Deschênes, assassinée avec une violence inouïe à coups de marteau et de couteau. Au procès, il était décrit comme jaloux et contrôlant.  

Enquête interne et comité parlementaire  

De son côté, le père adoptif de Marylène veut suivre de près l’enquête commandée par Services correctionnels Canada et la Commission des libérations conditionnelles.  

«Ce n’était que du bonheur cette fille-là. Elle rayonnait partout, elle avait toute une aura. Elle n’aurait jamais dû croiser ce gars-là. Il y a des erreurs qui ont été commises et il faut remonter la chaîne», a lancé avec émotion François Goulet.  

Même si le meurtrier est retourné à l’ombre, la lumière doit être faite sur les erreurs qui ont mené au meurtre de Marylène Levesque.  

Un comité parlementaire examinera le processus ayant conduit à la semi-liberté d’Eustachio Gallese dès mardi prochain.  

Les parlementaires tenteront de déterminer lors d’audiences publiques où le système a failli.  

Pourquoi le criminel n’a-t-il pas eu de suivi psychologique lorsqu’il a été envoyé en maison de transition? Comment personne ne s’est-il rendu compte qu’il sombrait dans une folie meurtrière?  

C’est notre système qui l’a échappé et Marylène Levesque en a payé le prix.

Cliquez ici pour visionner l'épisode de J.E