/news/society
Navigation

Le drame de Marylène Levesque à «J.E»

Coup d'oeil sur cet article

Qui était Marylène Levesque, cette jeune femme assassinée par un meurtrier récidiviste le 22 janvier dernier, et dont la mort a défrayé toutes les manchettes? «J.E» a mené l’enquête pour raconter que Marylène était bien plus qu’une travailleuse du sexe, mais aussi pour mettre en lumière les failles d’un système de libération conditionnelle peut-être défaillant.  

Marylène Levesque avait 22 ans lorsque Eustachio Gallese lui a enlevé la vie de 30 coups de couteau. L’homme sortait de 15 ans de prison après avoir été reconnu coupable du meurtre de sa conjointe en 2004, mais son agente de libération conditionnelle lui permettait de fréquenter des salons de massage érotiques. C’est là qu’il a croisé la route de Marylène Levesque, dont il est tombé amoureux fou et envers laquelle il a développé une obsession malsaine. Il est passé aux aveux et a décidé de plaider coupable le 26 février dernier.       

Eustachio Gallese
Photo d'archives, Agence QMI
Eustachio Gallese

La journaliste Marie-Christine Bergeron a retracé le fil des événements et apporte des éléments nouveaux, notamment au moyen de témoignages. Le résultat sera en ondes à «J.E.» jeudi à 21 h.       

«En 30 minutes, on trace un portrait de cette fille-là, de ce qui lui est arrivé et des failles qui ont peut-être mené à son décès, a résumé Marie-Christine Bergeron. Il s’est dit beaucoup de choses, mais nous, on a creusé un petit peu plus. Il y a eu de gros titres qui présentaient Marylène comme une travailleuse du sexe, mais nous, on voulait aller au-delà de ça. C’est une jeune femme qui ne l’a pas eue facile dans son enfance, et qui s’en est sortie.»       

 

Confidences exclusives  

La journaliste s’est entretenue avec plusieurs proches de Marylène Levesque, dont son père et son beau-père. Elle a aussi réalisé une entrevue exclusive avec Gabriel Truchon, l’amoureux de la jeune femme, qui ne s’était jusqu’ici pas encore exprimé publiquement sur la tragédie.       

Truchon, qui a dû essuyer plusieurs jugements depuis le drame en raison du travail qu’exerçait sa conjointe, raconte entre autres à Marie-Christine Bergeron comment il a pressenti, le soir fatidique, que quelque chose ne tournait pas rond et que Marylène était peut-être en danger.       

«Il nous explique que Marylène est partie à Québec, qu’elle s’est retrouvée dans ce milieu, qu’elle a commencé à faire beaucoup d’argent, très rapidement; après, c’est difficile de s’en sortir. Mais elle voulait se libérer et quitter le milieu, elle souhaitait s’établir avec son "chum", avoir des enfants, et travailler dans l’architecture. Cette fille avait des rêves. Et elle a croisé la route d’un dangereux criminel, un assassin en semi-liberté, qui avait des conditions, mais visiblement pas assez sévères», a détaillé la journaliste.       

«La famille a fait preuve d’une très grande ouverture, a ajouté Marie-Christine Bergeron. Ils m’ont envoyé des photos, des vidéos. Vous allez voir Marylène en vie, heureuse, belle. Vous allez apprendre à la connaître. Et c’est ce que ses proches voulaient. Ils ne veulent pas que sa mort tombe dans l’oubli.»       

Manque d’expérience  

Le reportage de «J.E» fournira en outre des détails sur l’audience du 19 septembre dernier, lors de laquelle Eustachio Gallese demandait une liberté totale, et le rapport qui en a découlé, et s’intéressera au résumé de l’interrogatoire mené le 6 février, quand le meurtrier est passé aux aveux.       

PHOTO COURTOISIE, TVA

L’émission donne par ailleurs la parole à deux anciens commissaires aux libérations conditionnelles, Jean-Claude Boyer et Dave Blackburn, qui, aux dires de Marie-Christine Bergeron, jugent «très sévèrement» les décisions de la Commission des libérations conditionnelles qui ont été prises dans le dossier de Eustachio Gallese.       

«Ils dénoncent le manque d’expérience des commissaires au Québec. On met en lumière les failles d’un système. Un ex-commissaire m’a même dit clairement que la sécurité du public est en danger», a soutenu Marie-Christine Bergeron qui estime que, dans le cas de Marylène Levesque, c’est «tout un système qui l’a échappé».       

Le reportage sur Marylène Levesque à «J.E» sera présenté ce jeudi, 5 mars, à 21h, à TVA.