/news/politics
Navigation

Ottawa annonce de nouvelles mesures pour faire baisser les factures de téléphonie cellulaire

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le fédéral entend alléger les coûteuses factures payées par les Canadiens pour leurs services de téléphonie cellulaire en assurant une part du nouveau spectre de fréquences aux petits joueurs de l’industrie et en donnant aux gros, comme Bell, un ultimatum de deux ans pour qu’ils baissent leurs prix.  

«Les mesures mises de l’avant par notre gouvernement permettront d’accroître la concurrence et de faire diminuer les prix des services sans fil pour lesquels nous payons déjà trop cher», a déclaré jeudi le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos.  

Avec son collègue à l’Innovation, Navdeep Bains, le ministre Duclos a annoncé que les grandes entreprises dominantes du marché des télécommunications que sont Bell, Rogers et TELUS seront exclues du quart de la portion du spectre de 3500 MHz qui doit prochainement être mise aux enchères, soit 200 MHz.  

Des entreprises comme Vidéotron, au Québec, pourront en profiter, de même qu'Eastlink, dans l’Atlantique, et Shaw, dans l’Ouest canadien. La bande d’ondes de 3500 MHz est très convoitée puisqu’elle servira au déploiement de la technologie du 5G.  

Ultimatum  

Ottawa a du même souffle sommé Bell, Rogers et TELUS de baisser de 25 % les coûts de leurs forfaits d’ici deux ans sans quoi on menace d’adopter des mesures réglementaires leur forçant la main. Les forfaits visés sont ceux qui comprennent entre 2 Go et 6 Go de données internet.  

«Les Canadiens ne devraient pas avoir à faire un choix entre leur facture de téléphonie cellulaire et leur facture de chauffage résidentiel», a dit le ministre Bains.  

Le gouvernement Trudeau a fait ces annonces en présentant une nouvelle étude qui confirme que les Canadiens déboursent beaucoup plus pour leurs services de téléphonie cellulaire que dans bien d’autres pays industrialisés, comme la France et l’Australie.  

Par exemple, pour un forfait incluant 5 Go de données internet, les Canadiens déboursaient en moyenne 87,57 $ par mois, en 2019, pendant que les Américains payaient 63,04 $, les Allemands, 54,67 $ et les Français, aussi peu que 27,28 $.  

Vidéotron s'est réjouie de ces mesures prises par le gouvernement Trudeau.  

«La présence d’un quatrième joueur régional fort doté de ses propres infrastructures est ce qu’il y a de mieux pour les consommateurs», a dit Jean-François Pruneau, président et chef de la direction de Vidéotron.  

«La présence de Vidéotron au Québec en est un exemple parfait, a-t-il poursuivi. Nous sommes fiers du réseau de classe mondiale que nous avons mis sur pied au cours des dix dernières années, permettant une concurrence réelle et durable, et nous continuerons d’innover afin d’offrir aux Québécois les meilleurs prix, les meilleurs services et les meilleurs produits sur le marché.»  

Un suivi plus fréquent  

Ottawa en est à sa douzième étude du genre, le ministère de l’Innovation publiant cette analyse comparative chaque année. Le ministre Bains a toutefois indiqué, jeudi, que l’exercice sera désormais mené tous les trois mois pour assurer un meilleur suivi.  

Les libéraux de Justin Trudeau ont promis en campagne électorale de faire en sorte que les contribuables canadiens paient 25% moins cher pour des services de téléphonie sans fil.  

Ottawa mise sur des mesures encourageant la concurrence au sein de l'industrie et, en l’occurrence, des baisses des prix.