/sports/hockey/canadien
Navigation

Henri Richard: un homme respecté de tous

Coup d'oeil sur cet article

L’héritage d’Henri Richard sur le monde du hockey est indéniable. Celui dont le décès a été annoncé vendredi matin a transcendé son sport, et ce, au-delà des frontières du Québec.  

• À lire aussi: Le «Pocket Rocket» n’est plus

• À lire aussi: «Henri nous a appris à gagner»

• À lire aussi: Décès d'Henri Richard: «c’était le joueur favori de mon père»

Les réactions pleuvent depuis l’annonce de la mort du grand numéro 16, ex-capitaine du Canadien de Montréal et 11 fois vainqueur de la coupe Stanley. Beaucoup de gens se souviennent du parcours de 20 saisons dans la Ligue nationale de hockey de Richard, qui s’est amorcé en 1955.  

«Pour moi, il est probablement le meilleur joueur à avoir porté l’uniforme du Canadien», a laissé savoir Ken Moore, un grand amateur de hockey rencontré près de la boutique du Tricolore au Centre Bell. «Il laisse derrière lui un grand héritage. Il était un compétiteur féroce et une excellente personne, de ce que j’ai entendu.»  

Davantage un amateur des Red Wings de Detroit, M. Moore se souvient d’avoir suivi à la télévision les batailles du «Pocket Rocket» contre Gordie Howe. Originaire de la Saskatchewan, mais résidant désormais à Houston, au Texas, M. Moore montre qu’Henri Richard est devenu plus qu’une icône québécoise.  

«Il a remporté 11 coupes Stanley et il a fait partie d’une dynastie. Il est l’un des grands joueurs de l’histoire, peut-être même dans le top cinq de tous les temps. [...] Le hockey vient de perdre l’un de ses piliers», a-t-il confié.  

«Il avait une bonne combinaison de finesse et de puissance. De son temps, il était un patineur rapide et talentueux et vous ne vouliez pas trop vous frotter à lui», rappelle M. Moore, qui voit beaucoup de similitudes entre le caractère d’Henri Richard et celui de son illustre frère Maurice.  

«C’est sûr qu’on le connaît quand on est une famille d’amateurs du Canadien», a indiqué Lena Samson, une partisane du CH de la ville de Québec, mais de passage à Montréal pour la semaine. «Je suivais beaucoup l'équipe avec mon père. Je l’ai connu vers la fin de sa carrière.»  

Un homme marquant  

L’annonce du décès d’Henri Richard, vendredi matin, a surtout causé une pluie d’éloges sur les réseaux sociaux. Plusieurs ont ainsi salué l’un des grands de l’histoire du hockey.  

Le premier ministre du Québec, François Legault, a été l’un des premiers hommes politiques à réagir. Fervent amateur du Tricolore, M. Legault a rendu hommage à «notre capitaine» et «notre légende».  

«Je garde des souvenirs merveilleux du #16 qui a gagné 11 Coupes Stanley! Merci Pocket Rocket!», a-t-il écrit, sur son compte Twitter.  

«Le Québec et le monde du hockey perdent une légende et l’un des plus grands ambassadeurs des Canadiens de Montréal et du sport montréalais», a pour sa part déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante.  

Voici quelques-uns des messages publiés sur les réseaux sociaux:  

«J'offre mes sympathies à la famille et aux proches de notre capitaine, notre légende, M. Henri Richard. Je garde des souvenirs merveilleux du #16 qui a gagné 11 Coupes Stanley! Merci Pocket Rocket!» -François Legault, premier ministre du Québec  

«Henri “Pocket Rocket” Richard a été un grand joueur de hockey et un grand ambassadeur pour le club de hockey Canadien. Son décès est une grande perte pour tous. Mes pensées vont à sa famille et à ses proches.» -Geoff Molson, propriétaire, président et chef de la direction du Canadien  

«Montréal, le Québec et le monde du hockey perdent une légende et l’un des plus grands ambassadeurs du Canadien et du sport montréalais. Henri Richard aura marqué notre histoire comme peu l’ont fait. Mes pensées accompagnent sa famille et ses proches.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal  

«C’est avec une immense tristesse que j’ai appris le décès de monsieur Henri Richard. Il a été une source de fierté et d’inspiration pour plusieurs générations de Québécois. Sa carrière exceptionnelle aussi bien que ses grandes qualités humaines continueront d’inspirer le Québec.» -Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine  

«Nous sommes tous en deuil de cet homme courageux et de cette époque où la fierté voulait dire quelque chose. Merci Henri Richard!» -Pierre Karl Péladeau  

Voici d'autres réactions sur les réseaux sociaux: