/opinion/columnists
Navigation

L’insoutenable combat pour le français

manifestation loi 101
Photo d’archives Le français n’est plus une priorité.

Coup d'oeil sur cet article

En me couchant, hier, j’avais décidé d’écrire sur la langue. À trois heures du matin, je me suis réveillée. Étais-je donc jusqu’à la fin de mes jours condamnée à me battre contre les « progressistes » réalistes québécois, me suis-je chuchoté à moi-même pour ne pas réveiller mon Anglais, le plus francophile de nos conquérants. Qui sait si mon mari dormant à mes côtés du sommeil du juste n’était pas, lui, en train de rêver en français ?

Voici que nos pédagogues patentés s’attellent à la tâche de bilinguiser nos cégeps afin de répondre aux besoins de nouvelles « clientèles ».

Mise en garde. Personne ne fera de moi une ennemie du bilinguisme alors que je crois qu’un des grands échecs de notre système scolaire public est d’avoir failli lamentablement à enseigner correctement l’anglais aux francophones et le français aux anglophones.

Or, j’estime que la bataille pour le français à Montréal est en train d’être perdue. Et dans les banlieues ouest de l’île et au-delà, l’anglais fait son chemin sans vraiment susciter de réticences.

Engouement

Nous devrions nous méfier de ce nouvel engouement pour le bilinguisme chez les « penseurs » de l’école de l’avenir, des « pragmatiques » de Gaspé au cégep Gérald-Godin – Gérald, l’amoureux fou du français –, qui parlent de l’école comme d’une usine et des étudiants comme des « clients ».

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Or, l’école n’est pas d’abord une agence de placement. L’école est un lieu sacré où devait se faire la transmission du savoir humain. Les institutions d’enseignement québécoises ne peuvent se délester de leur mission culturelle. La loi 101, même rabougrie, s’applique, ce qui signifie que les cégeps francophones doivent enseigner en français l’ensemble des matières, sauf les langues étrangères, dont l’anglais, prioritairement.

De tout temps, le français a dû être défendu. Au XVIIIe siècle, alors que l’anglomanie battait son plein en France, Louis XV, le roi qui a perdu la Nouvelle-France, déclarait qu’il s’inquiétait pour les nouvelles générations qui risquaient d’être perverties par l’anglais.

Cause perdue

Rien n’est plus assuré dans le Québec. Le français n’est plus une priorité, car les jeunes générations ont choisi un autre combat, celui de l’environnement, auquel ils consacrent leurs actions militantes. La cause du français n’est plus portée par la ferveur et l’émotion. Et à notre époque, la frénésie de vivre l’instant à la recherche de satisfactions toutes personnelles semble incompatible avec ce combat collectif pour le français.

S’ajoute à cela l’usure de l’indignation de nombre de nationalistes, qui assistent à l’emballement de la bilinguisation chez des gens qui n’ont pas repris le flambeau. On constate aussi que le nationalisme qui fut le moteur de la loi 101 sert de repoussoir aux « modernes » de demain. Le multiculturalisme canadien a fait son œuvre en plaçant le français au niveau des autres langues parlées aujourd’hui au Canada.

En ce qui concerne la place du français au Québec, le gouvernement Legault semble plutôt distrait et peu enclin à faire des vagues. Va-t-on s’étonner que le ressac emporte les derniers passionnés d’une cause désormais en perte de cœur et de voix ?