/news/education
Navigation

Grutiers, serveurs, plombiers: on craint pour la relève des métiers

Le nombre d’étudiants en formation professionnelle est en baisse constante dans une panoplie de domaines

FP pénurie
Photo Dominique Scali « Traitez bien vos gens et ils vont rester », dit l’entrepreneur Jocelyn Hogue, qui multiplie les initiatives pour retenir ses couvreurs et grutiers.

Coup d'oeil sur cet article

Grutiers, serveurs, plombiers: des écoles et des entreprises craignent de manquer de personnel avec la baisse d’inscriptions dans une multitude de domaines en formation professionnelle.  

 Il y a environ cinq ans, le centre Pavillon-de-l’avenir à Rivière-du-Loup pouvait recevoir plus d’une centaine de candidatures pour son programme de charpenterie-menuiserie, au point d’ouvrir une liste d’attente.   

Cette année, les cours commenceront la semaine prochaine avec 16 ou 17 étudiants, soit le minimum pour démarrer une cohorte, explique le directeur Benoît Ouellet.  

« En plomberie-tuyauterie, on avait deux groupes par année. Là, on a un seul groupe. »  

Ces métiers sont frappés de plein fouet par une baisse constante du nombre de personnes qui étudient pour obtenir un diplôme de formation professionnelle (DEP), qui certifie les futurs pâtissiers, coiffeurs et électriciens.  

Selon les plus récents chiffres fournis par le ministère de l’Éducation, l’ensemble de ces programmes compte près de 8800 étudiants de moins qu’en 2014-2015.  

Cercle vicieux  

Comment expliquer ce déclin ? Par une baisse démographique, mais surtout par la pénurie de main-d’œuvre, qui fait en sorte que les étudiants se trouvent des emplois sans avoir à passer par les bancs d’école.  

C’est le cas dans le milieu de la construction, observe Jocelyn Hogue, qui possède une entreprise de réfection de toitures. Il y a deux ans, il a même créé sa propre salle de classe pour former ses futurs couvreurs.   

« On a juste décidé de ne pas se laisser abattre », résume M. Hogue. Par contre, sa formation ne pourrait s’appliquer ailleurs, avoue-t-il.   

Plusieurs craignent ainsi que les recrues qui boudent les DEP ne créent un cercle vicieux et que certains métiers manquent de relève qualifiée dans le futur.   

« On voit trop à court terme », s’inquiète Krystine Lessard, enseignante à l’École hôtelière des Laurentides.  

Elle donne l’exemple d’usines qui ont fermé dans le passé sans que leurs employés puissent se replacer, n’ayant été formés que pour cette fabrique.   

« On est en train de créer ça en hôtellerie », craint-elle.  

Le ministre interpellé  

D’ici les 10 prochaines années, il y aura un déficit de plus de 20 000 travailleurs sur les chantiers, estime l’Association de la construction du Québec (ACQ) dans un rapport paru cet automne.   

La situation est si inquiétante que l’ACQ devait rencontrer le ministre de l’Éducation en février pour proposer des solutions.  

Par exemple, pourrait-on offrir des formations à temps partiel ? demande Caroline Lemieux de la Fédération des commissions scolaires. Pourrait-on assouplir le cadre pour qu’un centre démarre une formation sans le nombre minimal d’inscrits ?  

En attendant, la difficulté de remplir les salles de classe est « généralisée » à l’ensemble des régions, remarque Mme Lemieux.   

« Même à Montréal et à Québec, c’est rendu difficile. »  

Bouchers et serveurs déjà hautement recherchés   

Affichages de poste qui s’éternisent, restos qui réduisent leurs heures. Des métiers de l’alimentation sont durement frappés par un manque de relève qualifiée.  

« Je reçois 100 demandes pour des bouchers. Mais j’ai seulement 13 élèves », illustre Martin Taillefer, directeur adjoint de l’École hôtelière des Laurentides.  

La Charcuterie Viandal à Mont-réal est à la recherche d’un ou deux bouchers qualifiés depuis un peu plus d’un an, témoigne le propriétaire Yves Makowka. Annonces dans les journaux, sur le web, sur le site d’Emploi Canada : ses efforts sont tous restés vains.  

Alors tout le monde fait des heures supplémentaires, dit M. Makowka.   

« Mais il y a des limites à ce que tu peux demander aux employés. »  

Pendant ce temps, les restaurants s’arrachent les serveurs.   

« Il y en a qui écourtent leurs heures d’ouverture » par manque de personnel, indique M. Taillefer.  

Sans formation  

Il est donc tentant pour un étudiant d’aller sur le marché du travail. Or, il est faux de croire que le métier de serveur peut toujours être pratiqué sans formation, dit-il.  

« Les gens ont la pensée magique selon laquelle tout le monde peut faire ça. »  

Mais il y a toute une étiquette à respecter et des connaissances à avoir pour répondre aux standards des restaurants gastronomiques.  

Reste que plusieurs employeurs se questionnent sur la pertinence de certains programmes.  

Par exemple, M. Makowka note que les finissants des cours de boucherie ont généralement été formés pour travailler en épicerie, et non dans un commerce traditionnel comme le sien, ce qui l’oblige à les former.  

« C’est une profession qui s’en va chez le diable », déplore-t-il.  

De son côté, Jocelyn Hogue, des Toitures Hogue, croit qu’il y a aussi place à l’amélioration dans la formation des travailleurs de la construction, qui devrait inclure plus de terrain.  

D’où la popularité des programmes de travail-études, qui permettent aux étudiants de faire une grande partie de la formation en entreprise.  

Nombre d’étudiants en formation professionnelle    

  • 2014-2015: 130 585  
  • 2015-2016: 130 098  
  • 2016-2017: 129 788  
  • 2017-2018: 123 437  
  • 2018-2019: 121 827*   

*Données provisoires  

Source : Ministère de l’Éducation