/misc
Navigation

Récupérer le Labrador?

Coup d'oeil sur cet article

Et si le Québec rachetait le Labrador ? Ou le récupérait en partie.

On nage en politique-fiction, je sais, concernant cet important territoire cédé par le Conseil privé de Londres à Terre-Neuve en 1927.

Mais la suggestion m’a été faite par un auditeur de QUB radio imaginatif et bien informé. Le directeur de la recherche de QMI, Jean-François Gibeault, et moi, on s’est permis d’y réfléchir. Exercice révélateur. Entre autres des occasions qui se présentent pour le Québec dans le grand jeu géo-politico-énergétique qui s’ouvre actuellement à l’est.

Un projet ruineux

Le projet hydroélectrique Muskrat Falls, lancé en 2007, n’en finit plus d’accumuler déboires et retards. Le rapport d’enquête du juge Richard LeBlanc sur ce fiasco a d’ailleurs été déposé au gouvernement hier. Il s’annonce dévastateur, notamment pour l’ancien premier ministre terre-neuvien Danny Williams.

Terre-Neuve-et-Labrador (TNL) risque l’équivalent d’une faillite technique. La dette de la province est de 15 milliards $... et Muskrat Falls pourrait – si on finit par le terminer – en coûter autant. Malchance supplémentaire : les bas prix du pétrole ont fait chuter les revenus de la province.

Les coûts de l’électricité vont s’en ressentir. Le journal The Telegram du 21 février rapportait que des citoyens inquiets des hausses à venir songeaient à déménager ailleurs au Canada.

TNL est plutôt hostile au Québec en raison du contrat de Churchill Falls de 1969 (qui permet à Hydro-Québec d’acheter, jusqu’en 2041, l’énergie pour une bouchée de pain, soit 0,25 cent du kWh). Elle a tenté des dizaines de fois de le contester devant les tribunaux. En vain.

Réchauffement

Mais en début d’année, on a assisté à un réchauffement important entre TNL, les Maritimes et le Québec. François Legault fut d’ailleurs invité à la rencontre annuelle des premiers ministres de l’Est, une première.

Le Nouveau-Brunswick, qui avait rejeté l’achat de Énergie NB en 2010 par Hydro-Québec (HQ), refusait en plus, depuis, de s’approvisionner en électricité québécoise. Il a changé d’idée et signé une entente avec HQ à cette occasion.

Le Québec est devenu incontournable. TNL est incapable de financer le développement d’un autre projet hydroélectrique, Gull Island.

Or, le gouvernement Legault a dit qu’il souhaitait lancer de grands projets afin de devenir la « batterie » du Nord-Est américain. Il est donc en position de faire une offre à TNL dans l’intérêt financier des deux provinces.

Grâce au magot du Fonds des générations, qui sera de 21 milliards $ en 2024, le Québec pourrait par exemple effacer la dette de TNL. En échange, il prendrait en charge les projets hydroélectriques et remettrait la main sur une partie du territoire du Labrador (la frontière sud n’a jamais été reconnue officiellement par Québec). En plus, Québec pourrait s’engager pour longtemps à alimenter Terre-Neuve en énergie à très faible coût.

En 1953, le grand leader terre-neuvien Joey Smallwood aurait offert à Maurice Duplessis de racheter le Labrador pour 13 millions $. Le « cheuf » aurait répondu : « Je n’achète pas ce qui m’appartient ! »

Certes, mais il y a ici une occasion de régler ce vieux différend par une négociation politique et non par les tribunaux.