/opinion/columnists
Navigation

La sécurité des enfants? Bof...

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez lu l’histoire de Luc X, hier ?  

Il y a près de 20 ans, ce pédophile, qu’on ne peut pas nommer pour protéger l’identité de sa fille, a agressé sexuellement sa fillette de 4 ans.   

Non seulement ça, mais il a filmé son agression et diffusé la vidéo sur internet !   

Et pendant qu’il était en libération sous caution en attendant son procès, il s’en est pris à une petite fille de 5 ans qui habitait près de chez lui !   

Drôle de maths  

Condamné à 15 ans de pénitencier en 2005, Luc X a obtenu sa libération en 2015.   

Oui, je sais, 2015 – 2005 = 10, pas 15.   

Mais c’est comme ça, au Canada.   

Quand on te condamne à 15 ans, on ne te condamne pas à 15 ans.   

Même si tu as agressé une fillette de 4 ans et une autre de 5 ans.   

On a une drôle de façon de compter.   

On est gentil. On te donne une chance. On diminue ta sentence.   

Bref, le gars a recouvré sa liberté en 2015.   

Et qu’est-ce qu’on a saisi sur un de ses appareils électroniques, en mai 2019 ? Mille deux cents images de pornographie juvénile.   

Résultat : le gars a été de nouveau envoyé en dedans.   

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Liberté « surveillée »  

On fait quoi, avec ces malades qui ne peuvent contrôler leurs pulsions ?   

On les enferme et on jette la clé ? On les castre chimiquement, comme le préconisait le doc Mailloux ?   

Une chose est sûre, oubliez la liberté surveillée.   

La « liberté surveillée », c’est comme les cigarettes « légères ».   

Ça te donne l’impression que ça te protège, mais ça ne te protège pas.   

Pensez à l’assassin de Marylène Levesque.   

Qu’est-ce que Luc X a fait pendant qu’il était en liberté supposément surveillée ?    

Il s’est rendu au Jardin botanique pendant que des groupes d’enfants s’y trouvaient en camp de jour.   

Personne ne l’a empêché.     

Alors, liberté « surveillée », mon œil.   

La police a d’autres choses à faire que surveiller toutes les personnes qui sont en liberté « surveillée ».   

Les enfants passent en dernier  

Tous les spécialistes vous le diront : la pédo-philie ne se guérit pas.   

Au mieux, elle se contrôle.   

Or, visiblement, Luc X est incapable de se contrôler et de résister à ses pulsions.   

Pourquoi on l’a libéré après 10 ans, alors ?   

Parce que le système est fait comme ça. Si t’es gentil, on te libère aux deux tiers de ta peine.   

Et 2/3 x 15 = 10.   

Et la sécurité des enfants ? Bof.   

Regardez ce qui s’est passé à Granby : une intervenante de la DPJ a vu que quatre jeunes enfants vivaient dans des conditions épouvantables, elle a vu les négligences, les crottes de chien, l’urine partout, le matelas souillé, la nourriture moisie... Mais elle a quand même recommandé que leur mère continue d’en avoir la garde.   

Il a fallu l’intervention de pompiers pour qu’on retire les enfants de ce milieu toxique !   

A-t-on pensé aux enfants, là-dedans ?   

Non. On a pensé à la mère. Son « droit » de garder ses enfants.   

La sécurité des enfants passe toujours en dernier, on dirait...