/opinion/columnists
Navigation

L’égalité des sexes: les faits bruts

Arabian couple
Photo Adobe Stock Le lien entre la religion et les préjugés contre les femmes.

Coup d'oeil sur cet article

Les hommes font de meilleurs dirigeants que les femmes. En politique et dans les entreprises. Il est plus important pour un homme que pour une femme de fréquenter l’université. Et lorsque les offres d’emploi sont rares, on doit donner priorité aux hommes. C’est clair, non ? 

Voilà ce que croit 90 % de la population mondiale, y compris les femmes. Une étude des Nations unies pour le développement, publiée vendredi, est un coup de poing à la figure de ceux qui estiment que l’égalité des sexes passe par l’élimination des préjugés. 

Catastrophique 

Les tableaux publiés ici sont plus qu’éloquents. Dans la majorité des pays du monde, non seulement l’égalité des sexes n’est pas à l’ordre du jour, mais elle concerne moins de 1 % des populations. Même dans des pays où existe une classe sociale instruite, où des femmes fréquentent l’université, la situation est catastrophique. En Iran, par exemple, 98,5 % des gens entretiennent des préjugés quant au rôle des femmes contre 1,4 % qui adhèrent au principe d’égalité tant louangé dans nos pays. 

À noter qu’au Canada, 51,5 % des gens ont des réticences quant à la présence des femmes en politique et en affaires, alors que 48,4 % ne manifestent aucun des préjugés mentionnés plus haut. 

À vrai dire, cette étude est atterrante. Elle confirme aussi une corrélation que se garde bien de mettre en évidence l’organisme des Nations unies, à savoir le lien entre le poids de la religion et les préjugés à l’égard des femmes. Les pays musulmans se situent au sommet de cette liste infâme. En Jordanie, 99,3 % des gens nourrissent des préjugés. Au Qatar, 99,7 %, au Nigeria, 99,7 %, en Libye, 99,1 %, en Malaisie, 98,5 % et au Mali, 98,8 %. La prime de la honte est détenue par le Pakistan, où seulement 0,2 % de la population n’exprime pas de préjugés à l’endroit des femmes, selon les critères de l’étude. 

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Culture 

Lorsque ce n’est pas l’islam qui est en cause, ce sont des traits culturels où l’influence de la religion ou de pratiques inspirées par la pensée magique qui attisent les préjugés. Au Brésil par exemple, 89,5 % des gens perçoivent les femmes comme inférieures et juste 10,5 % échappent au machisme séculaire. 

Le Rwanda, avec 99,1 % de gens exprimant au moins un préjugé, est un pays où seulement 0,85 % des citoyens croit à l’égalité des sexes, un pays majoritairement catholique et avec une histoire génocidaire qui révèle des comportements manifestes d’irrationalité peu favorables aux préoccupations sur l’égalité entre les citoyens et entre les sexes. 

Les chiffres exposés dans l’étude des Nations unies nous permettent de décrire de façon planétaire sur quelle scène se déroule le combat pour l’égalité. Cela nous oblige aussi à accepter, à contrecœur certes, que le défi le plus titanesque, celui de la redéfinition des rôles des hommes et des femmes, demeure entier. Et que dans nos « bons » pays occidentaux imprégnés de rectitude politique, les préjugés ont changé d’allure, de ton et de mots, mais sont souvent encore tapis au fond des êtres.