/opinion/blogs
Navigation

Pour que Montréal conserve son accent

Bloc Viile de Montréal
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Récemment, la légendaire écrivaine acadienne Antonine Maillet profitait de la remise de sa citoyenneté d’honneur pour faire un vibrant plaidoyer sur la responsabilité de la ville de Montréal dans la défense de la francophonie nord-américaine. Louise Harel, figure connue et respectée de la scène municipale abondait également dans ce sens cet automne en avançant que la ville devait rebâtir des ponts avec le reste du Québec et porter une attention particulière à la situation du français sur le territoire montréalais.   

Hélas, on ne peut que donner raison à ces deux pionnières sur le portrait qu’elles dressent de la vitalité linguistique du français dans la métropole. Une simple promenade en ville suffit pour constater que l’anglais gagne du terrain à plusieurs égards : dans l’affichage, les prises de paroles des dirigeants et des élus, les festivals, les interactions entre concitoyens et même nos services publics. C’est sans parler des sempiternels Bonjour-Aïe qui s’immiscent de plus en plus dans nos commerces et que les Assurancetourix du libre-choix tentent de nous faire passer pour de l’ouverture à l’autre.     

Loin d’être uniquement fondée sur des perceptions personnelles, cette impression de recul qu’exprime un nombre croissant de Montréalais et de Montréalaises est corroborée par bon nombre d’experts et de statistiques. Lorsque l’on s’attarde à la situation globale, on observe que le français comme langue d’usage à Montréal a diminué de 3,3 points de pourcentage en seulement 15 ans. Par son laisser-faire, la métropole s’est engagée sur une pente glissante qui mettra à mal l’avenir du français.     

Tout d’abord, le souci de préservation du français n’est pas qu’une question émotive. En effet, partager une langue commune nous permet de renforcer le tissu social au sein de notre ville et de notre société. Elle nous garantit, sans toutefois empêcher les gens de parler les langues qu’ils veulent dans la sphère privée, d’intégrer les néo-Québécois à la société d’accueil. Une langue en partage nous donne en outre des raisons communes, pour reprendre l’expression du sociologue Fernand Dumont. Elle nous permet de regagner le sens du collectif qui, hélas, s’effrite lui aussi au fil des ans.     

Du reste, le français est également un enjeu de justice sociale qui devrait intéresser bon nombre de Montréalais et de Montréalaises soucieux des inégalités sociales. De fait, Montréal accueille près de 85 % des nouveaux arrivants, parmi lesquels bon nombre ne parlent que le français comme première langue officielle. Le gouvernement québécois les a sélectionnés à l’aune de critères rigoureux, dont la connaissance du français. Or, pour ces gens qui nous ont choisis et à qui l’on avait assuré qu’ils pourraient vivre et travailler en français, quel sort leur réserve la métropole? Un taux de chômage effarant. Parmi celles et ceux qui sont arrivés depuis moins de cinq ans, ce taux s’élève à 23 %, soit le même que pour les allophones ne connaissant ni l’anglais ni le français. Par opposition, les immigrants qui ne parlent que l’anglais ont un taux de chômage de 16 %. Ces derniers réussissent aussi bien que ceux qui ont une connaissance des deux langues officielles. Autant dire que le français est inutile sur le marché de l’emploi. Comment les élus peuvent-ils laisser cette injustice criante frapper sans mot dire?     

Pourtant, en vertu de sa Charte, la Ville de Montréal est une ville de langue française. Elle est aussi chargée d’accompagner les personnes immigrantes pour qu’elles puissent participer, en français, à la vie collective de la métropole. Il apparaît évident qu’aucune mesure digne de ce nom n’a été mise en œuvre par la ville pour les aider à cette fin. De nombreux efforts ont certes été fournis à l’échelle nationale depuis les années 1970 pour faire du français la langue commune, dont la Charte de la langue française, mais force est d’admettre que la métropole n’a pas été aussi proactive pour s’attaquer à ce dossier délicat qui la concerne directement. L’immobilisme a assez duré : elle doit y trouver des solutions adaptées au 21e siècle et propres à sa réalité plurielle.     

Ainsi, il nous semble que l’effritement du français comme langue commune et officielle au sein de notre ville ne peut qu’avoir des conséquences désastreuses sur notre culture et sur notre devenir collectif. Cette année, le gouvernement fédéral annoncera une réforme de la Loi sur les langues officielles. Le gouvernement Legault, quant à lui, souhaite possiblement rouvrir la loi 101. Toutefois, nous sommes en droit de nous demander quels gestes posera la Ville de Montréal sur le plan linguistique. La métropole manquera-t-elle le bateau par couardise, électoralisme et manque d’envergure?     

Pour donner les meilleures chances à la langue de Molière, il faut que les politiques publiques, les services de proximité et le symbolisme associé à la gouvernance de la Ville de Montréal fassent partie de la solution. Nous avons la responsabilité, tous et toutes, de faire entendre notre voix dans l’espace public pour esquisser des solutions qui nous permettront de trouver l’harmonie linguistique, mais aussi de garantir la justice linguistique.     

Il est plus que crucial que citoyens et dirigeants agissent de concert pour que Montréal assume son rôle phare au sein de la francophonie nord-américaine. Au fil des ans, aucune des solutions mises de l’avant n’est venue du palier municipal qui, tous partis confondus, préfère esquiver la question alors même que la vitalité linguistique du français au Québec se joue dans sa cour. Autrement, si Montréal en venait à perdre son accent, notre ville serait d’emblée reléguée qu’au rang de grande ville nord-américaine fade et sans âme. Notre langue française, forte de sa diversité et de sa promesse de vivre-ensemble, fait notre distinction et notre richesse. Voilà l’accent de Montréal.     

  

Sabrina Mercier-Ullhorn, Traductrice et candidate à maîtrise en traductologie     

Mathieu Roy, Candidat à la maîtrise en histoire     

Loubelky Simon Thémoniste, Travailleuse de la santé     

  

  

Signataires :     

   

  • Alain Ayotte, Caissier     
  • Alain Bourque, Retraité     
  • Alexis Brien-Langevin, Étudiant en droit     
  • Amélie Déa, Étudiante en notariat     
  • Amélie Forand, Étudiante en travail social     
  • André Gagnon, Éditeur     
  • Anne-Marie Lavoie, Traductrice     
  • Anne-Michèle Meggs, Ancienne cadre de l’OQLF et du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion     
  • Antoine Bensoussan, Musicien     
  • Antoine Godin-Landry, Juriste     
  • Aude Turgeon, Représentante des ventes     
  • Audrey Nantel, Réalisatrice     
  • Benoit Laforge, Travailleur autonome     
  • Bernard Lerhe, Retraité     
  • Brunel Joseph, Intervenant psychosocial     
  • Catherine Brassard, Étudiante     
  • Catherine Lambert, Orthopédagogue et candidate à la maîtrise en enseignement du français     
  • Charles Gaudreau-Lerhe, Représentant des ventes     
  • Charles Ramsay, Conseiller financier     
  • Charles-Etienne Ostiguy, Étudiant en droit     
  • Chris Therrier, Conseiller en sécurité financière     
  • Christine Massicotte, Coordonnatrice en événementiel     
  • Clifode Exat, Technicien en télécommunication et en archivistique     
  • Danaé Dufour, Étudiante en travail social     
  • Danielle Guillaume, Représentante en plans de bourses     
  • Danielle Turcotte, Enseignante à la retraite     
  • Denis Rebelo, Gestionnaire financier     
  • Diego Saavedra-Renaud, Animateur de pastorale     
  • Elie Rodrigue Bélogoun, Directeur de l’Institut Ludopédagogique du Québec     
  • Élise Laflamme, Travailleuse autonome     
  • Emma Amel El-Zokm, Citoyenne     
  • Emmanuelle St-Onge, Étudiante en sciences pures     
  • Éric St-Cyr, Vidéaste     
  • Étienne Tardif, Étudiant à la maîtrise     
  • Eureka Pierre, Travailleuse dans le domaine de la santé     
  • Farid Salem, Ex-président de l’association Solidarité Québec-Algérie     
  • Faydi Célan, Infirmière     
  • Félix Lefebvre, Citoyen     
  • France Langlais, Fonctionnaire municipale retraitée     
  • Francis Gauthier, Étudiant au baccalauréat en administration     
  • François Lemieux, Informaticien     
  • Frantz St-Louis, Directeur de la Télévision haïtienne de Montréal et technicien en télécommunication     
  • Frederic Pageau, Commis d’entrepôt     
  • Fritz Gérald Filoscin, Communicateur social et juriste     
  • Gabriel Lanthier, Officier de sécurité     
  • Gabriel Meunier, Avocat     
  • Guillaume Harmon, Citoyen     
  • Guillaume Truesdell-L'Heureux, Travailleur en postproduction et étudiant en traduction     
  • Hamza Tabaïchount, Candidat à la maîtrise en histoire     
  • Houria Haddou, Retraitée     
  • Isabelle Lapointe, Conseillère pédagogique en français     
  • James Dubuisson, Agent de sécurité     
  • Jason Paré, Chroniqueur culturel     
  • Jean-Guy Plante, Retraité en enseignement     
  • Jeanne Lasalle, Bergère et brasseuse     
  • Jeannette Mbenoun, Conseillère en accès à l’égalité     
  • Jeannot Fontaine, Informaticien     
  • Jean-Remy Barreau, Chauffeur au Centre de services partagés du Québec     
  • Jean-Sébastien Zavallone-Leclerc, Chargé de projet en développement de campagnes d’éducation citoyenne     
  • Jesus Cancino, Pasteur     
  • Joanne Léveillé, Agente de bureau     
  • Joanne Paiement, Commerçante     
  • Josiane Lavallée, Historienne     
  • Julie-Andrée Héroux, Coordonnatrice en communication et service à la clientèle     
  • Karina Bazylewicz, Secrétaire     
  • Kesmeer Louis-Jeune, Enseignant     
  • Laetitia Fesselier, Étudiante     
  • Laïla Messaoud, Styliste de mode     
  • Linda Chéry, Rédactrice en chef de Souche Magazine     
  • Linda Kahly, Agente de communication, étudiante à HEC     
  • Louis Major, Concepteur     
  • Louis Melançon, Candidat au doctorat en communication     
  • Lucner Benoit, Agent de sécurité     
  • Marc-Antoine Desrochers-Gignac, Étudiant à l’École du Barreau     
  • Marie-Anne Alepin, Comédienne et productrice     
  • Marie-Claude Thibodeau, Professionnelle en estimation immobilière     
  • Marie-Pierre Angers, Rédactrice     
  • Mathilde Duval-Laplante, Artiste     
  • Maxime Sauriol, Curateur de contenu     
  • Mélissa Nilsson, Candidate à la maîtrise en relations industrielles     
  • Michaël Fayad, Citoyen     
  • Midy Pierre Gilles, Mécanicien et concierge à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys     
  • Morgane Willem, Adjointe administrative     
  • Muguette Gaudreau, Retraitée     
  • Myriam Rivest-Foisy, Aide-natale     
  • Nadia Saidi, Conseillère d’orientation     
  • Napoléon Pierre Louis, Électromécanicien     
  • Nicolas Joseph, Auditeur et enquêteur de la qualité     
  • Nicolas Therrien, Éditeur     
  • Pascale Roy, Nutritionniste     
  • Pierre Antoine, Gestionnaire de comptes     
  • Raymond Duplentie, Retraité     
  • Rébecca Guillaume, Directrice de Antenne Caraïbes, licenciée en gouvernance et collectivités territoriales     
  • Ronel Joachim, Technicien en production pharmaceutique     
  • Rose-Marie Leclerc, Traductrice-réviseure     
  • Roxanne Savignac, Étudiante en gestion     
  • Sami Bouzidi, Étudiant     
  • Sébastien Laverdière, Comédien     
  • Serge Lahaie, Retraité     
  • Simon Lapointe, Charpentier/menuisier     
  • Sora Braën, Étudiante     
  • Stéphanie Charron, Animatrice et consultante     
  • Stéphanie Grondin, Notaire     
  • Suleyman Ennakhili, Étudiant au cégep en histoire     
  • Sylvie Brien, Écrivaine     
  • Tatiana Burtin, Citoyenne     
  • Vanessa Hébert, Candidate à la profession de notaire     
  • Véronique Lépine, Enseignante en histoire     
  • Vincent Péloquin, Stagiaire en rapprochement interculturel et francisation     
  • Virginie Desmeules-Doan, Candidate à la maîtrise en littérature comparée     
  • Viviane Martinova-Croteau, Citoyenne     
  • Wassif Cheik, Technicien en soutien de laboratoire informatique à l’Université de Montréal     
  • William Fayad, Enseignant à la retraite     
  • Yann Germa, Déménageur     
  • Yvan Bombardier, Intervenant communautaire     
  • Yves Placide, Écrivain, journaliste et consultant en sociopsychologie de la communication