/sports/others
Navigation

Jeux de Tokyo : Zoé Allaire-Bourgie garde confiance

Jeux de Tokyo : Zoé Allaire-Bourgie garde confiance
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La course contre la montre est commencée pour la gymnaste québécoise Zoé Allaire-Bourgie, qui est sur la voie du retour après avoir été opérée à un genou en juillet 2019. Le bouleversement du calendrier des compétitions internationales en raison du coronavirus pourrait toutefois lui nuire dans sa tentative de se qualifier pour les Jeux de Tokyo.

L’athlète de 15 ans du club Gymnix devait renouer avec la compétition dans trois semaines à Trofeo Citta di Jesolo, en Italie. La compétition a toutefois été annulée en raison des risques liés au coronavirus. Allaire-Bourgie devra donc trouver des alternatives pour se préparer en vue des Championnats panaméricains, en mai, où le Canada aura la possibilité d’obtenir une place supplémentaire pour les Jeux.

Les Championnats canadiens suivront peu après. C’est là que la constitution de l’équipe féminine nationale sera déterminée. Pour l’instant, il y a quatre places disponibles. Deux autres pourraient s’ajouter dans les prochaines semaines. Il y aura également un poste de réserviste à combler.

Même si elle sait que le temps pourrait lui manque, Allaire-Bourgie ne s’en fait pas trop.

«Je ne suis pas une fille qui se met de la pression normalement. Pour moi, ça reste du sport. Que j’aille aux Jeux ou pas, l’important pour moi, c’est les efforts que je mets pour essayer de m’y rendre. Au pire, si je n’y vais pas en 2020, ce n’est pas plus grave. J’ai juste 15 ans, je suis encore au début de ma carrière. Il y a encore plein de choses qui m’attendent», a dit la Montréalaise, qui est toutefois loin d’avoir lancé la serviette.

«Ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini. Je vais travailler fort jusqu’à la fin. Mon but, c’est encore de faire les Jeux.»

Si elle revient rapidement au sommet de son art, Allaire-Bourgie pourrait rendre de fiers services au Canada à Tokyo au concours par équipe. Très polyvalente, elle excelle aux barres asymétriques, qui sont la principale faiblesse de l’équipe canadienne. Elle se démarque également à la poutre.

«L’an dernier, lorsqu’elle était encore d’âge junior, elle a compétitionné chez les seniors et elle faisait déjà partie de nos meilleures. Elle deviendra une de nos leaders, a dit l’entraîneur-chef de l’équipe senior féminine, David Kikuchi. On espère juste qu’elle aura suffisamment de temps de retrouver son niveau.»

Un rendez-vous manqué

Allaire-Bourgie aurait aimé reprendre la compétition chez elle, à l’International Gymnix, où elle a fait la pluie et le beau temps à la Coupe junior ces deux dernières années. En effet, elle y a récolté l’or au concours complet en 2018 et 2019. À cela, elle a ajouté trois médailles aux engins en 2019 et deux en 2018. La Québécoise n’était malheureusement pas prête à reprendre l’action cette fin de semaine.

«C’est sûr que ça me brise le cœur parce que c’est ma compétition. Ça se passe à mon club, devant mon public. C’est un événement qui représente beaucoup pour moi. Depuis que je suis toute petite, je me suis vraiment vu évoluer à travers l’International Gymnix», a-t-elle conclu.