/finance
Navigation

Les fraudes en ligne appelées à croître

Coup d'oeil sur cet article

La fraude en ligne reste négligeable par rapport à d’autres types d’arnaques, mais elle semble appelée à augmenter, selon les Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada). 

D’après un récent sondage mené par la firme Nielsen pour cette organisation, 34% des Canadiens ont été victimes de fraude au moins une fois dans leur vie. 

Les arnaques par carte de crédit sont les plus répandues (18 %), suivies par celles par carte de débit, qui sont à égalité avec celles en ligne (5%). Les fraudes par courriel (4%), par vol d’identité (4%), par virement bancaire (2%), par téléphone cellulaire (2%), par télémarketing (2%), ainsi que par des placements bidon (2%) suivent. Les fraudes «sentimentales» comptent par ailleurs pour 2% des fraudes répertoriées. 

CPA Canada prédit que les escroqueries liées aux activités sur internet risquent de croître. 

«Nos activités quotidiennes étant de plus en plus conduites sur le web, la capacité des fraudeurs à abuser de la confiance des Canadiens augmente», a précisé Doretta Thompson, chef du développement de la littératie financière à CPA Canada. 

«Une personne mal intentionnée qui possède les bonnes informations peut déjouer le dispositif de sécurité d’une serrure intelligente, d’une caméra de surveillance, d’un ordinateur portable ou même d’un téléviseur intelligent», a-t-elle ajouté sur le site de CPA Canada. 

D’ailleurs, parmi les gens qui ont font l’objet d’une fraude en ligne, 63% disent l’avoir vécue dans les deux dernières années. C’est plus élevé que la proportion de ceux qui ont déjà vécu une fraude par carte de crédit (48%) ou une arnaque par carte de débit (45%) durant la même période. 

Environ 59% des répondants ont affirmé que les entreprises avec lesquelles ils font affaire sont vulnérables aux cyberattaques visant les renseignements personnels. Seulement 11% ont répondu le contraire, tandis que 39% ne se sont pas prononcés. 

Ce coup de sonde a été effectué en ligne, du 24 janvier au 5 février dernier, auprès de 2013 personnes choisies au hasard parmi un échantillon de la firme Nielsen.