/news/society
Navigation

Montréal: une centaine de personnes manifestent contre Pornhub

Manifestation au siège social de Pornhub à l'occasion de la Journée internationale des femmes.
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS Manifestation au siège social de Pornhub à l'occasion de la Journée internationale des femmes.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | D'ordinaire adversaires, des militantes féministes et des chrétiens traditionalistes ont manifesté ensemble dimanche devant les bureaux montréalais de Pornhub, l’un des plus importants sites pornographiques du monde.  

• À lire aussi: Manifestation devant le siège social d’un géant montréalais de la pornographie  

Manifestation au siège social de Pornhub à l'occasion de la Journée internationale des femmes.
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

Peu de gens savent que Mindgeek, la société mère de Pornhub, a son siège social sur le boulevard Décarie, à Montréal. Mais encore moins de gens sont conscients que des vidéos amateurs mettant en scène des mineures peuvent malencontreusement se retrouver sur ce site porno.   

  

  • La sénatrice Julie Miville-Dechêne, qui a participé à la manifestation, était à Dutrizac sur QUB radio:   

 

«Des vérifications sont faites, mais seulement pour la personne qui publie la vidéo, qui n’y apparaît pas nécessairement. Dès qu’il y a une plainte, Mindgeek dit agir vite pour retirer la vidéo, mais on peut en douter. Il faut savoir que des milliers de personnes vont avoir eu le temps de voir la vidéo», a dénoncé la sénatrice Julie Miville-Dechêne, qui participait à la manifestation, organisée à l’occasion de la Journée internationale de la femme.   

Manifestation au siège social de Pornhub à l'occasion de la Journée internationale des femmes.
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

Durcir les règles  

L’ancienne présidente du Conseil du statut de la femme du Québec milite pour que Pornhub s'assure de l'âge, mais aussi du consentement, de chaque personne qui apparaît dans les vidéos avant publication.   

Car en plus des cas de mineures sur les sites pornos, Julie Miville-Dechêne est aussi troublée par de nombreux reportages qui ont fait état de viols filmés et de «revenge porn» sur Pornhub,   

Manifestation au siège social de Pornhub à l'occasion de la Journée internationale des femmes.
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

Malgré tout, la sénatrice indépendante assure qu’elle ne veut pas fermer Pornhub.   

«Je ne cacherai pas que certaines images que j’ai vues sur ce site m’ont choquée, mais je ne suis pas ici pour dénoncer la porno, mais bien les dérives de cette industrie et son modèle d’affaires», a-t-elle précisé.   

Des chrétiens  

Certains manifestants présents dimanche tenaient cependant un discours beaucoup plus radical.   

Des groupes de chrétiens ont même entamé des chapelets pour implorer la fin de la pornographie. D’autres ont récité des prières.   

Si elle ne revendique aucune appartenance politique ni religieuse, Maylissa Luby tenait à venir manifester. Celle qui se décrit comme une survivante de l’industrie du sexe voit la porno et la prostitution comme les deux faces de la même médaille.   

Manifestation au siège social de Pornhub à l'occasion de la Journée internationale des femmes.
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

«Je suis contre l’industrie du sexe; 90% des filles veulent sortir de là», a insisté celle qui travaille aujourd’hui comme intervenante à l’organisme «La sortie », qui vient en aide aux victimes d’exploitation sexuelle.   

Dans le cadre de son travail, Maylissa Luby dit avoir régulièrement côtoyé des femmes qui ne sont pas capables de faire retirer certains contenus pornographiques de sites, comme Pornhub.   

«Même quand la personne consent, tu ne sais pas l’ampleur que ça peut avoir dans ta vie. Faire retirer les vidéos est très compliqué et prend énormément de temps. Les sites pornos ont énormément d’argent», a-t-elle fait remarquer.   

Rejoint par courriel par l’Agence QMI, Pornhub a réitéré qu'elle supprime tout contenu non autorisé et qu'elle utilise des applications à la fine pointe de la technologie pour identifier les vidéos problématiques.   

Pendant ce temps, plusieurs centaines de femmes ont marché au centre-ville de Montréal pour souligner la Journée internationale de la femme. En appui aux femmes de la nation autochtone wet'suwet'en, dont les chefs héréditaires sont à l’origine du mouvement de blocus ferroviaire, les manifestantes se sont rendues devant les bureaux de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).