/news/society
Navigation

Un chef héréditaire des Wet’suwet’en appuie le gazoduc

Coup d'oeil sur cet article

Un premier chef héréditaire des Wet’suwet’en de Colombie-Britannique a appuyé publiquement le projet de gazoduc Coastal GasLink qui traverse le territoire ancestral de son peuple, dans le nord de la Colombie-Britannique. 

Herb Naziel, chef de la maison de l’écorce du bouleau, a confié au Globe and Mail dimanche qu’il avait auparavant pris une position neutre sur ce projet de 6,6 G$. Il veut toutefois montrer son appui, car il estime que cette initiative approuvée par des élus de cette nation et par une vingtaine de conseils de bande augmentera le niveau vie des Autochtones du nord de la Colombie-Britannique. 

«Je ne veux pas causer de controverse, mais ce n’est pas juste d’arrêter de faire des affaires», a-t-il dit. 

M. Naziel est un opérateur de machinerie lourde pour Kyah Resources, qui a obtenu un contrat de 55 M$ avec Coastal GasLink, a précisé le quotidien torontois. 

Il affirme qu’avec cette prise de position, il ne craint pas de perdre son titre de chef d’une de treize maisons des Wet’suwet’en, qui sont regroupées au sein de cinq clans traditionnels. 

«Je n’ai pas peur d’être révoqué. J’aimerais bien les voir essayer, a-t-il dit. J’appuie les gens qui amènent l’unité. Je ne montre personne du doigt. C’est comme ça qu’un vrai chef devrait se comporter.» 

Deux anciennes cheffes héréditaires avaient été révoquées à la suite de leur soutien au gazoduc. 

Les chefs héréditaires wet’suwet’en affirment qu’ils n’ont pas été consultés par la compagnie qui veut construire le gazoduc et qu’ils n’ont jamais offert leur consentement concernant ce projet. Leur opposition a enclenché un mouvement de soutien partout au pays qui a mené au blocage de voies ferroviaires par les Mohawks de Tyendinaga près de Belleville en Ontario et de Kahnawake près de Montréal, ainsi qu’à Listuguj en Gaspésie par des Micmacs.