/finance/business
Navigation

Centre d’entretien: Les ex-travailleurs d’Aveos capitulent

Coup d'oeil sur cet article

Désillusionnés, les ex-travailleurs d’Aveos abandonnent le projet de centre d’entretien d’aéronefs sur la Rive-Sud de Montréal.  

« Je ne mets plus de temps là-dessus, a confirmé au Journal Jean Poirier, ex-représentant syndical des employés d’Aveos. Continuer de travailler sans plus d’engagements de Québec serait comme se condamner à ramer à contre-courant. » 

La création d’un centre avait été promise, en 2016, par le gouvernement libéral de Philippe Couillard.  

À la surprise générale, Québec venait de laisser tomber les poursuites contre Air Canada en échange d’un engagement du transporteur d’acheter 45 appareils C Series de Bombardier.   

Promesse non tenue 

Or, depuis, malgré le financement de centaines de milliers de dollars d’études, des investissements de 17 millions de dollars à l’aéroport de Saint-Hubert et un engagement du gouvernement Legault de créer un « bureau de projet », plus rien. 

« Il vient un moment où un gouvernement qui dit croire à un projet et fait miroiter la création de centaines d’emplois doit décider de le faire sien. Ce n’est pas vrai que nous pouvons tenir ce projet à bout de bras sans Québec. Même Bombardier a été aidé pour intéresser Airbus. Au lieu de nous avouer qu’il ne tiendrait pas promesse, Québec a décidé de le laisser mourir. », a aussi affirmé l’ex-syndicaliste Jean Poirier. 

Un dernier clou dans le cercueil 

Le projet de 100 M$ prévoyait la création d’un centre d’entretien « de nouvelle génération » capable de créer 265 emplois directs. L’octroi récent de contrats d’entretien par Air Canada aura eu l’effet d’un dernier clou dans le cercueil du projet.  

« Ce centre aura été un beau projet sans suite », a écrit M. Poirier sur Facebook. « Air Canada aura tout fait pour bloquer le projet et le gouvernement Legault n’aura pas eu assez de poids pour les convaincre d’y adhérer. » 

Le centre d’entretien, chronologie d’un rêve déçu 

Mars 2012 : Aveos, autrefois Air Canada Services techniques, ferme ses portes, entraînant la perte de 2500 emplois au pays, dont 1700 à Montréal. 

Février 2016 : Québec abandonne les poursuites contre Air Canada et promet la création d’un Centre d’excellence en maintenance d’aéronefs, avant 2019, pouvant créer 1000 emplois. 

Octobre 2018 : Après s’être engagée à la création d’un bureau de projet pour le Centre, la CAQ est portée au pouvoir.  

Septembre 2019 : Après un an de discussions, le cabinet du ministre de l’Économie refuse une participation du fédéral au projet et invite les travailleurs à revenir les voir une fois un investisseur privé déniché. Le bureau de projet n’est pas créé. 

Février 2020 : Air Canada octroie l’entretien de ses A330 et A220 à AAR Aircraft Services et à Avianor. 

Mars 2020 : Fin de l’aventure.