/entertainment/movies
Navigation

Mariloup Wolfe réalisera Je suis Arlette

Coup d'oeil sur cet article

Mariloup Wolfe traitera de politique. Au cinéma, du moins. La réalisatrice est attachée au nouveau projet de long métrage de Marie Vien, la scénariste derrière La passion d’Augustine et 14 jours 12 nuits. Intitulé Je suis Arlette, le film brossera le portrait d’une jeune femme de 33 ans recrutée pour rajeunir l’image du gouvernement du Québec.

Je suis Arlette est développé par Caramel Films, la boîte derrière les succès Mafia Inc (2020), La Bolduc (2018) et Starbuck (2011). Le scénario du long métrage a été déposé aux institutions (SODEC, Téléfilm Canada). Advenant une réponse positive, Mariloup Wolfe pourrait commencer à tourner cet été.

En entrevue au Journal, la cinéaste avoue mal s’y connaître en politique, mais du même souffle, elle souligne qu’elle a l’habitude – comme réalisatrice – d’explorer des domaines dont elle ignore presque tout. Pour Ruptures en 2015, elle s’est attaquée au droit familial. L’été dernier, elle s’est retrouvée derrière l’objectif pour Mon fils, une minisérie du Club illico qui aborde la maladie mentale.

« Chaque projet m’amène ailleurs, s’enthousiasme-t-elle. La politique, je n’y connais rien, mais je trouve ça fascinant. »

Association naturelle

Jointe au téléphone, Marie Vien parle d’une association naturelle avec Mariloup Wolfe. « Elle a tout de suite pigé le ton du scénario. Je suis extrêmement comblée et heureuse. J’ai trouvé une réalisatrice qui a l’œil et qui a un sens de l’esthétisme que j’aime beaucoup. »

« En plus, c’est rare que les femmes ont la chance de faire une comédie », ajoute l’auteure.

Je suis Arlette s’articulera autour du thème du pouvoir de l’image. Le synopsis officiel parle d’une comédie « pleine d’humour et criante de vérité » qui entraînera le spectateur dans « les coulisses de l’Assemblée nationale ».

Avec cette offrande, Marie Vien désire montrer que contrairement aux apparences, la politique n’a pas vraiment évolué depuis Versailles : les couteaux volent aussi bas.