/news/politics
Navigation

Budget Girard: un plan vert de 6,7 G$ qui laisse l’opposition sur sa faim

Le gouvernement caquiste prévoit 6,7 G$ sur six ans pour atteindre sa cible

Budget Girard: un plan vert de 6,7 G$ qui laisse l’opposition sur sa faim
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault compte corriger son déficit de crédibilité en matière d’environnement avec un plan d’économie verte de 6,7 milliards $. Mais le manque de mesures concrètes laisse les oppositions sur leur faim.  

• À lire aussi: Le budget vert de la CAQ assombri par le coronavirus  

• À lire aussi: 10 choses à retenir du budget Girard  

• À lire aussi: 525,8 M$ pour le virage numérique des entreprises  

«Nous nous donnons des moyens financiers pour atteindre la cible de réduction des gaz à effet de serre de 37,5% d’ici 2030», a déclaré le ministre des Finances Eric Girard.      

Or pour connaître les mesures, il faudra attendre le plan du ministre de l’Environnement qui sera présenté en deux temps, plus tard cette année.      

Sans compter qu’une grande part des dépenses, 70% selon le député libéral Carlos Leitao, sera réalisée après le premier mandat de la CAQ ou sous un nouveau gouvernement après 2022.      

«C’est de la poudre aux yeux, il n’y a rien de nouveau», a réagi M. Leitao.      

Car même si le ministre Girard a martelé une «somme record de 6,7 milliards $ sur six ans pour lutter contre les changements climatiques», dans les faits, 4,1 milliards $ de cet argent est récupéré du Fonds vert qui change de nom pour Fonds d’électrification et de changement climatique.       

Le gouvernement rajoute 2,1 milliards, dont 1,3 milliard, pour le transport collectif et 471 millions $ pour protéger l’environnement.      

«Ceci n’est pas un budget vert, c’est un budget d’écoblanchiment comptable, a affirmé la cochef de Québec solidaire Manon Massé. Il y a peu de choses qui changent à court terme pour répondre à l’urgence climatique.»      

Électrification  

L’électrification des transports sera au cœur de leur stratégie caquiste de réduction des GES.      

Le programme Roulez vert, notamment, est reconduit jusqu’en 2026. Le ministre de l’Environnement Benoit Charette reconnaît aussi un problème dans la disponibilité des véhicules électriques. Il mise sur un ajustement législatif, prochainement, pour encourager une meilleure offre pour les consommateurs.      

Cibles plus claires  

Point positif, le gouvernement semble avoir fait une meilleure évaluation des efforts à faire pour réduire les GES.      

Pour la première fois, le budget estime que la croissance économique pourrait faire passer nos émissions de 79 à 83 millions de tonnes. L’effort de réduction estimé d’ici 2030 est donc -29 millions de tonnes.      

Autre nouveauté, le budget identifie des cibles à atteindre par secteur, soit 57% de réduction pour le secteur du transport et 18% pour les industries.      

Quelques mesures      

Roulez vert  

Pour la prochaine année, les Québécois continueront de recevoir un rabais de 8000$ lors de l’achat d’une voiture électrique de moins de 60 000$. Le rabais de 3000$ pour les véhicules électriques de 75 000$ et plus est aboli. Le programme est prolongé jusqu’en 2026, mais les montants du rabais seront à déterminer.      

Chauffez vert  

Le programme Chauffez vert se poursuit jusqu’en 2026 pour encourager les propriétaires à convertir leur système de chauffage comme le mazout vers un système électrique ou autre énergie renouvelable. Par exemple, un propriétaire qui remplace son système de chauffage peut recevoir jusqu’à 1275$.       

Pour les entreprises  

Le secteur industriel recevra 1,3 milliard $ pour aider les entreprises à réduire leur GES notamment grâce au programme ÉcoPerformance qui finance des projets d’efficacité énergétiques.      

Gaz naturel  

À court terme, le gouvernement soutiendra la production et la distribution de gaz naturel renouvelable.      

Transport en commun  

En matière de transport collectif toutefois, on annonce six projets de transport électrique, dont le prolongement du REM à Laval et en Montérégie jusqu’à Chambly. Mais ces projets sont pour l’instant seulement «à l’étude» à l’exception du tramway de Québec dont le financement a été confirmé l’an dernier.      

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.