/opinion/columnists
Navigation

Sommes-nous toujours en démocratie?

Assemblée Nationale
Photos d'archives La règle de la majorité est remise en cause.

Coup d'oeil sur cet article

J’ai vécu une enfance dans le Québec de la catholicité étouffante. Un Québec soumis à l’Église, laquelle faisait bien la paire avec Maurice Duplessis, ce conservateur qui aimait répéter que les évêques lui mangeaient dans la main. 

J’avais vingt ans pendant la grande récréation des années soixante. Je vivais dans une émotion permanente notre affranchissement collectif. Nous étions éblouis par toutes ces libertés nouvelles à la fois grisantes et précieuses. 

Le Québec entrait dans la démocratie rêvée. Nous devenions un peuple heureux de notre parole nouvelle, respectueux de nos institutions modernisées. L’avenir s’annonçait comme le début d’un temps nouveau. 

Nous aimions cette démocratie qui nous transformait en citoyens responsables, bien conscients des exigences que ces droits nouveaux représentaient. Et nous respections les politiciens de l’époque, convaincus qu’ils cherchaient le bien commun avant leurs intérêts personnels. 

Fierté 

Nous acceptions de nous soumettre à la volonté de la majorité. Non sans rechigner, non sans manifester, mais on peut affirmer que la société québécoise abandonnait son vieux complexe d’infériorité. Nous étions fiers d’être en démocratie. 

Puis vint le FLQ qui provoqua des dénonciations de tous nos grands dirigeants. Seul Pierre Elliott Trudeau, avec sa loi sur les mesures de guerre, ébranla la démocratie canadienne en abolissant les libertés civiles. À noter que jamais aux États-Unis un président américain n’a posé un tel geste fatal, même pendant les grandes émeutes raciales. 

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Nous n’avons pas vu venir l’atomisation politique, résultat des chartes de droits qui nous encadrent. Les valeurs collectives ont été progressivement amputées au profit des droits individuels. 

La règle de la majorité est remise en cause. Il n’est plus question d’intégration des immigrants. Au contraire, le multiculturalisme canadien ouvre la porte à l’affirmation des minorités culturelles, ethniques et sexuelles. Affirmer votre différence, tel est le message. 

Par ailleurs, la sacralisation de la vie privée est du passé. La technologie a rompu, brisé et rendu impossible cette qualité inhérente à la démocratie d’hier. 

Loi 21 

Un seul citoyen peut à la suite des jugements de cour faire disparaître des droits collectifs reconnus. En fait, nous n’avons d’identité que personnelle. Voilà pourquoi la loi 21 sur la laïcité n’est plus assurée de façon définitive. Elle ne perdurera que grâce à la disposition de dérogation renouvelable tous les cinq ans jusqu’à ce qu’un autre gouvernement, hostile à la loi, la fasse disparaître. 

Je persiste et signe. La démocratie telle qu’on l’a connue est en déliquescence. Nous allons vers une société où nous n’existerons que par la couleur de notre peau, notre orientation sexuelle, notre adhésion religieuse et nos handicaps. Peut-on appeler démocratie un système où la notion de citoyen est remplacée par celle de l’individu ? 

Au Canada, la diversité de la population a déjà transformé et bousculé la culture anglo-saxonne. L’identité québécoise – toujours revendiquée par une majorité, mais pour combien de temps ? – devient une provocation pour nombre de citoyens qui se définissent selon des critères raciaux, religieux, sexuels et culturels. La majorité francophone se rétrécit dans notre démocratie éclatée.