/news/green
Navigation

Crue printanière: les Beaucerons sont prêts

Sacs de sable et murets de béton sont apparus à Sainte-Marie et à Beauceville

Usine Vachon Sainte-Marie
Photo Jean-François Racine L’usine de la boulangerie Vachon de Sainte-Marie a mis tout en œuvre afin de protéger ses installations.

Coup d'oeil sur cet article

Fermée pendant plusieurs semaines en 2019, l’usine de la boulangerie Vachon de Sainte-Marie est prête à affronter une autre crue printanière de la rivière Chaudière.

Sur la rue Notre-Dame, le site est désormais protégé par d’énormes sacs de sable en prévision du dégel.

L’an dernier, le bâtiment et les équipements avaient été lourdement endommagés par l’inondation du mois d’avril. La réouverture progressive n’a été possible qu’en juin. L’inventaire de gâteaux a désormais été déplacé à l’extérieur de la zone.

« L’année 2019 a été une année difficile. Depuis ce temps, Bimbo Canada a élaboré un solide plan d’urgence et a établi un inventaire des stocks hors site. Nous avons également pris de nombreuses précautions pour minimiser l’impact des inondations dans la boulangerie », a expliqué Sylvia Sicuso, la porte-parole canadienne de Bimbo, le propriétaire de l’usine Vachon. 

D’autres mesures ont aussi été prises, notamment l’augmentation de la capacité de pompage, le renforcement de toutes les portes extérieures et la mise en place des sacs.

Mesures

« Vachon ne peut pas empêcher une inondation de se produire, mais nous sommes convaincus que ces mesures réduiront l’impact potentiel sur nos opérations », a ajouté la porte-parole.

Ailleurs à Sainte-Marie et à Beauceville, les autorités ont aussi installé des murets de béton afin de retenir les glaces. À Sainte-Marie, depuis la dernière crue, plus de 200 résidences ont été démolies.

À Beauceville, le restaurant Normandie et le bar L’Entracte vont rouvrir dans quelques jours, après une fermeture de près d’une année. L’établissement a été reconstruit et la terrasse maintenant surélevée a été réinstallée. Le restaurant Subway accueillera aussi ses clients sous peu.

« On est vraiment plus haut. Si nous avons de l’eau, il n’y aura plus de ville ! C’était un combat, mais c’est vraiment beau », a lancé à la blague le propriétaire du restaurant Normandie, Marquis Fortin.

Selon lui, la rivière ne semble pas dangereuse cette année, mais il suffit de deux ou trois jours de fortes pluies et d’une température chaude pour faire gonfler la Chaudière.

De la pluie et de la neige accompagnées de forts vents sont à venir vendredi et samedi, mais les quantités ont été revues à la baisse pour la Beauce.