/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

«Plus agressifs» face au virus

L’Organisation mondiale de la Santé déplore l’inaction de certains pays devant la pandémie

TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS
Photo AFP Une patiente chinoise infectée par la COVID-19 reçoit un traitement d’acupuncture dans un hôpital de la Croix-Rouge à Wuhan, l’épicentre de la pandémie.

Coup d'oeil sur cet article

L’épidémie de coronavirus est officiellement devenue une pandémie mercredi, l’Organisation mondiale de la Santé ayant brandi le mot pour inciter les pays à être encore plus « agressifs » dans leur lutte contre l’infection. 

• À lire aussi: Pandémie de coronavirus: le Québec se prépare «au pire des scénarios» 

• À lire aussi: Neuf cas de coronavirus confirmés au Québec 

• À lire aussi: Le fédéral crée un fonds d'un milliard de dollars pour la lutte au coronavirus 

« Nous sommes profondément préoccupés tant par les niveaux alarmants de propagation et de gravité que par les niveaux alarmants d’inaction » dans le monde, a dit Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), mercredi.  

L’heure est grave, puisque le nombre de décès devrait continuer d’augmenter « dans les jours et les semaines à venir », le nombre de pays touchés ayant triplé en deux semaines.  

En Iran, il y a actuellement une pénurie d’appareils d’assistance respiratoire et d’équipements pour protéger le personnel soignant.   

« Nous avons donc estimé que la COVID-19 peut être qualifiée de pandémie », a-t-il déclaré.  

« Nous devons être plus agressifs », d’autant que plusieurs pays ont montré qu’il est possible de maîtriser la maladie, a rappelé M. Ghebreyesus.  

Mercredi seulement, l’Autriche a annoncé la fermeture de ses écoles et de ses musées nationaux. L’Inde, avec seulement 60 cas sur 1,3 milliard d’habitants, a suspendu les visas de tourisme et a décidé d’imposer une quarantaine aux voyageurs provenant de sept pays. 

Reste que certaines nations « manquent de détermination », a critiqué le directeur. L’OMS a refusé d’identifier celles qui traînent de la patte.  

Ce n’est pas le cas du Salvador, qui, même s’il n’a pas recensé de cas de coronavirus, a décrété l’interdiction pour tous les étrangers d’entrer sur son territoire pendant 21 jours. 

La différence ? 

C’est la première fois qu’une pandémie est déclenchée par un coronavirus. La dernière pandémie remonte à 2009, avec la propagation du H1N1.  

Quelle est la différence entre une épidémie et une pandémie ? Une épidémie est une transmission infectieuse hors de contrôle. Mais lors d’une pandémie, toute la planète est concernée.  

Il y a quelques semaines, l’Amérique était plutôt épargnée. Les cas venaient pratiquement tous de voyageurs arrivant de l’étranger, rappelle Caroline Quach, professeure de microbiologie à l’Université de Montréal. Maintenant, des foyers d’éclosion sont apparus aux États-Unis, où des Américains se contaminent entre eux.  

Tranquille au Canada 

« Je pense qu’au Canada, on est assez bien préparés », estime la Dre Anne Gatignol, professeure à l’Université McGill. On pourrait toutefois ajouter certains voyageurs à la liste de ceux qui devraient faire une quarantaine à leur retour, comme l’Italie et l’Iran, suggère-t-elle.  

D’ailleurs, les cas déclarés au Québec étaient mercredi tous dus à des voyageurs plutôt qu’à des contaminations locales.  

« Même si on crie à la pandémie », le Québec peut difficilement en faire plus pour l’instant, estime Mme Quach.  

« Si on n’a pas de cas [de contamination], on ne va pas fermer les écoles », conclut-elle. 

Le bilan du jour 

4630 décès dans le monde 

827 décès en Italie 

126 249 cas confirmés dans le monde 

117 cas confirmés au Canada 

Source : Johns Hopkins Institute 

 

 

– Avec l’AFP, Time et The Telegraph 

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.