/sports/others
Navigation

Adieu aux championnats

La pandémie de coronavirus force l’annulation des Mondiaux de patinage artistique à Montréal

Adieu aux championnats
Photo d'Archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec vient de rejoindre officiellement la longue liste des destinations sportives internationales victimes du coronavirus, avec l’annulation des Championnats du monde de patinage artistique à Montréal.

La ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Danielle McCann, a confirmé mercredi qu’il faut dire adieu aux Championnats mondiaux qui devaient occuper le Centre Bell du 16 au 22 mars.

« Certains participants proviendront de pays où il existe une transmission locale du virus. L’accès aux soins et aux laboratoires pourrait être limité pour certains voyageurs, ce qui ne va pas favoriser une prise en charge rapide de leur condition », a-t-elle énuméré parmi les critères pour justifier la décision.

« L’activité peut contribuer à la dissémination géographique du virus », a également soulevé la ministre, qui a précisé que pour d’autres événements internationaux, « la santé publique va s’ajuster selon l’évolution de la situation au Québec ».

Champions du monde juniors en 2019, les Québécois Zachary Lagha et Marjorie Lajoie avaient réussi avec brio leur passage au niveau supérieur en se qualifiant pour les Mondiaux de Montréal, qui devaient avoir lieu la semaine prochaine au Centre Bell. Le coronavirus en a décidé autrement.
Photo d’archives, Fotosports/Patrice Lapointe
Champions du monde juniors en 2019, les Québécois Zachary Lagha et Marjorie Lajoie avaient réussi avec brio leur passage au niveau supérieur en se qualifiant pour les Mondiaux de Montréal, qui devaient avoir lieu la semaine prochaine au Centre Bell. Le coronavirus en a décidé autrement.

Possible report ? 

Montréal doit faire une croix sur des hampionnats qui lui avaient été attribués en septembre 2017 et qu’elle avait présentés, pour la seule et dernière fois, en 1932. Quelque 180 patineurs de 37 pays étaient inscrits et, selon le site montreal2020.com, l’événement devait attirer un auditoire international de plus de 300 millions de téléspectateurs.

L’Union internationale de patinage (ISU) et Patinage Canada ont indiqué, par voie de communiqué, qu’ils respectaient « pleinement » cette décision. L’incertitude liée à la pandémie ne permet pas à l’ISU d’envisager une reprise à court terme de ces championnats, quoiqu’elle évaluera si elle pourrait les présenter plus tard dans l’année, « mais dans tous les cas, pas avant octobre 2020 ».

« Rayer les Mondiaux du calendrier constitue une perte de revenus énorme qui aura assurément une incidence sur le développement du sport et pour les athlètes québécois qui prenaient part aux épreuves », a déploré Jocelyn Proulx, président de Patinage Québec.

Cinq Québécois devaient y participer, soit Alicia Pineault (dames) et les couples Marjorie Lajoie/Zachary Lagha et Carolane Soucisse/Shane Firus à l’épreuve de danse.

Le judo écope aussi 

Cette crise affecte Montréal jusque sur ses tatamis. Judo Canada a été forcé de reporter les championnats panaméricains, initialement prévus au Centre Pierre-Charbonneau du 16 au 19 avril. Cette contrainte découle d’une directive transmise lundi par la Fédération internationale de judo  (IJF), qui interdit jusqu’au 30 avril la tenue de tout événement servant de qualification olympique.

Or, ce championnat continental octroyé à Montréal s’inscrit comme un tournoi important dans le processus de sélection pour les JO, en raison de la valeur élevée des points que peuvent y obtenir les athlètes. L’événement devra donc être présenté, au plus tôt, à compter du mois de mai, mais ce report force le comité organisateur à trouver d’autres endroits potentiels pour le tenir puisque le Centre Pierre-Charbonneau n’est pas disponible du 1er au 3 mai.

« On n’a pas le choix [de tenir cet événement]. On fait nos recherches. Il faut trouver un endroit, alors on visite des lieux », affirme Marie-Hélène Chisholm, gestionnaire du comité Haute performance de Judo Canada.

Le March Madness en vase clos 

Les effets de la COVID-19 se multiplient au Québec comme en Amérique du Nord. Mardi soir, la puissante équipe de ski de fond de Norvège a annoncé qu’elle fera l’impasse sur les finales de la Coupe du monde à Québec. En soirée mercredi, la Régie des alcools, des courses et des jeux a annulé trois soirées de boxe prévues dans la région de Montréal jeudi, ainsi que les 14 et 21 mars.

Même pour sa valeur sûre du March Madness — les championnats universitaires de basketball masculin et féminin —, la NCAA a fait savoir, mercredi, que tous les matchs seront disputés seulement devant le personnel des équipes et les familles des joueurs.

Décidément, ce coronavirus est un athlète coriace.