/opinion/columnists
Navigation

Prendre le virus en grippe

Coup d'oeil sur cet article

Concernant la crise du coronavirus, des gens disent qu’on exagère et qu’on réagit beaucoup trop fort, vu que la grippe saisonnière fait davantage de morts chaque année. 

Je retourne le raisonnement... 

Et si le problème n’était pas qu’on surestime le danger du coronavirus, comme ces gens l’affirment, mais qu’on sous-estime celui de la grippe « ordinaire » ? 

DE SAINES HABITUDES 

Environ 300 personnes meurent en moyenne chaque année de la grippe (ou influenza) saisonnière au Québec.  

Comme Le Devoir le soulignait il y a quelques semaines, l’Organisation mondiale de la santé estime que les épidémies annuelles de grippe font entre 290 000 et 650 000 morts dans le monde. 

En Chine, on parle de 88 100 morts par année. 

C’est énorme.  

Pourtant, on n’en fait presque pas de cas... 

Comme s’il n’y avait rien à faire. Comme si ça faisait partie de l’hiver.  

La « crise » du coronavirus a amené les gens à changer leurs habitudes : on ne se donne plus la main (une excellente idée, car 80 % des maladies infectieuses sont propagées par les mains), on se lave les mains régulièrement, on désinfecte nos claviers d’ordinateur et nos poignées de porte, certaines personnes portent un masque — bref, on est prudent. 

Pourquoi n’adopterions-nous pas ces saines habitudes à longueur d’année ? 

Après tout, la grippe saisonnière est causée par un virus ! 

Comme la gastro... 

BIENVENUE AU CANADA ! 

Les gens qui disent qu’on exagère me font rire... 

Vous préféreriez quoi ? Que les gouvernements sous-estiment le danger ? 

Ce n’est pas lorsque nous aurons complètement perdu le contrôle qu’il faudra agir. 

C’est maintenant.  

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Le défi est de contenir l’épidémie. De la juguler. De l’empêcher de gagner du terrain.  

Regardez l’Italie. Ils ont dormi sur la switch. Résultat : c’est le pays le plus infecté après la Chine. Idem pour l’Iran, qui se croyait probablement protégé par Allah.  

Personnellement, je préfère qu’on réagisse trop que pas assez.  

Déjà qu’on a une licorne comme premier ministre, faudrait en plus traiter le coronavirus comme si c’était une bibitte inoffensive ? 

« Si vous êtes infectés, venez vous réfugier au Canada, on va vous ouvrir grandes nos portes » ? 

On va installer des distributeurs à Purell tout le long du chemin Roxham ? 

MAIS C’EST RACISTE ! 

Actuellement, au Canada, on demande aux gens qui viennent d’Iran d’avoir l’amabilité de se terrer chez eux pendant deux semaines... 

On s’en remet à leur bonne volonté ! 

Comme s’ils revenaient d’une clinique privée située dans les Alpes suisses ! 

Vous trouvez que c’est trop réagir, ça ? 

Avec « Monsieur Charte des droits » au Parlement, on se demande ce que ça va prendre pour qu’on sorte enfin de notre torpeur et qu’on adopte des mesures plus corsées. 

« Hein ? Mettre en quarantaine des gens qui viennent de tel et tel pays ? Mais c’est contre les droits de la personne, voyons ! C’est discriminatoire ! Pourquoi tel pays plutôt que tel autre ? Vous n’y pensez pas, c’est raciste ! » 

« Ici, au Canada, on est accueillant ! On est généreux ! » 

Ici, on négocie avec des militants cagoulés qui bloquent des ponts et des voies ferrées.  

J’imagine que si le coronavirus se pointe à la frontière, Justin va aller prendre un café avec lui pour discuter. 

On est ouvert ou bedon on l’est pas.  

Je vais bientôt passer une petite annonce : « Pays cherche leader. » 

Édito de Richard Martineau