/sports/ski
Navigation

Incertitude sur les Plaines

La Coupe du monde de ski de fond de Québec sera tenue... pour l’instant

Quebec
Photo Stevens LeBlanc L’équipe suédoise n’aura fait que passer sur les Plaines. Notre photographe a croqué le dernier moment, lors d’un entraînement matinal mercredi, avant que les athlètes ne reprennent le chemin de la maison, jeudi.

Coup d'oeil sur cet article

Dans la foulée de l’annulation des Coupes du monde de ski de fond de Minneapolis et de Canmore, en raison des craintes liées au coronavirus, l’événement de Québec est toujours prévu pour demain et dimanche, mais l’incertitude plane quant à sa tenue.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements de la pandémie COVID-19  

• À lire aussi: COVID-19: la Ville de Québec «en situation d’urgence»  

• À lire aussi: Coronavirus: annulation des rassemblements intérieurs de plus de 250 personnes au Québec  

• À lire aussi: La Ligue nationale de hockey suspend momentanément la saison à cause du coronavirus  

En début de journée, jeudi, la Fédération internationale de ski (FIS) annonçait que la compétition prévue à Minneapolis, le 17 mars, était annulée. Même constat pour la Coupe du monde de Canmore, en Alberta, qui devait clôturer la saison du 20 au 22 mars.

« Les équipes sont présentement à Québec, avec la programmation qui se tiendra comme prévu. À la lumière des annulations à Minneapolis et Canmore, les compétitions de Québec seront les finales du circuit pour la saison 2019-20 », a mentionné la FIS par voie de communiqué.

Les bonzes de la FIS et Gestev sont en concertation pour déterminer la suite des événements.

Départ d’équipes  

En après-midi, quelques équipes ont décidé de ne pas se fier au verdict de la FIS et de rentrer au bercail. C’est le cas des Suédois, qui ont renoncé à la Coupe du monde de Québec.

« C’est en raison de l’incertitude concernant les interdictions de voyager et du risque que les fondeurs ne puissent pas revenir du Canada après le week-end », a laissé entendre le directeur Daniel Fahraeus, via un communiqué retransmis par le média suédois SVT Sport.

« Nous avons tenu une réunion ici, ce matin, et avons décidé de suivre les restrictions que nous avons reçues de chez nous. C’est incroyablement triste de ne pas pouvoir courir, mais le sport passe en deuxième dans cette situation particulière », a renchéri l’entraîneur Stefan Thomson.

L’équipe de la Finlande a aussi plié bagage et différentes informations circulent à l’effet que la Grande-Bretagne et la Slovénie devraient les imiter. La veille, les Norvégiens avaient déjà déclaré forfait, tandis que quatre sprinteurs italiens sur cinq étaient demeurés à la maison.

Pas de conférence de presse  

Gestev, qui chapeaute la Coupe du monde de Québec, devait tenir une conférence de presse à 13 h 30, jeudi, pour lancer officiellement les festivités. À quelques heures d’avis, elle a été contrainte de reporter le tout « afin d’avoir en mains tous les éléments de réponses [...] permettant de répondre adéquatement [aux] questions », a annoncé l’entreprise aux médias.

« Du côté de notre organisation, tout suit son cours, pour le moment, et nous sommes prêts à accueillir la Coupe du monde ce week-end, tel que prévu. En cas de modifications au programme de courses, les informations vous seront communiquées lorsque connues », a conclu Gestev, en spécifiant qu’aucune autre entrevue sur le sujet ne serait accordée jusqu’à ce que de nouvelles informations soient connues.

Les championnats canadiens annulés  

Dans le même ordre d’idées, Nordiq Canada a annoncé qu’elle renonçait à la tenue des Championnats canadiens de ski de fond, prévus du 25 mars au 2 avril, à Vernon, en Colombie-Britannique.

« La santé et la sécurité des athlètes, des entraîneurs, des bénévoles et du personnel [sont], et ser[ont] toujours notre principale priorité. La COVID-19 représente une situation qui évolue rapidement à l’échelle mondiale et nous croyons que cette décision s’impose dans le meilleur intérêt de notre communauté sportive », a fait savoir la fédération canadienne.

Sauf avis contraire, l’événement de Québec résiste donc à la tempête. Il va sans dire, toutefois, que la saveur internationale de cette Coupe du monde perd beaucoup de son lustre. L’épreuve de sprint en style classique sera présentée demain, tandis que le sprint en style libre lui succédera dimanche.