/world/america
Navigation

Coronavirus: nouvelles restrictions en Amérique latine

Coup d'oeil sur cet article

Les pays latino-américains ont renforcé jeudi leurs restrictions sur les voyageurs en provenance d’Europe pour tenter de freiner le coronavirus, qui poursuit son expansion et a tué trois personnes dans la région.

«Les pays doivent préparer leurs services de santé car il n’y aura pas seulement un cas ou deux», a estimé Marcos Espinal, épidémiologiste au sein de l’Organisation pan-américaine de la santé (OPS).

Le nombre de cas confirmés de coronavirus continue de croître régulièrement en Amérique latine, où le premier cas avait été diagnostiqué le 26 février au Brésil, chez un sexagénaire rentrant d’Italie.

La pandémie de Covid-19 touche désormais plus de 250 personnes dans 15 pays de la région. Trois personnes sont mortes, la dernière étant une femme de 52 ans décédée au Guyana après être rentrée récemment des États-Unis.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé jeudi la suspension pendant un mois des vols en provenance d’Europe et de Colombie vers le Venezuela, affirmant toutefois qu’aucun cas de coronavirus n’avait encore été confirmé dans le pays.

«Il est nécessaire de prendre les mesures qui vont graduellement vers la protection», a déclaré M. Maduro lors d’une conférence de presse. «J’ai décidé de suspendre tous les vols en provenance d’Europe et de Colombie pendant un mois», a-t-il ajouté, sans préciser à partir de quand cette mesure entrerait en vigueur.

L’aéroport international de Caracas est notamment relié à Paris et Madrid par des vols directs pluri-hebdomadaires des compagnies Air France, Air Europa et Iberia.

Le président socialiste a également dit envisager «la fermeture des frontières» terrestres avec la Colombie et le Brésil. Il a aussi demandé à son homologue américain Donald Trump de lever les sanctions contre le Venezuela qui, selon lui, «multiplient par trois» le prix des tests qui permettent de diagnostiquer le coronavirus.

Missions de soutien

En Bolivie, pays andin sans accès à la mer où trois cas de coronavirus ont été confirmés chez des personnes en provenance d’Europe, le gouvernement a également annoncé l’annulation de tous «les vols vers et depuis l’Europe» à compter de samedi.

Le pays est notamment relié au Vieux continent par un vol direct de Boliviana de Aviacion entre Madrid et Santa Cruz, la capitale économique de la Bolivie. La présidente par intérim Jeanine Añez a également annoncé la fermeture des écoles et universités jusqu’à fin mars.

L’Argentine, où 31 cas ont été comptabilisés, a annoncé à son tour la suspension pour 30 jours des vols internationaux en provenance des pays les plus touchés.

A Cuba, le gouvernement a annoncé le report sine die d’un important rassemblement avec la diaspora cubaine qu’il prévoyait d’organiser en avril pour la première fois en 16 ans. L’île a enregistré trois cas de coronavirus, des touristes italiens.

Face à la multiplication des restrictions imposées par les gouvernements, la compagnie aérienne chiléno-brésilienne Latam, la plus grande d’Amérique latine, a annoncé jeudi qu’elle allait réduire ses vols internationaux de 30% durant deux mois.

La mesure concerne essentiellement les vols entre l’Amérique du Sud et l’Europe, ainsi que les États-Unis, entre le 1er avril et le 30 mai.

Au Paraguay, la Direction nationale de l’aviation civile a annoncé jeudi la suppression à partir de samedi et jusqu’à nouvel ordre des vols directs depuis et vers l’Europe pour contenir la propagation du coronavirus, qui a contaminé six personnes dans ce pays.

La décision paraguayenne affecte particulièrement les vols d’Air Europa, seule compagnie commerciale qui relie le Paraguay au continent européen, via la ligne Asuncion-Madrid.

Le Pérou, où 22 personnes sont infectées par le coronavirus, suspend à partir de vendredi l’arrivée des vols en provenance d’Europe et d’Asie, a annoncé jeudi le gouvernement.

Côté sports, la Conmebol, la confédération sud-américaine de football, a suspendu des matchs de la Copa Libertadores-2020 qui devaient se disputer du 15 au 21 mars. 

L’OPS a annoncé l’envoi de missions de soutien dans les pays où les services de santé sont les plus vulnérables: Haïti, Venezuela, Honduras et Paraguay.

«Mais chacun doit faire sa part - gouvernements, société civile, citoyens. Il s’agit d’un effort multisectoriel», a rappelé Marcos Espinal.

Des professionnels de la santé vénézuéliens s’inquiètent notamment de l’impréparation du système sanitaire pour traiter des patients atteints du nouveau coronavirus.

«Nous ne sommes pas préparés», a affirmé à l’AFP Huniades Urbina, de l’Académie nationale de médecine. Selon ce médecin, les hôpitaux vénézuéliens ne disposent que de la moitié du matériel médical et chirurgical requis pour fonctionner normalement, comme, par exemple, des masques de protection.

Au Mexique, le Tecnologico de Monterrey, une institution universitaire privée qui compte plus de 150 000 étudiants, a annoncé jeudi qu’il suspendait ses cours la semaine prochaine en raison de la pandémie. Le Mexique compte actuellement 15 cas de contamination.