/sports/hockey/canadien
Navigation

Déprime sur l’avenue des Canadiens-de-Montréal

Déprime sur l’avenue des Canadiens-de-Montréal
Photo Agence QMI, Joel Lemay

Coup d'oeil sur cet article

L’avenue des Canadiens-de-Montréal était bien tranquille jeudi après-midi. Malgré l’annonce de la Ligue nationale de hockey (LNH) de suspendre ses activités pour une durée indéterminée en raison du coronavirus, certains partisans avaient besoin de constater par eux-mêmes. 

• À lire aussi: Coronavirus : la LNH emboîte le pas 

• À lire aussi: Le coronavirus continue de faire mal au sport 

• À lire aussi: Hockey Québec annule le reste de la saison de hockey mineur 

Venu de Barrie en Ontario avec toute sa famille, James Thorne a fait son tour de reconnaissance au Centre Bell. Il a pris le temps de lire l’une des affiches placardées dans les portes vitrées annonçant l’annulation du match prévu en soirée entre le CH et les Sabres de Buffalo. 

«J’ai grandi en regardant le Canadien. C’est une équipe que j’ai toujours portée dans mon cœur. De finalement venir ici, avec mes enfants, pour voir un match du Canadien et que la ligue suspende ses activités cinq heures avant, ça fait un peu mal au cœur», a reconnu M. Thorne. 

«Je suis surpris par cette mesure sans précédent, mais je crois que c’est la bonne chose à faire. C’est mieux qu’ils le fassent maintenant.» 

Tommy Wakeham a aussi fait une longue route avec ses fils Cam, Mason et Ethan pour assister à l’affrontement entre le Tricolore et les Sabres. 

«Nous sommes venus d’Halifax pour voir ce match. On a acheté nos chandails (du CH) et on était très excités avant d’apprendre la nouvelle à la radio», a dit M. Wakeham. 

«C’est plate, mais je comprends totalement la décision de la ligue, qui veut protéger les joueurs et les spectateurs.» 

Grand partisan du Canadien, le Montréalais Hugo Daignault comprend lui aussi que la LNH n’avait pas d’autres choix devant la menace du coronavirus. 

«C’est dommage, on espère que c’est juste suspendu temporairement, mais je comprends l’urgence de la situation.» 

«Maintenant, est-ce qu’il va y avoir des séries ou pas? La saison c’est une affaire, mais les séries c’en est une autre, a-t-il ajouté. C’est un peu moins grave cette année, car le Canadien n’est pas en séries. S’il l’était, j’aurais plus de difficulté à le digérer.» 

Un désastre 

Pour les restaurateurs à proximité du Centre Bell, la suspension des matchs de la LNH est un coup très dur à encaisser. 

Les soirs de match, les 50 employés du Madisons accueillent environ 500 personnes. C’est plus de trois fois la clientèle habituelle en soir de semaine. 

«C’est difficile quand le Canadien ne fait pas les séries, on voit une grosse différence dans la quantité de clients. Maintenant, avec ça, ce sera un désastre, a dit le directeur général de l’établissement, Trifon Korbis. 

«On ne sait pas combien d’employés on devra laisser partir, mais plusieurs perdront leur emploi. On attend de voir quel genre d’aide le gouvernement pourra donner aux entreprises. Car on ne pourra pas tenir le coup si ça dure longtemps», a ajouté M. Korbis, consterné.