/entertainment/comedy
Navigation

Spécial «Fake News» : une deuxième édition de «CROC» sur les tablettes

Portraits de Hélène Fleury et Pierre Huet pour les créateurs du magazine humoriste CROC.
Photo Agence QMI, Dominick Gravel Portraits de Hélène Fleury et Pierre Huet pour les créateurs du magazine humoriste CROC.

Coup d'oeil sur cet article

La résurrection du magazine «CROC», l’automne dernier, a obtenu un succès tel qu’il a fallu aller en réimpression 48 heures plus tard, pour suffire à la demande. Puisque ses créateurs et leurs plumes acérées ne demandaient qu’à récidiver, une nouvelle édition de la baveuse publication humoristique est maintenant en kiosque avec, à sa une, un «Spécial Fake News».

Portraits de Hélène Fleury et Pierre Huet pour les créateurs du magazine humoriste CROC.
Photo COURTOISIE, TVA PUBLICATIONS

L’immortel slogan, «C’est pas parce qu’on rit que c’est drôle», demeure le même. Les collaborateurs qui étaient de la partie en octobre (dont des habitués de jadis comme Stéphane Laporte, Luc Déry, Yves Lapierre, et les «petits nouveaux» Ariane Maynard-Turcotte, Justine Philie et autres, à l’exception de Guillaume Lambert), ont à nouveau répondu positivement à l’appel, d’autres «recrues» (comme Hugo Meunier) ont également contribué, et le coloré magazine de 82 pages ratisse large dans les cibles qu’elle taquine. 

Un «combat suprême» entre Mike Ward et «le p’tit Jérémy», Donald Trump, Pierre Karl Péladeau, Maripier Morin, le réchauffement climatique, le but d’Alain Côté, les déboires du Canadien, Guy Nantel... Toutes les rates trouveront de quoi se dilater. Cette récente fournée de «CROC» compte 50 % de nouveau matériel et 50 % de contenu intemporel répertorié dans d’anciens numéros. 

Portraits de Hélène Fleury et Pierre Huet pour les créateurs du magazine humoriste CROC.
Photo COURTOISIE, TVA PUBLICATIONS

«C’est un type d’humour qu’on ne trouve pas ailleurs. Ce qui faisait la force de "CROC", c’est qu’on riait de tout, et il y avait différents types de texte. Il y avait de l’humour politique, social, bon enfant, absurde...Il y en avait de tous les genres. Ça reste un objet plein de clins d’oeil», signale Hélène Fleury, directrice de la rédaction et cofondatrice de "CROC" avec son défunt conjoint, Jacques Hurtubise, qui était à l’origine de l’idée de faire revivre «CROC» pour les 40 ans du magazine, en octobre. «CROC» avait fait la pluie et le beau temps sur les tablettes d’octobre 1979 à mai 1995. 

Plaisir «vintage»

À l’heure où plusieurs décrient une rectitude politique ambiante, la première mouture-anniversaire de «CROC» n’a généré aucune controverse ni montée aux barricades, à la grande joie de ses concepteurs. 

Hélène Fleury
Photo Agence QMI, Dominick Gravel
Hélène Fleury

«Étonnamment, tant d’années plus tard, la société québécoise est rendue plus frileuse qu’avant, remarque Pierre Huet, qui fut rédacteur en chef de "CROC" pendant 11 ans, aux débuts de l’aventure. On a plus de vaches sacrées, on est dans une période où on emmitoufle un petit peu trop de monde. Mais on a un instinct... Et on veut que les cheveux des gens leur hérissent un peu sur la tête! 

«Sans dire qu’on comble un besoin, il demeure que ç’a eu du succès, parce qu’on a découvert que le monde en voulait, ajoute Pierre Huet. On était curieux de savoir qui allait nous lire: est-ce que ça serait nos anciens lecteurs, qui ont aujourd’hui 60 ans, ou leurs enfants? Et tout le monde l’a lu. La palette est assez large.» 

Par ailleurs, ne cherchez pas de version numérique de «CROC» sur le web: ses artisans refusent catégoriquement de s’y mettre, préférant conserver le côté authentique de l’expérience. 

«Je pense qu’il y a un plaisir "vintage" à tenir un magazine papier dans nos mains, et à le lire à notre rythme, au moment où on le veut», estime Hélène Fleury, qui rêve déjà d’un troisième «CROC» qui pourrait sortir plus tard en 2020, si l’engouement était encore au rendez-vous. 

«Il y a toujours de la place pour rire, et dans la civilisation dans laquelle on vit présentement, je pense que la matière éditoriale ne manque pas», siffle Hélène Fleury. 

La nouvelle édition spéciale de «CROC» est présentement en vente.