/opinion/columnists
Navigation

Un gouvernement à l’image des Québécois

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Comme les Québécois, Legault loge à l’extrême centre.

Coup d'oeil sur cet article

Vous rappelez-vous ce que certaines personnes disaient avant la dernière élection provinciale ? 

« Si la CAQ est élue, ça va être épouvantable ! Ils vont tellement sabrer les services publics qu’ils vont faire passer Philippe Couillard pour Manon Massé ! Au lieu de renforcer le filet social, ils vont multiplier les baisses d’impôts et couper en éducation et en santé ! À côté de ça, l’austérité des libéraux va être de la petite bière ! » 

Or, avant-hier, la CAQ a présenté son budget. 

Et... ? 

Et rien.   

Un beau budget social-démocrate comme les Québécois les aiment. 

À L’EXTRÊME CENTRE 

C’est le jeu de la gauche : dépeindre François Legault comme un suppôt de la droite dure, pour ne pas dire de l’extrême droite. 

C’est du délire. 

Car notre premier ministre est à l’image des Québécois : il campe à l’extrême centre.  

La preuve : hier, les extrêmes, les vrais, étaient en beau maudit. 

Les écolos crinqués trouvaient que son budget n’était pas assez vert (encore de l’argent pour les routes ?).  

Alors que les apôtres du conservatisme fiscal trouvaient que son budget était trop dépensier.  

« Ce budget aurait pu être déposé par le PQ », m’a écrit un ami déçu de voir le gouvernement délier avec autant de nonchalance les cordons de sa bourse.  

Que voulez-vous, c’est comme ça.  

Au Québec, on est entre les deux. 

Pas trop à gauche, pas trop à droite. 

Pas trop souverainiste, pas trop fédéraliste.  

Pour paraphraser Elvis Gratton : « On est à droite de la gauche et à gauche de la droite. Des gauchistes capitalistes qui pensent comme des socialistes de droite. Des néo-libéraux communistes, mélangés avec des marxistes-léninistes pour la libre entreprise.  

« Des entrepreneurs assistés sociaux et des solidaires avec un fond d’ADQ. On a le cœur sur la main et la main sur le portefeuille. Comprends-tu ? » 

RÉVOLUTION TRANQUILLE 

Vous rêvez d’une transformation en profondeur de la société ? 

Vous aimeriez avoir un gouvernement franchement à gauche ou franchement à droite ? 

Eh bien, déménagez, car vous risquez de mourir frustrés. 

Le Québécois a beau piquer des colères, donner des coups de pied dans le mur et péter de la broue, c’est fondamentalement un modéré.  

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Il aime les progressistes-conservateurs, la souveraineté-association et les révolutions tranquilles.  

Il veut aller à l’étranger, pourvu qu’il y ait beaucoup de Québécois.  

Il aime l’hiver, surtout quand il ne fait pas trop froid et qu’il n’y a pas trop de neige. 

Il a voté PQ, mais ne voulait pas se séparer. Et il a élu Justin, mais déteste le multiculturalisme.   

Il n’est pas assez bien dans le Canada pour y entrer pleinement, mais pas assez mal pour en sortir. 

Un pied dedans, un pied dehors. 

Il veut que l’État lui foute la paix tout en prenant en charge ses moindres besoins.  

Et il souhaite payer le moins d’impôts possible tout en bénéficiant des meilleurs programmes sociaux au pays.  

NOUS AUTRES, ON EST PEPPÉ ! 

Pas étonnant que les Québécois aiment tant la CAQ.  

La CAQ, c’est le changement dans la continuité.  

Le PQ sans l’indépendance. Et le Parti libéral avec un programme identitaire.  

C’est pas pareil, mais c’est pas trop différent.  

C’est le bon vieux nationalisme économique social-démocrate.  

Avec un peu plus de pep.

Édito de Richard Martineau