/sports/golf
Navigation

Une situation étrange évitée

GLF-SPO-USP-THE-PLAYERS-CHAMPIONSHIP---ROUND-ONE
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

PONTE VEDRA BEACH | En réfléchissant quelques secondes, tous les golfeurs convenaient qu’il serait étrange de s’élancer devant des gradins vides, surtout sur le Stadium Course. Un scénario irréel.  

• À lire aussi: La PGA pèse finalement sur pause  

 Il fallait imaginer un instant un coup d’éclat, un exploit, un derby dans la dernière ligne droite, un dernier roulé de 15 pieds pour la victoire et une remise de trophée sans un son, sans foule, sur le meilleur circuit au monde. 

C’est ce qui se serait produit ce week-end à Sawgrass avec le premier plan concocté par la PGA en raison de la pandémie.  

Ce plan a toutefois pris la direction des poubelles en fin de soirée alors que les autorités du circuit ont annulé le tournoi. 

En évolution 

Durant la journée, tour à tour, les joueurs y allaient de leurs appréhensions face à la situation tandis qu’ils devaient s’élancer à huis clos. 

« Ce sera très étrange et ce ne sera pas aussi plaisant qu’à l’habitude, a convenu Justin Thomas, qui s’ennuyait de taper dans les mains des enfants. Mais il faut penser au portrait général. Il faut prendre cette pandémie au sérieux et s’assurer que tout le monde est correct. » 

Si plusieurs golfeurs critiquaient la décision de la PGA de poursuivre le tournoi en raison des risques pour la santé et d’une possible quarantaine à respecter, d’autres saluaient celle de le terminer à huis clos. Une option protégeant tant les participants que les spectateurs.  

Phil Mickelson comprenait la déception des partisans. Cependant, pour une rare fois, il ne pouvait approfondir le sujet par manque de connaissance sur la COVID-19. Durant sa ronde en matinée, il a senti un manque d’énergie des foules, plus silencieuses, sur le parcours. Il décrivait l’atmosphère différente. 

Chez les Canadiens, on ne sentait pas un vent de panique contrairement au Taïwanais C.T. Pan qui avait déclaré forfait en critiquant le manque de mesures.  

Les Corey Conners, Adam Hadwin, Mackenzie Hughes, Roger Sloan et Nick Taylor s’entendaient tous pour dire que les prochains jours seraient marquants. Ils respectaient la décision du circuit, peu importe la direction prise.  

« Je suis vraiment sous le choc. C’est une bonne décision de finalement l’annuler. Il faut comprendre à quel point le monde a changé en moins de 24 heures », a commenté Nick Taylor en toute fin de soirée. 

Et sur le terrain... 

Pendant que cette COVID-19 occupait toute l’attention, le Japonais Hideki Matsuyama démarrait en lion en s’offrant une ronde de 63 (-9).  

Il a ainsi égalé le record du parcours et du tournoi en ronde initiale en rejoignant les Jason Day (2016), Martin Kaymer (2014), Roberto Castro (2013) et Greg Norman (1994). Trois d’entre eux ont d’ailleurs soulevé le trophée trois jours plus tard.  

Harris English, Christiaan Bezuidenhout et Si Woo Kim partagent le deuxième rang, à deux coups de la tête.