/misc
Navigation

Premiers Québécois atteints du coronavirus: comme un p’tit rhume

GEN-COVID-19
Photo Guillaume Pelletier Bernard et Diane Ménard

Coup d'oeil sur cet article

Les premiers Québécois atteints du coronavirus n’ont ressenti qu’un petit rhume. 

C’est ce qu’ont déclaré hier matin en conférence de presse Diane et Bernard Ménard, un couple de Gatineau, âgés respectivement de 73 et 75 ans. 

Même s’ils sont actifs, Diane et Bernard auraient pu connaître un autre sort.  

Ils constituent ce qu’on appelle des cas vulnérables à la maladie. 

Diane est diabétique, Bernard se relève d’un cancer, et ils souffrent tous deux d’hypertension. 

Mais voilà, le sort en a décidé autrement ; juste un petit rhume... 

J’ai hésité avant de raconter leur histoire ainsi. Je me suis dit que ça envoyait un drôle de message. Mercredi, l’Organisation mondiale de la santé a qualifié l’épidémie de la COVID-19 de pandémie.  

Elle a ajouté que cette pandémie était maîtrisable, à condition que nous y mettions tous du nôtre. C’est-à-dire que nous devons limiter nos déplacements, passer des tests et nous isoler au moindre symptôme. 

Je ne veux surtout pas contribuer au discours de ceux qui disent : « Y a rien là, le coronavirus ». 

Mais il faut le dire : même les personnes les plus vulnérables peuvent guérir de la COVID-19. Certains n’en ressentiront même pas les symptômes.  

Guéris 

Ça ne veut pas dire que le couple Ménard n’a pas souffert, loin de là. Bernard a terriblement maigri.  

Le couple a eu peine à manger un morceau pendant des semaines. La diète japonaise qui leur a été offerte durant leur convalescence dans un hôpital militaire leur convenait mal. On peut les comprendre. Dans la maladie, on recherche le confort de ce qui nous est familier.  

Diane et Bernard se comptent chanceux, ils ont réellement craint pour leur vie. 

Sept de leurs camarades croisiéristes seraient décédés sur les quelque 700 qui ont été atteints du coronavirus sur leur bateau, mis en quarantaine au large du Japon au début février.  

Le couple a tenu bon, s’accrochant à l’idée de retrouver ses deux filles, Isabelle et Chantal, qui ont tout fait pour ramener leurs parents à la maison sains et saufs. 

Au-delà des douleurs physiques et des symptômes grippaux, le vrai combat s’est joué dans la tête, à « 80 % », souffle Bernard. 

« On se battait contre quelque chose qu’on ne connaît pas du tout, alors on avait peur », raconte-t-il sous le regard tendre de sa douce moitié. 

C’est aussi ce qui inquiète le plus dans toute cette histoire. Nous n’avons encore aucune idée d’où provient ce virus ni comment le traiter.  

La planète est toujours à la recherche d’un médicament antiviral ou d’un vaccin. 

Des cobayes 

D’ici là, la meilleure façon de se protéger est de suivre les recommandations de la santé publique.  

C’est le message que le couple Ménard tenait à envoyer aux Canadiens.  

Ils avaient aussi un message à lancer au gouvernement fédéral : vous nous avez traités comme des cobayes. 

Diane et Bernard ont été placés en isolement durant un total de 28 jours dans des conditions difficiles, à l’autre bout du monde.  

Pendant tout ce temps, Ottawa n’a pas cru bon les rapatrier.  

Il semble que le gouvernement fédéral a appris de ses erreurs. Il a rapidement ramené au pays de nombreux Canadiens piégés dans une situation semblable au large de la Californie plus tôt cette semaine, encore une fois sur un bateau de croisière.  

Pourquoi cette différence de traitement ? Ottawa ne prenait-il pas assez au sérieux la situation il y a à peine quelques semaines ?  

La pandémie de coronavirus risque de s’aggraver. Face à l’inconnu, le discours des autorités change et évolue de jour en jour.  

C’est à se demander si nous ne devons pas tous nous résigner à être des cobayes, pour un certain temps.