/news/transports
Navigation

Pas de désinfectant à l’entrée du métro pour l’instant

Coup d'oeil sur cet article

Bien qu’il soit «possible» de placer des distributrices de désinfectant à l’entrée des stations métro pour éviter la propagation de la COVID-19, «ce n’est pas dans les plans pour l’instant», a indiqué vendredi la Société de transport de Montréal (STM).   

«Nous sommes en contact avec la santé publique et nous pensons que ce que nous faisons est assez pour garder le [risque de propagation] très bas», a soutenu le directeur général de la STM, Luc Tremblay.   

 Pour l’heure, le «service normal» de métro et d’autobus est maintenu.  

 «Le transport collectif est un service essentiel. Il est impératif de le maintenir en service», a insisté M. Tremblay, mentionnant au passage le déplacement des travailleurs de la santé.   

Photo Dominique Cambron-Goulet

 ÉCOUTEZ l'entrevue de Valérie Plante, mairesse de Montréal, sur QUB radio:  

«Risque faible»  

S’il qualifie le risque de transmission du virus dans le transport en commun de «faible», le patron de la STM a indiqué que les employés recevront chacun une bouteille de désinfectant à main. 

«Nos employés sont en contact avec la clientèle et on veut éviter qu’ils soient un vecteur de contamination», a-t-il indiqué. 

La STM empêche aussi à tous ses employés de voyager à l’étranger. Ceux qui sont récemment revenus de voyage ont été placés en isolement préventif. 

«Il est important que toute personne présentant des symptômes [de la COVID-19] évite de prendre le transport collectif», a ajouté M. Tremblay, qui a invité les gens à être vigilants et à «avoir une bonne hygiène». 

La société de transport demande également aux employeurs d’être flexibles envers leurs employés pour étaler les déplacements dans la journée et éviter de trop grands rassemblements de personnes. 

Nettoyé plus souvent  

Depuis mardi, la STM nettoie quotidiennement les surfaces les plus touchées par les utilisateurs dans le métro comme les poteaux, les rampes des escaliers mécaniques, les ascenseurs et les distributrices de billets.  

Pour ce qui est des autobus, le nettoyage se fait environ chaque 36 heures puisque «65» d’entre eux peuvent être lavés en une journée, a indiqué Luc Tremblay 

Avant le début du mois de mars, le nettoyage du métro et des bus se faisait aux 5 à 6 semaines. 

Le nettoyage quotidien peut se faire actuellement, mais il sera difficile de maintenir ces mesures à long terme, a prévenu le directeur général. 

«Pour l’instant nous utilisons du temps supplémentaire mais ça a ses limites. Nous préparons un plan si la situation empire [qui pourrait comprendre] rappeler des retraités ou augmenter les heures supplémentaires», a avancé M. Tremblay. 

PHOTO GUILLAUME PELLETIER

  

  

  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.