/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Comment expliquer la COVID-19 aux enfants?

Father talking to son near pool side
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La crise de la COVID-19 peut entrer dans l’imaginaire des enfants et les rendre très anxieux. Les parents ont un rôle important à jouer afin de les aider à mieux comprendre ce phénomène, et ainsi leur permettre de mieux gérer et atténuer leur anxiété.

• À lire aussi: Guide pratique sur le Covid-19  

1. Informez... tout en évitant l’excès d’information  

Le parent devrait d’abord attendre les questions et prendre le pouls de la situation en tenant compte de l’âge de l’enfant avant d’aborder le sujet de front avec lui. Inutile d’inquiéter un enfant qui serait trop jeune pour se soucier de la situation. Il ne faut toutefois pas que l’enfant qui questionne sente qu’on lui cache de l’information : si celui-ci pose des questions ou semble inquiet, le parent peut lui demander ce qu’il a entendu sur la COVID-19, puis répondre à ses questions de façon juste, tout en se faisant rassurant.    

2. Faites vos devoirs... et évaluez aussi votre niveau d’anxiété  

Un parent alarmé et en perte de ses moyens risque d’engendrer ou d’accentuer la peur chez l’enfant voyant son parent inquiet. Le parent qui souhaite aider son enfant doit tenter de mettre en place des stratégies pour rester serein, et obtenir un portrait clair de la situation à l’aide des informations fournies par la santé publique afin de pouvoir répondre adéquatement aux questions de l’enfant. Si le parent semble en contrôle, l’enfant se verra certainement lui aussi plus confiant.    

3. Limitez la surexposition aux écrans et accompagnez l’enfant  

Les images diffusées en boucle montrant des centaines de personnes portant des masques ou portant des combinaisons, ou encore la recension du nombre de décès à travers le monde peuvent apeurer l’enfant, sans toutefois fournir les explications qui s’imposent et mettre la situation en contexte. Il est préférable de limiter le temps d’écran où l’enfant pourra voir une foule d’images dénuées d’explications, et à plus forte raison chez les plus jeunes. Et si l’enfant de niveau primaire ou secondaire souhaite écouter le bulletin de nouvelles, le parent peut l’écouter avec lui afin d’échanger et de répondre à ses questions.    

4. Demeurez à l’écoute et légitimez son inquiétude  

L’anxiété que l’enfant peut vivre est bien réelle et peut rapidement prendre des proportions très importantes. Le parent doit donc reconnaître les craintes de l’enfant, lui rappeler qu’il est normal d’avoir peur, tout en l’aidant à y voir plus clair et en le rassurant. Au besoin, un professionnel de la santé pourra aider l’enfant qui ne verrait pas son anxiété diminuer et qui se verrait en détresse importante.       

5. Prenez le taureau par les cornes  

En terminant, le parent doit aussi mentionner à l’enfant que tous sont à l’œuvre, scientifiques, chercheurs et gouvernements, afin de voir à cette problématique. L’adulte peut aussi souligner que tout est mis en œuvre pour le protéger, dont des habitudes et des mesures préventives, et qu’il peut lui aussi, par ces moyens concrets, avoir du contrôle sur la situation.        

Important à savoir  

Comment un coronavirus se propage-t-il ?   

  • Par les gouttelettes respiratoires générées lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue.   
  • Par contact personnel étroit prolongé avec une personne infectée, comme un contact direct ou une poignée de main.   
  • Par contact avec des surfaces infectées, puis par contact de la main avec la bouche, le nez ou les yeux avant de se laver les mains.      

Quelles sont les conséquences ?   

  • Certaines personnes infectées présentent des symptômes légers (tel un rhume) et d’autres plus sévères (telle une pneumonie). Dans les cas graves, l’infection peut entraîner la mort. Pour le moment, il n’existe aucun vaccin pour la COVID-19.      

Qui est le plus à risque ?   

  • Les personnes les plus à risque de complications sont celles âgées de 65 ans et plus, immunodéficientes et/ou atteintes de maladies chroniques.      

Les coronavirus ne survivent pas longtemps sur les objets :   

  • Sur les objets avec des surfaces sèches: 3 heures  
  • Sur des objets avec des surfaces humides: 6 jours   

Sources : Gouvernements du Québec et du Canada.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.