/news/coronavirus
Navigation

Coronavirus: Justin Trudeau et François Legault se sont parlé

Le premier ministre du Québec, François Legault, et le premier ministre du Canada, Justin Trudeau
Photo d'archives Le premier ministre du Québec, François Legault, et le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Pas tout à fait au beau fixe sur l’approche à suivre pour l’entrée des étrangers au pays, les premiers ministres François Legault et Justin Trudeau se sont parlé, samedi après-midi, à propos de la crise de la COVID-19. 

• À lire aussi: COVID-19: les voyageurs invités à rentrer au pays pendant que cela est encore possible 

• À lire aussi: Coronavirus: les snowbirds doivent rentrer au Québec, plaide François Legault 

Selon nos informations, Justin Trudeau a maintenu la position qu’il a exprimée, plus tôt cette semaine, voulant que la frontière canadienne ne soit pas, pour l’instant, fermée aux ressortissants de certains pays, bien qu’Ottawa «ne ferme pas la porte» à l’imposition de telles mesures.  

Par communiqué, le bureau du premier ministre fédéral a confirmé avoir parlé à François Legault au sujet de la sécurité aux frontières et des aéroports, mais n’a pas précisé la teneur des échanges.  

Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a en tout cas repris l’essentiel des propos tenus par Justin Trudeau, plus tôt cette semaine, à Rideau Cottage, à Ottawa.  

«Nous surveillons la situation attentivement et examinons toute mesure supplémentaire qui pourrait être nécessaire», a indiqué, samedi après-midi, le bureau du ministre Blair, dans une déclaration relayée à l’Agence QMI.  

Selon Mary-Liz Power, qui est l’attachée de presse du ministre Blair, l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a commencé à renforcer ses mesures de contrôle et de détection dans tous les aéroports internationaux, ainsi qu'aux points d'entrée routiers, maritimes et ferroviaires.  

«Des mesures de contrôle renforcées sont en place pour les personnes qui voyagent de la province du Hubei, en Chine, de l'Iran ou de l'Italie, a dit Mme Power. Les agents de l'ASFC procèdent à un premier contrôle des voyageurs, puis dirigent toute personne présentant des symptômes grippaux vers un membre du personnel de l'Agence de la santé publique du Canada pour une évaluation plus approfondie.»  

Sans vouloir laisser paraître de désaccords avec l’approche du premier ministre Trudeau, François Legault a fait savoir qu’il s’attendait à des mesures plus strictes de la part de gouvernement fédéral pour le contrôle aux frontières.  

«Je continue de penser que c’est urgent de réduire le nombre de visiteurs étrangers au Canada», avait glissé en conférence de presse François Legault, juste avant de s’entretenir avec son homologue fédéral.  

Le fédéral critiqué pour sa gestion de la crise

Alors que le Québec multiplie les annonces et les mesures pour endiguer la contagion du coronavirus, le gouvernement fédéral n’a pas tenu à faire le point ce samedi, ce que plusieurs dénoncent.

Pendant qu'Ottawa réfléchit aux mesures à adopter, les oppositions s'impatientent et dénoncent le manque de transparence des autorités fédérales qui, selon elles, en pleine crise, ne jugent pas nécessaire de faire des mises à jour quotidiennes.

«On est rendu samedi, on dirait que le gouvernement fédéral est en vacances, puis on attend lundi pour recommencer à travailler. Ça ne fonctionne pas comme ça, dans une gestion de crise», a avancé Pierre Paul-Hus, député conservateur.

Alexandre Boulerice, du Nouveau Parti démocratique (NPD), a regretté le flou entourant les décisions du gouvernement. «Il y a des gens qui sont affectés, des gens qui souffrent. L'économie va en souffrir beaucoup. Les travailleurs et travailleuses aussi. Ne laissez pas les gens dans l'incertitude.»

Le gouvernement de Justin Trudeau estime pour sa part que les mesures de sécurité sont suffisantes à la frontière, en raison de la Loi sur la quarantaine.

«Tous les passagers, peu importe d'où ils viennent, peu importe qui ils sont, sont soumis à la même loi, ce qui donne le pouvoir et l'obligation aux douaniers, aux agents de la douane, d'intercepter, d'isoler toute personne qui provient d'un pays à risque, ou toute personne qui affichent des symptômes», a expliqué Jean-Yves Duclos, président du Conseil du Trésor.

Vendredi, le fédéral a annoncé qu’il réduirait le nombre d'aéroports canadiens identifiés pour accueillir les vols internationaux. Néanmoins, on ignore toujours quels aéroports seront concernés par cette mesure.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

À voir aussi  

 

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.