/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: d’autres mesures économiques réclamées

ARG-PROSPÉRITÉ QUÉBEC
PHOTO D'ARCHIVES TOMA ICZKOVITS

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) et Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) réclament des mesures de relance économique supplémentaires. 

• À lire aussi: [EN DIRECT SAMEDI 14 MARS] Toutes les nouvelles sur la pandémie COVID-19 

• À lire aussi: 21 personnes sont maintenant atteintes du coronavirus au Québec 

• À lire aussi: Le Québec en état d’urgence sanitaire  

Estimant que le secteur manufacturier, qui représente le tiers du PIB du Canada, sera durement affecté par les conséquences économiques de la pandémie du coronavirus, la présidente-directrice générale de MEQ a réclamé samedi plus de mesures de relance. 

En l’occurrence, l’arrêt de paiement des cotisations à la taxe sur la masse salariale et autres frais gouvernementaux est demandé par MEQ, tout comme l’instauration de subventions pour aider les manufacturiers à maintenir leurs activités ou l’accès universel aux programmes de soutien financier avec un minimum de formalités administratives. 

Ces mesures recommandées par MEQ destinées à soutenir le secteur manufacturier peuvent «atténuer les répercussions économiques et permettre à l'économie canadienne de conserver son dynamisme et de rebondir une fois la crise passée», a fait savoir la présidente-directrice générale de MEQ, Véronique Proulx. 

Cette dernière a néanmoins salué les mesures annoncées la veille par le gouvernement Trudeau et par la Banque du Canada. Ottawa a annoncé vendredi 10 G$ en crédit pour aider les entreprises canadiennes durement touchées par la COVID-19 tandis que le taux directeur est passé de 1,25% à 0,75%. 

De son côté, le CPQ a envoyé des lettres aux premiers ministres du Québec et du Canada pour leur proposer une série d'actions à poser afin d'appuyer les employeurs. 

Le CPQ estime que les secteurs les plus préoccupants sont les suivants: agroalimentaire (production, transformation, distribution) et secteur du tourisme, soit transport de passagers, hébergement, restauration, événements, conférences et congrès, événements sportifs. 

Le Conseil demande, entre autres, à Ottawa et à Québec une aide financière pour l'acquisition ou l'augmentation de la capacité des moyens technologiques pour faciliter le télétravail et la possibilité de faire des rencontres à distance. 

Le CPQ estime qu’il privilégie des programmes aidant les entreprises en améliorant leurs liquidités tout en faisant attention de ne pas augmenter leur endettement. 

«Il est essentiel que les gouvernements dans leurs communications soient également très affirmatifs dans les messages qui viseront à assurer la continuité des opérations des entreprises qui seront affectées», a dit Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.