/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: quoi faire pour se protéger

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités sanitaires sont formelles : la collaboration de tous sera nécessaire pour endiguer l’éclosion de la COVID-19 sur le territoire québécois. Chacun est en mesure d’adopter des comportements souvent simples, parfois plus astreignants, pour éviter le pire scénario.  

• À lire aussi: Guide pratique sur le Covid-19  

TOUS SONT CONCERNÉS   

  • Les jeunes et les adultes en santé semblent généralement récupérer plus facilement d’une contamination au nouveau coronavirus, mais ils n’en sont pas moins contagieux, rappelle la pédiatre et microbiologiste-infectiologue Caroline Quach-Thanh, en charge de la prévention des infections au CHU Sainte-Justine.     
  • Les aînés et les personnes avec des conditions sous-jacentes présentent un plus haut risque de mortalité. « C’est une chose d’être malade et de se dire : ce n’est pas grave, je vais m’en sortir. C’est une autre chose de le passer à des gens vulnérables », fait remarquer la Dre Quach-Thanh.      

SI VOUS REVENEZ DE VOYAGE   

  • Depuis jeudi, le gouvernement du Québec recommande un isolement volontaire de 14 jours à toutes les personnes qui reviennent de l’étranger. Cet isolement est obligatoire pour tous les employés de la fonction publique et pour tout le personnel de la santé, de l’éducation et des services de garde qui reviennent de l’étranger.    
  • La Dre Quach-Thanh invite à ne pas prendre les recommandations d’isolement à la légère. « On sait qu’on est capable de trouver du virus dans nos voies respiratoires dans les 24 heures à peu près avant le début des symptômes et, ce qui est très particulier avec ce virus-ci, qui n’était pas le cas avec le SRAS de 2003, c’est que la charge virale la plus élevée, donc le moment où on a le plus de virus dans nos voies respiratoires, c’est quand on a des petits symptômes hyperlégers », soulève-t-elle.      

SI VOUS N’AVEZ PAS VOYAGÉ, MAIS PRÉSENTEZ DES SYMPTÔMES   

  • Depuis jeudi, le gouvernement du Québec demande à toutes les personnes qui ont des symptômes associés à la grippe ou au rhume de se placer en isolement volontaire tant qu’elles ont des symptômes.     
  • L’isolement à la maison n’est pas requis pour les autres membres du ménage qui ne présentent aucun symptôme. En cas de doute, appeler la ligne d’information 1 877 644-4545.      

SI VOUS DEVEZ ABSOLUMENT VOYAGER   

  • Toutes les mesures des précautions présentées ici s’appliquent. Faites provision de lingettes humides, de gants de chirurgiens, de papiers-mouchoirs et de lotion désinfectante, glissez-les dans les bagages et traînez-les avec vous durant toute la durée du séjour.      

NE CÉDEZ PAS À LA PANIQUE   

  • Christian Baron, vice-doyen à la recherche de la faculté de médecine de l’Université de Montréal, salue la transparence des autorités sanitaires et estime que leur réponse est adéquate jusqu’à présent. « Il ne faut pas paniquer, mais rester très prudent. Cette infection est pire que la grippe saisonnière, donc il faut lui porter une attention particulière. »      

DANS LES TRANSPORTS EN COMMUN   

  • La COVID-19 se propage notamment par les gouttelettes respiratoires générées quand une personne infectée tousse ou éternue et par le contact des mains avec des surfaces infectées puis avec la bouche, le nez ou les yeux. Prenez des mesures simples, comme le lavage des mains et évitez les contacts rapprochés avec les personnes malades, ou envisagez un autre mode de transport comme la marche
    ou le vélo.      

LAVER FRUITS ET LÉGUMES ?   

  • Les fruits et légumes « ne sont pas forcément une source de transmission pour ce virus » et il est « beaucoup plus probable de l’attraper des personnes infectées », estime M. Baron. Cela dit, « c’est toujours recommandé de laver les fruits et légumes », situation d’épidémie ou pas, fait-il remarquer.        

*Sources : Gouvernements du Québec et du Canada et les professeurs titulaires à l’Université de Montréal Caroline Quach-Thanh et Christian Baron.  

Tout le monde devrait...        

  • Se laver les mains des dizaines de fois par jour (surtout après avoir visité des lieux publics).    
  • Privilégier le lavage des mains avec savon et eau courante. Une solution de type Purell est adéquate « la plupart du temps, sauf quand on manipule des sécrétions respiratoires », selon la Dre Quach-Thanh.    
  • Se couvrir la bouche et le nez avec le bras en toussant ou en éternuant.    
  • Jeter dès que possible les mouchoirs après usage et se laver les mains ensuite.    
  • Éviter tout contact avec des personnes vulnérables si l’on est malade.    
  • Éviter les salutations comme les poignées de main et la bise.    
  • S’informer régulièrement de la situation, qui évolue rapidement.    
  • Les masques ne sont pas un outil de protection efficace pour la population générale. Leur utilisation est indiquée pour les patients chez qui une infection est suspectée et pour le personnel soignant.        

D’autres conseils    

N’oubliez pas vos animaux de compagnie  

Photo d'archives, Chantal Poirier

Au cas où vous seriez propriétaire d’un animal de compagnie, allez dans une animalerie et faites des provisions de nourriture, de friandises et de litière pour 14 jours.  


Enfin, pensez à votre santé mentale  

Pour n’importe quel humain, si vous devez vous isoler volontairement deux semaines, tourner en rond peut s’avérer pesant.     

Cherchez donc des sources de divertissement, autres que votre télévision, Netflix ou les sites de nouvelles. Achetez un livre ou deux, un jeu de société, mettez-vous à la méditation, faites des cours de yoga en ligne, joignez-vous à des cours d’université en ligne ou apprenez une nouvelle langue.  


Et les masques faciaux ?  

Les masques faciaux, ou chirurgicaux, sont seulement indiqués pour les personnes qui présentent des symptômes ou qui s’occupent de personnes malades. Ainsi, ces masques sont utilisés en grand nombre par le personnel des hôpitaux et des centres hospitaliers.    

Si vous êtes en bonne santé, il n’y a aucune raison de porter un masque. En fait, les masques peuvent augmenter le risque, car les gens vérifient continuellement leur masque et se touchent le visage sans s’être lavé les mains au préalable.     

  

– Avec la collaboration de Hortense Des Dorides  

Des conseils de Madame Chasse-taches    

Faites votre propre désinfectant   

  • Le lavage fréquent des mains avec du savon est la meilleure option pour tuer les micro-organismes.      
  • Si vous souhaitez fabriquer votre propre gel antibactérien, voici une recette maison de gel antibactérien pour les mains. Les ingrédients se trouvent facilement en pharmacie.    

Mélanger dans une petite bouteille   

  • 1/3 de tasse (75 ml) de glycérine végétale    
  • 1/2 de tasse (125 ml) d’alcool à friction (Isopropanol) 99 %    
  • Quelques gouttes d’huile essentielle à la lavande        

Source de la recette : Un truc maison pour faire son propre gel antibactérien (style Purell)  


Ne pas oublier de désinfecter ces objets avec un tampon démaquillant et de l’alcool à friction à 70 %    

  • Les téléphones    
  • Les claviers d’ordinateur    
  • Les poignées de porte    
  • Les manettes de jeux vidéo et de télé    
  • Les robinets    
  • Les commutateurs        

♦ Attention de ne pas utiliser l’alcool sur des murs peints, ce qui pourrait causer une décoloration.  

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.