/news/society
Navigation

Coronavirus: plusieurs épiceries sont toujours à sec

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les efforts constants des employés sur le plancher, les tablettes de pâtes alimentaires, de boîtes de conserve et de papier de toilette étaient toujours à sec samedi après-midi dans plusieurs supermarchés. 

• À lire aussi: Quoi prévoir s’il faut vous isoler pendant 14 jours 

« Tout était vide ce matin [samedi], je n’ai jamais vu ça ! » soutient une employée du Provigo situé en face du Centre Bell, à Montréal, qui a préféré conserver l’anonymat.  

Photo Agence QMI, Steve Madden

Plusieurs de ses collègues, qui n’étaient pas à l’horaire initialement, ont d’ailleurs été appelés en renfort pour renflouer les étagères.  

Partout dans l’épicerie, il était possible de voir le fond des étagères, malgré le travail d’une dizaine d’employés. Les boîtes de céréales, les fruits, les morceaux de viande, les produits surgelés : les rayons étaient dépouillés.  

« C’est vraiment beaucoup de travail pour les employés de tout remplir le magasin, ajoute-t-elle. Je suis rentrée plus tôt ce matin [samedi] pour venir aider aussi. » 

Le Costco de Boucherville a pour sa part reçu une grosse livraison de papier de toilette.
Photo Agence QMI, Steve Madden
Le Costco de Boucherville a pour sa part reçu une grosse livraison de papier de toilette.

Ridicule 

Pour plusieurs clients, les rangées vides soulèvent l’incompréhension. 

« Je trouve tout ça ridicule. Les gens paniquent pour rien. Si les gens faisaient juste suivre les directives du gouvernement, il n’y aurait pas de tablettes vides. Et l’histoire du papier de toilette ? Je ne comprends rien du tout », explique Gwen Murphy, surprise devant ce qui devait être le rayon des pâtes alimentaires.  

En effet, il ne restait que quelques paquets de spaghetti qu’on pouvait compter sur les doigts d’une main. 

« La situation est exagérée, soutient pour sa part Mohamed Makki. C’est sérieux, oui, mais pas à ce point-là. Les gens sont en mesure de survivre pendant trois, quatre jours chez eux ! » 

Selon les psychologues consultés par Le Journal, le comportement « survivaliste » des consommateurs s’explique par le besoin de rétablir un certain contrôle dans leur vie, au milieu d’une crise qui les dépasse complètement. 

Se préparer 

À l’inverse, certains clients masqués étaient au supermarché pour faire leurs dernières emplettes avant de s’enfermer à domicile. 

La rangée des pâtes alimentaires a été dépouillée au Provigo en face du Centre Bell à Montréal.
Photo Roxane Trudel
La rangée des pâtes alimentaires a été dépouillée au Provigo en face du Centre Bell à Montréal.

Allen Su et Wifan Liu, deux étudiants étrangers en échange, trouvaient au contraire que le niveau d’alerte est encore trop bas. 

« Nous avons vu l’ampleur de la situation en Chine, et au contraire, nous avons acheté plus de nourriture dans les derniers jours pour nous préparer », affirme M. Su.  

Aux Costco de Boucherville et de Saint-Bruno-de-Montarville, l’Agence QMI a pu constater une abondance des stocks de papier de toilette, contrairement à celui d’Anjou, à Montréal, qui était complètement vide.  

Des supermarchés ont également imposé une limite d’articles par client, de façon à limiter les excès jusqu’à ce que les stocks se renflouent.