/weekend
Navigation

La vie après La Voix: voici ce que sont devenus les 28 ex-finalistes

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la huitième saison de La Voix nous fait découvrir chaque dimanche de nouveaux talents musicaux, Le Journal a retrouvé les finalistes des 7 dernières saisons. Qu’ils soient entrepreneurs dans l’ombre ou sous les projecteurs avec des albums ou des tournées, la plupart d’entre eux se sont servis de La Voix comme tremplin pour leur carrière musicale. Voici ce que les 28 finalistes et gagnants de La Voix sont devenus.  

2013 - Saison 1   

Valérie Carpentier | Gagnante  

Photo courtoisie

UN TROISIÈME ALBUM EN CHANTIER   

Valérie Carpentier n’avait que 19 ans lorsqu’elle fut la toute première à être couronnée gagnante de la version québécoise de La Voix, en 2013.         

« C’était le rêve, dit-elle à l’autre bout du fil. Mais je pense qu’à l’époque, je ne comprenais pas ce que ça voulait dire, gagner La Voix. Je pense que je ne l’ai pas utilisé comme un tremplin comme j’aurais dû le faire. Je l’ai vécu comme je pouvais, j’ai appris sur le tas. Mais si c’était arrivé maintenant, je comprendrais plus la valeur ».    

La jeune femme a lancé son premier album la même année, L’été des orages, certifié disque d’or quelques mois après sa sortie, qui lui a permis de faire une tournée de 50 villes à travers le Québec. Trois ans plus tard, elle signait la plupart des paroles et musiques de l’album electro-pop Pour Rosie.        

En 2017, Valérie Carpentier a ajouté une corde à son arc en décrochant le rôle de Fleur-de-Lys dans la nouvelle mouture de la comédie musicale Notre-Dame de Paris, aux côtés de Daniel Lavoie, entre autres.        

Aujourd’hui âgée de 26 ans, Valérie Carpentier travaille depuis plus d’un an à l’écriture de son 3e album, qui devrait voir le jour en 2020. « J’ai écrit beaucoup, beaucoup, dans les derniers mois. Ce sera encore un album mélancolique », laisse-t-elle tomber.         

D’ici là, elle a quelques spectacles intimes piano-voix à son horaire, dont le 24 avril à Gatineau et le 1er mai à Maskinongé.        


 Étienne Cotton  

Photo courtoisie, FolioPhoto.net

L’ALBUM ARRIVE, PROMET LE RIMOUSKOIS  

Foi d’Étienne Cotton, il ne sera bientôt plus le seul de sa cohorte de La Voix à ne pas avoir d’album à son actif.        

Sept ans après avoir fait la finale de la première saison du télé-crochet en compagnie de Charlotte Cardin, Jérôme Couture et la gagnante, Valérie Carpentier, l’artiste de 38 ans établi à Rimouski se sent enfin prêt.        

« Il va y avoir un produit, c’est sûr et certain. J’aimerais avoir un album multicolore, donc aller travailler avec des artistes connus de ma région », dit-il en citant les Florent Vollant et Louis-Jean Cormier, entre autres.        

Cotton affirme qu’il ne voulait pas se précipiter en studio après La Voix et sortir un album pop, avec des chansons écrites par d’autres, « juste pour dire qu’on sort un album ».        

« Pas pour moi, merci », tranche-t-il.        

S’il a passé les sept dernières années dans l’ombre, Étienne Cotton ne voit pas son après-Voix comme un échec.        

« Les gens me demandent souvent si j’ai hâte que ça marche. Je réponds d’abord : as-tu écouté la télé en 2013 ? Puis je fais toujours de la musique, je pratique beaucoup, j’ai des petits projets. Mais je sais qu’ils veulent dire : quand vas-tu mettre l’énergie nécessaire dans ta musique à toi ? »        

C’est la prochaine étape, assure-t-il.        


Jérôme Couture  

Photo courtoisie, La p'tite Photographe

DU TEMPS EN FAMILLE... ET EN STUDIO  

Jérôme Couture se fait actuellement plus discret sur le plan musical. Et il a une excellente raison : il vient tout juste d’accueillir son premier enfant, avec la comédienne et auteure Frédérique Dufort. Les amoureux avaient d’ailleurs choisi d’annoncer qu’ils seraient parents dans le dernier vidéoclip du chanteur.        

Le troisième et dernier album de Jérôme Couture, Mon paradis, est paru en octobre 2018.        

Cumulant les succès radiophoniques, l’artiste travaille actuellement sur son quatrième album, qui, selon son attachée de presse, sera plus pop et dansant que jamais. Il a déjà commencé à enregistrer en studio avec des collaborateurs qui restent mystérieux pour l’instant.          

D’ici à ce qu’une nouvelle tournée se mette en branle avant la fin 2020, des spectacles sont prévus à Québec 11 avril et à La Baie 17 avril.         


Charlotte Cardin  

Photo d'archives, AFP

UNE ASCENSION FULGURANTE  

Charlotte Cardin a pris du recul afin de trouver son identité musicale après son passage remarqué à La Voix, en 2013. Depuis qu’elle a trouvé sa niche, plus rien ne semble l’arrêter.        

De tous les ex de la populaire émission, la chanteuse-mannequin est sans doute celle qui a connu l’ascension la plus fulgurante.        

Ses mini-albums bilingues d’électro-pop de même que les singles lancés ça et là ont séduit aussi bien les Québécois que les Français. Même le public anglo-saxon est tombé sous le charme.        

Sur Spotify, son titre Main Girl cumule plus de 16 millions d’écoutes. Le grand Elton John a chanté ses louanges à son émission de radio au Royaume-Uni. Elle a tourné aux États-Unis, chanté au prestigieux Festival Bonnaroo.        

Ne manque plus que le fameux premier album complet, qui se laisse désirer depuis quelques années. « Je veux me donner le luxe de choisir », a déjà dit la star de 25 ans.         


2014 - Saison 2   

Yoan | Gagnant  

Photo courtoisie, Marie-Lyne Allard

UN VIRAGE NEW COUNTRY ANGLOPHONE  

Après avoir remporté La Voix en 2014, vendu 120 000 exemplaires de son premier album, sous contrat avec Productions J, fait le Centre Bell et le Centre Vidéotron, Yoan Garneau a choisi de prendre lui-même le contrôle de sa carrière. « C’était extrêmement audacieux », avoue-t-il, quelques années plus tard.        

Le chanteur à la voix grave a décidé de produire, coréaliser, écrire et composer une grande partie de son deuxième album, en français, paru en 2018. « Ç’a été très formateur pour moi de partir de mon côté et faire les choses comme je ressentais, explique-t-il. Je n’ai aucun regret. J’avais besoin d’écouter mon cœur, même si ce n’était pas nécessairement conventionnel. »        

Pour son troisième album, qui paraîtra à la fin de l’année 2020, Yoan allégera toutefois ses tâches en se trouvant un réalisateur et une maison de disques. Cette fois-ci, le chanteur prend un virage 100 % anglophone, tandis que musicalement, il délaissera le country plus traditionnel pour un son new country moderne et « plus musclé », dit-il.        

Il a fait équipe avec d’autres auteurs des États-Unis et de l’Ouest canadien. Son but est clair avec ce troisième opus : traverser les frontières. « Avec l’album en français, je ne pouvais pas me permettre ça. Là, je veux me rendre le plus loin possible », confie-t-il.        

Actuellement, le chanteur prend du temps pour lui. Il se retire tout le mois de mars, seul, dans un chalet. « C’est peu paradoxal, parce que ce que j’aime le plus dans mon métier, c’est le contact avec les gens. Mais j’aime aussi être seul avec moi-même. J’en reviens plus serein. »         


Valérie Lahaie  

Photo d'archives, Ben Pelosse

HEUREUSE LOIN DES PROJECTEURS  

Vous avez l’impression qu’on ne voit plus la pianiste Valérie Lahaie ? « Je travaille 100 heures par semaine ! » s’exclame-t‐elle à l’autre bout du fil.        

« Avant de faire La Voix, je me disais que pour que ma carrière fonctionne, il fallait que je passe dans les journaux, à la télé. En faisant La Voix, je me suis rendu compte que ce n’était pas pour ça que je faisais de la musique. C’est pour plein d’autres raisons. Il y a tellement de possibilités », dit-elle.        

Ces possibilités, elle les voit dans l’entrepreneuriat. La jeune femme est propriétaire depuis plus d’un an de l’Espace Piano Blanc, à Saint-Jean-sur-Richelieu, une toute petite salle qui peut accueillir jusqu’à 50 personnes.        

« Je constatais, avec La Voix, qu’on était énormément d’artistes qui avaient des talents fous. Et il y a plein de gens dont on n’entend plus parler, mais ça ne veut pas dire qu’ils arrêtent de faire de la musique. J’y produis des artistes qui ne pourraient pas se produire dans des salles conventionnelles, qui n’ont pas nécessairement une grande visibilité », explique-t-elle à l’autre bout du fil.        

« Le fait que ce soit tout petit et intime, l’ambiance est absolument incroyable, ajoute-t-elle. Les gens finissent par m’écrire pour jouer chez nous. »        

En tant qu’artiste, aujourd’hui, elle estime qu’il est plus important que jamais de mêler les affaires à l’art pour survivre dans l’industrie. « La musique reste en moi, mais ce qui fait que je peux en vivre, c’est ma fibre entrepreneuriale », dit celle qui a créé des ateliers de bien-être par la voix, et même des séances de yoga piano.        

En studio  

Valérie Lahaie continue en parallèle sa carrière de musicienne. Elle écrit actuellement la trame sonore de Corres-pondances de guerre, un spectacle multidisciplinaire qui sera présenté à la Société des arts technologiques de Montréal. « Je tripe ma vie en studio à écrire des tounes sur la Première Guerre mondiale », lance-t-elle.        

Son troisième album, piano-voix, paraîtra en 2020.        


Rémi Chassé  

Photo d’archives, Simon Clark

REPARTIR À NEUF   

S’il prévoit sortir un nouvel EP de chansons originales en français à l’automne, Rémi Chassé a été retardé dans son processus de création l’été dernier. Son amoureuse et lui ont perdu leur maison dans les inondations survenues en Beauce.        

« Ç’a été toute une épreuve, confie-t-il au Journal. Ç’a été un été gaspillé. Mais c’est derrière nous. On a déménagé, on a acheté une nouvelle maison. La démolition de mon ancienne est terminée. On repart à neuf. »        

L’épreuve lui a même inspiré la chanson Nous quitterons la maison. Depuis qu’il a emménagé dans sa nouvelle demeure, Rémi Chassé a repris la plume et se dit grandement inspiré pour créer de nouvelles pièces. Il envisage de passer l’été en studio.        

« Ce sera en français, un peu moins rock, mais toujours aussi intense », déclare-t-il.         


Renée Wilkin  

Photo d'archives, Agence QMI

LE VENT DANS LES VOILES  

Depuis qu’elle a été finaliste de La Voix en 2014, Renée Wilkin a le vent dans les voiles.        

Après avoir été de la distribution de la revue musicale à succès Britishow, l’ancienne candidate de l’équipe Marc Dupré a fait paraître trois albums, dont le plus récent, Briser la chaîne, a été créé en collaboration avec Corneille. Ce dernier lui a donné la chance d’assurer la première partie de ses concerts en France, en octobre.        

Une tournée pour soutenir la sortie de cet album se mettra en branle à la fin de 2020, mais d’abord, Renée Wilkin parcourra les festivals de la province cet été.
  

2015 - Saison 3   

Kevin Bazinet | Gagnant  

Photo Chantal Poirier

IL A FONDÉ SON ÉCOLE DE MUSIQUE  

Après avoir vaincu son anxiété, gagné La Voix, lancé un album certifié or produit par Productions J et créé avec une armée de collaborateurs, et donné une centaine de spectacles partout au Québec, Kevin Bazinet a lancé l’automne dernier, plus discrètement, un deuxième album, Freedom.        

Sans grosse machine derrière lui, le frère de Bobby Bazini a cette fois-ci réalisé, écrit, composé et produit entièrement l’album. Pourtant, en 2017, après le tourbillon de deux ans qui a suivi son couronnement à La Voix, l’artiste avait exprimé le souhait de ne plus faire de disques.    

« Je ne voulais pas me relancer dans un gros projet qui était aussi prenant mentalement, dit-il au Journal. La Voix, ç’a été une des plus belles expériences de ma vie. Mais c’est certain que l’anxiété me rattrapait avec tous les engagements et responsabilités que j’avais. Devant les gens, j’étais tout le temps là à 100 %, mais dans ma tête, j’avais beaucoup de up and down. Ce n’était pas évident de garder le cap, mais j’ai réussi jusqu’au bout quand même. J’ai eu besoin de me recentrer. »        

Une centaine d’élèves  

Durant sa période de pause, en 2017, Kevin Bazinet a fondé sa propre école de chant. « Je trouvais ça important de continuer à vivre de ma musique, d’une façon ou d’une autre », exprime-t-il.        

Il enseigne aujourd’hui à pas moins de 101 élèves, de tous les âges. « Je voulais avoir d’autres profs. Mais les gens demandaient à ce que ce soit moi. Ça faisait des conflits. C’est beaucoup de travail, mais c’est tripant. Chacun a des objectifs différents. »        

Kevin Bazinet se fait évidemment demander par plusieurs personnes de les coacher pour aller faire La Voix. Une de ses élèves, Catherine Sans­regret, a fait retourner les chaises des quatre coachs cette année. Trois de ses élèves sont actuellement à The Voice, en France. « C’est tellement tripant pour moi de vivre ça ! », s’exclame­-t-il.        

Toujours un artiste dans l’âme  

L’idée de faire un album avec ses propres chansons a tranquillement refait surface l’an passé. « J’ai mon studio chez moi, j’écrivais mes chansons. Alors je me suis dit pourquoi ne pas lancer un album comme ça, sans pression, juste pour le plaisir de partager ma musique. J’ai adoré l’expérience. »        

Kevin Bazinet donne des spectacles ici et là, mais surtout des spectacles privés pour aider la cause des gens aux prises avec l’anxiété.        

« J’y raconte beaucoup mon histoire. Ce sont des shows-bénéfices ou privés, organisés par le gouvernement ou des fondations. Depuis La Voix, beaucoup de gens m’abordent sur ce sujet-là, parce que j’en ai parlé ouvertement. Vaincre l’anxiété, ç’a été un gros défi que je suis heureux d’avoir réalisé. C’est loin d’être un échec d’être mieux chez moi. Je ne suis tellement pas malheureux comme ça. Et en plus, je réussis à gagner ma vie avec la musique. Et je réussis à rester un artiste à travers ça. »        


Rosa Laricchiuta  

Photo Chantal Poirier

UN CONTRAT DE QUATRE DISQUES EN ITALIE  

Après avoir lancé un album en français et un EP en anglais, et après avoir fait le tour des grands arénas des États-Unis avec le Trans-Siberian Orchestra, la rockeuse Rosa Laricchiuta a signé un contrat de quatre disques anglophones avec la maison de disques italienne Frontiers, spécialisée dans le rock mélodique.        

« Le premier a été enregistré en Italie et il va être lancé en septembre avec des vidéoclips et tout le kit. C’est Jeff Scott Soto, chanteur avec le Trans-Siberian Orchestra et avec la formation Sons of Apollo, qui m’a référée », a-t-elle confié lors d’un entretien téléphonique.        

Finaliste de l’équipe d’Éric Lapointe en 2015, elle accompagnera à nouveau le rockeur pour ses prochains spectacles.        

Elle sera de retour avec le Trans-Siberian Orchestra pour une cinquième tournée en novembre et décembre 2020.        


Matt Holubowski  

Photo d'archives, Ben Pelosse

UNE CARRIÈRE ENVIABLE   

Après avoir fait paraître un premier album en solo, Old Man, Matt Holubowski a été révélé au grand public grâce à La Voix en 2015, qui lui a ouvert les portes d’une carrière enviable. Son second album, Solitudes, paru en 2016, a été certifié or et l’a amené à faire une tournée de plus de 200 concerts.        

Au cours de plusieurs mois de pause, Holubowski est parti se ressourcer autour du monde pour nous offrir, il y a à peine trois semaines, l’album Weird Ones, couvert de critiques positives. Une nouvelle tournée attend le chanteur de 31 ans en 2020.         


Angelike Falbo  

Photo courtoisie

ELLE SE TOURNE VERS LE R&B  

Seule de sa cohorte de finalistes à ne pas avoir lancé d’album, Angelike Falbo a décidé de prendre les choses en main pour que ça change.        

Après quelques tentatives qui n’ont mené à rien de concret et des ruptures professionnelles avec deux gérants, la participante de La Voix 2015 a choisi la voie de l’indépendance, sans label pour la soutenir.        

La direction pop qu’elle a prise à sa sortie de La Voix, ce n’était pas elle. Elle se lance dans le R&B – le style qu’elle a toujours aimé – et écrit ses propres chansons.        

« Mes expériences récentes m’ont permis de savoir ce que je veux. Est-ce que c’est percer, sortir de la musique, avoir des fans et voyager partout ? Ou est-ce que c’est de créer de la musique que j’aime faire, que j’aime chanter et qui me ressemble ? » La deuxième option est la bonne, a-t-elle tranché.        

L’album est pour bientôt, promet celle qui étrennera même des compositions lors d’un spectacle auquel prendront part deux autres anciens de La Voix, le 13 juin, à la Plaza Saint-Hubert.        

2016 - Saison 4  

Stéphanie St-Jean | Gagnante  

Photo courtoisie

RETOURNÉE VIVRE EN OUTAOUAIS  

La gagnante de la 4e saison de La Voix a disparu de l’espace médiatique depuis quelques mois, tout à fait volontairement. Retournée vivre dans la quiétude de l’Outaouais, elle se consacre toutefois encore à la musique. Son deuxième album verra le jour en 2020, espère-t-elle.    

Après sa victoire au sein de l’équipe Pierre Lapointe, Stéphanie St-Jean a habité à Mont-réal pendant trois ans. « J’ai grandi en campagne, alors j’ai trouvé ça un peu rough, la ville, confie la chanteuse à l’autre bout du fil. Il y a des parcs à Montréal, mais je me suis rendu compte que ça ne suffisait pas. »   

Son second opus serait déjà écrit et elle prévoit entrer en studio dans les prochaines semaines. « J’ai cherché ma couleur musicale dans les derniers mois », dit-elle.   

Si Stéphanie St-Jean a vécu sa victoire à La Voix comme un « choc », elle le vit positivement aujourd’hui. « Ce n’était pas seulement ma vie qui était chamboulée, c’était aussi celle de mes proches. C’était plutôt intense, et ça l’est encore, mais j’adore ça. Ç’a amplifié le nombre de personnes à qui je dis bonjour dans une journée. »    


Yvan Pedneault   

Photo courtoisie, Marie-Lyne Allard

DES DIZAINES DE CONCERTS À L’HORAIRE  

Entre les spectacles de son hommage à Queen, son rôle de Phœbus dans Notre Dame de Paris, la création de son deuxième album de chansons originales et la revue musicale Route 66, à laquelle participent également Jonas, Rick Hugues et Jean-Marc Couture, Yvan Pedneault ne chôme pas.   

De tous les finalistes des sept saisons de La Voix, Yvan Pedneault est un des artistes qui a le plus de spectacles à l’horaire cette année. S’il faisait carrière avant La Voix, se rendre à la finale du populaire concours musical lui a permis de vivre de la musique à 100 %, admet-il.   

« L’été dernier, j’ai eu un été de fou et j’ai adoré ça. Je travaillais sur quatre ou cinq spectacles différents, dit celui qui a une formation en théâtre musical. Cette année, ce sera moins pire, mais quand même très occupé. »   

Yvan Pedneault, qui chante du Queen depuis 2007, traîne toujours son spectacle en hommage au groupe de Freddie Mercury. « Ce n’est pas le genre d’hommage où on se déguise et on essaie de sonner pareil. C’est moi, mes musiciens, et on fait du Queen. Je retombe en amour avec cette musique-là à chaque show tellement c’est recherché---. »   

Celui qui vient de terminer la tournée Britishow incarnera, cet été, le rôle de Phœbus dans Notre Dame de Paris, qui sera de retour au Québec. « Il y a deux ans, pour la tournée 20e anniversaire, j’étais l’alternant. Cette fois-ci, je serai le Phœbus principal. »   


Travis Cormier  

Photo d’archives, Agence QMI

EN ROUTE VERS UN DEUXIÈME ALBUM  

Difficile d’oublier la travismania, déclenchée par le passage de Travis Cormier à La Voix, en 2016. Certes, elle a diminué en intensité après l’émission, mais a connu de nouvelles vagues depuis. La première a balayé le Centre Bell au printemps 2018, alors que le rockeur a été invité à réchauffer la foule avant le concert de Bon Jovi.   

Puis, quelques mois plus tard, elle a été relancée par la parution de Dollars & Hearts, le premier album de Travis Cormier. Au moment d’écrire ces lignes, le protégé d’Éric Lapointe donne les premiers coups de manivelle à une deuxième offre, dont la date de sortie sera annoncée prochainement. Son équipe confirme également au Journal qu’il montera sur scène durant la période estivale à l’occasion de différents festivals.    


Noémie Lorzema  

Photo d’archives

DES ÉTUDES EN CRIMINOLOGIE  

Noémie Lorzema a décidé de faire une pause dans ses études lorsqu’elle a participé à la quatrième saison de La Voix. La jeune femme de 22 ans se prépare à retourner étudier en criminologie à l’Université de Montréal.   

« La Voix a été un levier qui m’a propulsée vers quelque chose que je ne savais pas que j’aimais autant. Je m’étais inscrite sur un coup de tête. J’ai tenté ma chance et ce fut au-delà de mes attentes », a-t-elle relaté lors d’un entretien.   

Noémie Lorzema chante toujours. La protégée d’Ariane Moffat n’a pas enterré totalement ce rêve de faire carrière dans la musique. « Mes études vont me permettre d’avoir un filet si ça ne fonctionne pas. Je vais me retrouver gagnante dans les deux cas », a-t-elle lancé.   

Elle termine son cégep en juin et l’université suivra à l’automne. « J’aimerais travailler auprès des victimes d’actes criminels et surtout auprès des femmes », a-t-elle confié.   

2017 - Saison 5  

Ludovick Bourgeois | Gagnant   

Pierre-Paul Poulin / Le Journal

SUR LES TRACES DE SON PÈRE  

Après que tout le Québec fut tombé sous son charme en 2017, le fils de Patrick Bourgeois, aujourd’hui âgé de 27 ans, a le vent dans les voiles.   

Son premier album, lancé quelques mois à peine après son couronnement à La Voix, lui a permis de faire une tournée d’une centaine de spectacles. Le premier extrait, Desert Song, a été un succès radiophonique.     

Ludovick Bourgeois a lancé il y a quelques semaines son second album, simplement intitulé 2, fruit d’un road trip aux États-Unis avec son fidèle collaborateur, Fred St-Gelais, qui a réalisé ses deux albums et qui l’a épaulé comme auteur-compositeur.   

« Je sens que cet album-là va prouver que j’ai ma place dans l’industrie », confiait-il au Journal récemment.   

  


Frank Williams  

Photo courtoisie, Daniel Caissie

REBONDIR APRÈS UN DEUIL  

« La Voix a tout changé », lance d’entrée de jeu Frank Williams. En entrevue au Journal, le chanteur néo-brunswickois ne cache pas l’impact qu’a eu sa participation à la populaire émission de TVA. Alors protégé d’Isabelle Boulay, il a atteint la finale de l’édition 2017.   

« Avant, je voyais la musique comme un rêve. Mais maintenant, je vois que ça peut devenir une réalité », confie-t-il.   

Cette « réalité », elle est devenue d’autant plus tangible l’automne dernier, avec la parution de Ça s’en vient, un premier album aux accents country et folk. Pour ce projet, il a pu compter sur l’appui de Paul Daraîche, rencontré sur le plateau de La Voix alors qu’il était venu prêter main-forte à Isabelle Boulay à titre de mentor.   

Le géant du country québécois lui signe ainsi deux chansons. En plus de Sur la terre des musiciens, interprétée lors de la grande finale, on peut y entendre La vie sans toi, inspirée de la maladie de son père.   

« Paul Daraîche l’avait d’abord écrite pour la finale de La Voix. Mais comme mon père était aux soins intensifs à l’époque, je n’aurais jamais été capable de la chanter », confie Frank Williams.   

Le chanteur a d’ailleurs dû mettre son rêve en veilleuse quelque temps, après le décès de son père, survenu une semaine après la finale. Il a alors vécu un épisode dépressif qui l’a tenaillé durant trois mois.   

« Je suis allé chercher de l’aide et je m’en suis sorti », précise-t-il.   

Depuis, il a fait de la maladie mentale son cheval de bataille, notamment avec Le Mal de trois mâles. Ce spectacle-conférence, piloté en compagnie de Guy Godin et Marty, vise à normaliser la maladie mentale et effriter les tabous qui l’entourent.   

« Ça peut être très difficile d’avouer qu’on passe un moment difficile, qu’on a un trouble d’anxiété ou de dépression. Mais il faut déstigmatiser ça », plaide-t-il.   


Rebecca Noelle  

Photo courtoisie, Aaron DeSilva

LE RÊVE DE FAIRE CARRIÈRE AUTOUR DU MONDE  

Grâce à sa voix puissante au registre large, l’anglophone Rebecca Noelle s’est faufilée jusqu’en finale de 5e saison de La Voix, en 2017. Elle fait toujours carrière depuis Ottawa, dont elle est originaire, un endroit qui lui permet d’entreprendre des projets tant à Montréal qu’à Toronto ou New York.   

Depuis deux ans, Rebecca Noelle a lancé trois albums au sein de groupes dont elle fait partie, soit le duo électronique The Stellasonic, le groupe motown The Commotions, et le projet pop The PepTides. Avec deux albums solos également à son actif, elle a eu l’occasion de présenter son propre spectacle en Italie et en Afrique du Sud. « Mon plus grand rêve a toujours été d’avoir une carrière qui me ferait voyager autour du monde », confie-t-il au Journal.   

Ces jours-ci, elle se prépare pour le spectacle Decades of Bond, où elle sera entourée de sept instrumentistes pour interpréter les plus grands succès des films de James Bond. La première aura lieu à Ottawa en avril.   

Malgré tous ces projets, Rebecca Noelle confie au Journal que son principal objectif est sa carrière solo en ce moment. Elle revient tout juste de Vancouver, où elle a commencé l’enregistrement de son prochain EP, bilingue, avec le producteur canadien Eric Disero.   

Elle confie qu’elle se sentait hors de sa zone de confort à La Voix. « Le défi de la langue, combiné avec l’atmosphère compétitive, a fait en sorte que j’étais terrifiée plus que je ne l’ai jamais été. Mais je me souviens de l’accueil chaleureux et du [soutien] des coachs, de mes collègues et des fans. [...] Quand je suis tombée en territoire inconnu, les téléspectateurs et producteurs ont reconnu mes efforts et ça m’a profondément touchée. »   


David Marino  

Photo courtoisie

DES ÉTUDES EN ITALIEN  

Avant de participer à l’aventure La Voix, David Marino souhaitait embrasser une carrière artistique. Le jeune crooner de 22 ans poursuit son rêve, mais parallèlement, il fait des études à temps partiel en linguistique à l’Université Concordia.   

« Je suis des cours de danse et de jeu afin de pouvoir participer à des comédies musicales. Je travaille très fort afin de m’améliorer et devenir meilleur. Je prépare ma carrière », a lancé le protégé de Pierre Lapointe, lors d’un entretien téléphonique.    

David Marino est convaincu qu’il fera un jour carrière dans le chant. « C’est la seule chose que j’ai envie de faire. Je ne suis pas pressé. Je suis encore jeune et la vie est belle », a fait remarquer celui qui donne des spectacles à l’occasion, partout au Québec.   

Son meilleur souvenir à La Voix, il l’a vécu lorsqu’il s’est retrouvé sur scène avec la célèbre famille Jackson. « Avoir la possibilité de danser avec la famille Jackson, ce n’est pas quelque chose qui arrive tous les jours », a-t-il lancé.   

2018 - Saison 6  

Yama Laurent | Gagnante  

Photo Agence QMI, Joël Lemay

DE NOUVELLES CHANSONS  

Après avoir lancé un premier album de reprises, sur lequel elle s’appropriait des pièces de Céline Dion, Lara Fabian et Aretha Franklin, entre autres, Yama Laurent écrirait, cette fois-ci, ses propres chansons pour son second album.    

La jeune femme poursuit ses projets musicaux. Elle vient d’ailleurs tout juste d’enregistrer une chanson avec le quatuor vocal QW4RTZ. La pièce paraîtra sur le prochain album du groupe, qui sera lancé le 27 mars.    

Yama Laurent confiait récemment vouloir effectuer un retour aux études, en biologie. On apprenait il y a un an qu’elle était menacée d’expulsion vers son pays d’origine, Haïti, puisque sa demande d’asile avait été rejetée. Le dossier serait toujours en cours d’évaluation, nous dit-on.   


Miriam Baghdassarian  

Photo Chantal Poirier

UN PREMIER ALBUM EN PRÉPARATION  

Véritable bête de scène qui s’est imposée, à 18 ans seulement, jusqu’en finale à La Voix, Miriam Baghdassarian, qui revient d’un voyage en Arménie, son pays d’origine, prépare son premier album.   

Aujourd’hui âgée de 20 ans, la jeune femme est actuellement en tournée avec le spectacle American Story 2 : Les années Woodstock, au moins jusqu’en octobre prochain, aux côtés de Pascal Dufour et Rick Hugues.   

« J’y prends beaucoup, beaucoup d’expérience et ça me garde présente dans l’industrie », commente-t-elle.   

Miriam Baghdassarian revient d’Arménie, où elle a participé à un concours pour représenter son pays d’origine à l’Eurovision. Même si elle n’a pas gagné, elle s’est démarquée avec une chanson originale qu’elle a écrite.   

« J’étais déjà fière d’être dans mon pays, soutient-elle. Ça faisait longtemps que je n’y étais pas allée. L’important, c’est que l’équipe a aimé travailler avec moi et veut me revoir à l’avenir. C’est ce qui compte. »   

Avec son caractère et sa voix redoutable, celle dont la langue maternelle est l’anglais souligne l’importance de faire un premier opus bilingue. Alors qu’elle était plus ou moins à l’aise en français il y a deux ans, elle maîtrise très bien la langue aujourd’hui.     

« Je suis tellement fière d’avoir été acceptée par le public francophone. Je vous fais la promesse qu’il y a de belles choses qui s’en viennent ».   


Yann Brassard  

Photo Stevens LeBlanc

REFUSER UN GROS CONTRAT DE DISQUE  

Le coloré, dansant et sympathique Yann Brassard est en studio ces jours-ci pour nous proposer un EP à saveur pop en 2020. Un premier extrait, Dangereuse, est paru l’automne dernier.   

Auteur-compositeur-interprète, le jeune homme de 26 ans, qui habite à Québec, a consacré les deux dernières années à écrire, composer et trouver la bonne équipe avec qui travailler.   

Après s’être faufilé jusqu’en finale du populaire concours, en tant que protégé d’Alex Nevsky, Yann Brassard s’est vu offrir un contrat avec une importante compagnie de disques québécoise, qu’il a refusé.   

« Ç’a été une grosse décision, a-t-il confié. Ç’a été difficile. J’avais une patte sur le bateau, mais finalement, j’ai décidé de rebrousser chemin. Je n’avais pas le sentiment que j’allais pouvoir m’épanouir, artistiquement parlant. »   

« J’ai fait beaucoup de travail dans l’ombre ces derniers mois, beaucoup de recherches artistiques, ajoute-t-il. Au final, je veux faire quelque chose que je vais être fier de sortir. Je dirais que j’ai pas mal trouvé ma niche. Je ne fais que ça, et j’ai le soutien de mon entourage ».    


Jonathan Freeman  

Photo courtoisie

PRÊT À RELANCER LA MACHINE  

Deux années après son passage à La Voix, Jonathan Freeman avoue se faire encore reconnaître régulièrement partout où il passe. Cette attention, il l’apprécie désormais. Mais elle a tout de même nécessité une certaine période d’adaptation pour le chanteur.   

« L’émission m’a propulsé très rapidement. Les gens ont toujours été très gentils avec moi, mais je n’étais pas préparé à tout ça et ça me faisait peur au début », confie-t-il.   

Le chanteur annonce du même souffle avoir commencé à travailler sur de nouvelles pièces originales. Il a récemment repris en mains les rênes de sa carrière musicale après une période plus difficile. En l’espace de quelques mois, Jonathan Freeman a vécu un incendie, le vol de plusieurs de ses instruments de musique, ainsi que l’hospitalisation de sa mère et de sa sœur. Ces deux dernières vont mieux aujourd’hui, assure-t-il, préférant toutefois éviter le sujet en entrevue.   

Aucune date n’a encore été avancée pour la sortie de ce nouveau projet, mais Jonathan Freeman prévoit offrir un album (ou un EP, il hésite encore) bilingue, aux sonorités « indie rock alternatif ».   

2019 - Saison 7  

Geneviève Jodoin | Gagnante  

Photo d'archives, Jean-Francois Desgagnés

UN SECOND SOUFFLE À SA CARRIÈRE  

Plus récente lauréate de La Voix – et championne la plus âgée de l’histoire de l’émission, à 41 ans –, la fierté de L’Isle-aux-Coudres n’est pas du genre à lambiner.   

Six mois après son triomphe en mai 2019, Geneviève Jodoin proposait déjà un album de chansons originales, J’ai toujours su, concocté avec son amoureux et complice musical, Frédéric Boudreault, dans le confort douillet de leur résidence nichée au cœur du fleuve Saint-Laurent.   

« En ce moment, c’est l’équilibre parfait. Je vis tout ce que j’aime en même temps », a-t-elle confié lors d’un entretien avec Le Journal, en novembre dernier.   

Contrairement à la grande majo­rité des finalistes de La Voix, Geneviève Jodoin ne sortait pas de nulle part. Choriste à Belle et Bum durant sept ans, elle avait déjà enregistré trois albums quand elle a osé se présenter aux auditions à l’aveugle.   

Quand les chaises se sont retournées, une nouvelle star venait d’éclore.    


Colin Moore  

Photo d'archives, Agence QMI

EN STUDIO POUR SON 4e ALBUM  

On se souvient qu’Éric Lapointe avait bloqué Marc Dupré pour l’avoir dans son équipe. Depuis son passage à La Voix en 2019, Colin Moore a partagé la scène à plusieurs reprises avec son coach, notamment au Centre Vidéotron le 31 décembre dernier. De plus, il enregistre son 4e album.   

Le rockeur à la voix rauque avait deux albums, un EP, et quelques tournées à son actif avant que le public québécois tombe sous son charme lors de la dernière saison de La Voix.   

Il confie au Journal qu’actuellement il doit choisir parmi la trentaine de chansons qu’il a en banque pour constituer son 4e opus. Le chanteur anglophone promet d’en intégrer une ou deux dans la langue de Molière.   

Même s’il garde le cap sur sa carrière musicale, Colin Moore occupe toujours un emploi durant le jour dans le domaine de la construction. Ça ne l’empêche pas d’être en tournée actuellement avec un spectacle dont la formule varie : solo, duo ou avec plusieurs musiciens.   

Il sera, entre autres, le 23 avril au Théâtre Petit Champlain à Québec, et participera à certains festivals cet été.   

« Je suis chanceux, mon boss me laisse faire », confie-t-il au Journal.   


Rafaëlle Roy  

Photo d'archives, Agence QMI

BIENTÔT UNE PREMIÈRE CHANSON  

Bonne nouvelle pour les fans de Rafaëlle Roy : à peine un an après son passage à La Voix, la protégée de Marc Dupré est déjà en studio en vue d’un premier album. Un extrait, nous dit-on, devrait être lancé prochainement.   

D’ici là, les fans peuvent toujours se rabattre sur les reprises que la chanteuse publie ponctuellement sur ses réseaux sociaux. Dans les derniers mois, on l’a entendue prêter sa voix à, entre autres, Remember Us This Way (Lady Gaga), Last Christmas (Wham!) et Hey There Delilah (Plain White T’s), ces deux derniers titres revisités, respectivement, en duo avec Polina Grace et Olivier Couture (connus grâce à Occupation double).   


Vincent Chouinard  

Photo d'archives, Agence QMI

ENTRE LA PHYSIQUE ET LA MUSIQUE  

Étudiant en physique et originaire de Beauport, Vincent Chouinard s’est entre autres fait remarquer à La Voix par ses touchantes interprétations de Tu m’aimes-tu ?, de Richard Desjardins, et Une chance qu’on s’a, de Jean-Pierre Ferland.   

Avec son aisance au piano – il a commencé à étudier l’instrument à 14 ans – Vincent Chouinard s’est taillé une place de choix dans l’équipe d’Alex Nevsky, l’an dernier.   

Malheureusement, Le Journal n’a pas réussi à joindre le jeune homme. Il confiait, l’an dernier, ne pas être certain de vouloir confier toute sa vie à la musique, du moins, à long terme. Il confiait également poursuivre ses études en physique, un domaine qui le passionne autant que la musique.