/opinion/columnists
Navigation

Le chevreuil

GEN - VISITE DE JUSTIN TRUDEAU
Photo Martin Alarie Justin Trudeau.

Coup d'oeil sur cet article

C’est dans la crise qu’on reconnaît un vrai chef, dit-on.  

Dans le cas de Justin Trudeau, pas besoin de crise, on savait déjà.  

Ce n’est pas un chef, c’est un acteur qui joue le rôle d’un chef.  

Action  

Au Canada, il n’y a pas un système unique de santé, mais dix systèmes provinciaux.  

François Legault assume donc ses responsabilités.  

  • ÉCOUTEZ la chronique de Joseph Facal à l'émission Politiquement incorrect sur QUB Radio:

Il demande aux Québécois d’éviter tout déplacement non essentiel à l’étranger, et impose des mesures concrètes et sévères chez nous.  

Si les systèmes de santé sont, pour l’essentiel, provinciaux, que peut faire Ottawa pour aider ?  

Mieux contrôler nos frontières, évidemment, pour freiner l’entrée de gens infectés.  

Mais non, pendant que Legault et les siens se démènent, Ottawa laisse des étrangers entrer librement et se promener à leur guise.  

On suspend les vols vers la Chine, mais les avions chinois peuvent atterrir ici.   

Expliquez-moi quelqu’un...  

Jusqu’à hier midi, les voyageurs qui rentraient au pays se disaient renversés par l’absence de contrôles à leur arrivée.  

La veille, le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, avait pourtant déclaré : « Nous avons mis en place des mesures de dépistage renforcées ».  

Le seul changement notable était qu’on donnait des consignes d’isolement uniquement aux voyageurs arrivant d’Italie, d’Iran et de Hubei, une province chinoise.  

Après que François Legault s’est senti obligé, hier, de hausser le ton face à son homologue fédéral, quelle fut la réponse de Justin Trudeau dans son point de presse immédiatement après ?  

On y travaille, on verra.  

Il a évoqué un resserrement des mesures à l’accueil et une concentration des arrivées dans certains aéroports.  

Quelles mesures ? Quels aéroports ?  

On y travaille, on verra.  

Le flou total, sauf pour l’annulation des croisières.  

Sur la base de quels critères agirez-vous ? lui demanda un journaliste.  

Nous ferons confiance aux experts, fut la réponse.  

Il a cependant commencé par nous parler de l’état de santé de son épouse et du sien.  

Il a aussi dit qu’il avait beaucoup jasé au téléphone avec des dirigeants d’autres pays. Ça rassure, hein ?  

À vrai dire, le contraste avec la conférence de presse de M. Legault et de son équipe était hallucinant.  

D’un côté, on agit, on donne un maximum de précisions, on annonce des décisions importantes et claires, on montre de l’empathie.  

De l’autre, on nous sert une enfilade de phrases vaporeuses, véritable marque de commerce du gouvernement Trudeau, et on commence par parler de soi-même.  

Je rappelle que l’OMS estime que de 30 à 70 % de la population mondiale sera contaminée.  

Présent  

Je suis de mauvaise foi, diront certains.  

Avant les paroles creuses d’hier, Justin avait agi : il avait créé un comité de coordination, dont fait partie... Mélanie Joly.  

Puissant, hein ?  

Legault a retenu la leçon de Lucien Bouchard pendant la crise du verglas de 1998, infiniment moins grave : rassurer en étant transparent, précis, présent, proche de son monde.  

Justin Trudeau, lui, fait penser à un chevreuil tétanisé par le camion qui arrive.  

Le Canada est gouverné par Bambi.  

VOYEZ LE POINT DE PRESSE DE JUSTIN TRUDEAU