/investigations
Navigation

Qui seront les gagnants et les perdants de la COVID-19 à la Bourse

Privilégiez les titres «pour rester à la maison», recommandent des experts

US-ECONOMY-NYSE
Photo AFP Les marchés boursiers ont connu une semaine rocambolesque et très difficile en enregistrant jeudi des pertes historiques.

Coup d'oeil sur cet article

Les marchés boursiers ont connu une de leurs pires semaines depuis des décennies en raison de la panique entourant la propagation de la COVID-19. Dans les prochaines semaines, des titres pourraient rebondir alors que d’autres risquent bien de s’enfoncer, selon des experts consultés hier par Le Journal. 

• À lire aussi: Les 24 stratégies de Québec pour sauver le plus de vies

• À lire aussi: Une épidémie incontrôlable? Pas vraiment

Les marchés ont planté de manière quasi générale jeudi avant de rebondir de façon presque tout aussi unanime hier. 

C’est un comportement typique d’un marché en proie à l’irrationalité, selon Marc L’Écuyer, gestionnaire de portefeuille chez Cote 100. À mesure que l’on prendra la mesure de l’ampleur et des conséquences réelles de la pandémie, voici quelles entreprises pourraient émerger comme les gagnantes et les perdantes de la crise. 

LES GAGNANTS 

Les fournisseurs de divertissement à la maison 

Alors qu’on demande de plus en plus aux gens de rester à la maison, des titres de producteurs de contenu distribué à domicile comme Netflix devraient en profiter. Les Américains appellent ces titres les actions « reste à la maison » (stay at home stocks). Stéphane Gagnon, de la Financière Banque Nationale, dit aussi aimer le titre de Disney, qui offre de plus en plus son contenu directement sur internet.  

Les grandes entreprises peu endettées 

Le conglomérat du milliardaire américain bien connu Warren Buffett dispose actuellement de liquidités totalisant 128 milliards de dollars américains. Il pourrait mettre à profit cet argent alors que les marchés ont chuté de près de 30 % par rapport à leur sommet. La compagnie Apple est aussi assise sur une montagne d’argent, selon M. Gagnon. Elle commencerait déjà à se relever du pire de la crise de la COVID-19 en Asie. 

Les fournisseurs de biens essentiels 

Les épiciers et géants du détail comme Metro, Loblaws et Costco profitent du fait que les gens accumulent des provisions de toutes sortes et évitent de sortir de la maison, selon Yan Furic, gestionnaire de portefeuille à la Financière des professionnels. 

LES PERDANTS 

Les transporteurs aériens 

Eddy Chandonnet, de la firme Médici Gestion de Portefeuille Stratégique, estime qu’il faudra beaucoup de temps avant que les transporteurs aériens se relèvent de la crise. « On se demande s’il n’y aura pas un effet à plus long terme », dit-il. À titre d’exemple, l’action d’Air Canada est en recul de 47 % depuis le début de l’année.  

Les entreprises de tourisme 

Les hôtels et les croisiéristes devraient souffrir des consignes pour éviter la propagation du virus. « Quand on annule un voyage, en général on ne le reprend pas, donc c’est une perte sèche », commente Yan Furic. 

Les producteurs de pétrole 

Les producteurs de pétrole ont déjà été affectés la semaine passée par la guerre commerciale que se livrent la Russie et l’Arabie saoudite.  

Le ralentissement de l’économie et la réduction des déplacements automobiles risquent de faire encore plus mal, selon Sébastien Van Berkom, de Van Berkom et Associés. 

DES TITRES POUR « RESTER À LA MAISON » HIER 

COSTCO    

  • + 7,9 %  

NETFLIX   

  • + 6,7 %  

METRO   

  • + 11,1 %  

DISNEY  

  •  + 10,5 %