/opinion/blogs/columnists
Navigation

L’homme d’État et l’hurluberlu

François Legault est à la hauteur de la crise

L’homme d’État et l’hurluberlu
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

«Mon premier ministre». C’est en empruntant cette formule de Jacques Parizeau, qui désignait ainsi Robert Bourassa au moment de l’échec de l’Accord du lac Meech, que cette semaine, j’ai parlé de François Legault. Dans la situation présente, absolument inédite à l’échelle des dernières décennies, il s'impose comme un homme d’État excellant dans l’art du gouvernement en temps houleux. J'ai tendance à croire que ce sentiment est transpartisan. François Legault a vite pris les choses en main, il ne tergiverse pas, il sait décider, et manifestement, ses décisions sont éclairées, à la lumière des connaissances disponibles sur une situation toujours mouvante.  

Cela ne veut pas dire que nous ne serons pas frappés brusquement par l’épidémie, évidemment, et que le Québec ne sera pas sévèrement secoué. À certains moments, nous aurons l'impression d'être absolument débordés. L'épidémie se présente sous le visage de l'immaîtrisable. Mais nous faisons collectivement du mieux que nous pouvons pour encaisser le choc et traverser l’épreuve. L’État joue son rôle. Il y a un capitaine dans la tempête. Évidemment, il y aura des erreurs, et il faudra les souligner. La politique n'est pas une science exacte et les experts, trop souvent, se contredisent. Il importe alors d'avoir un premier ministre avec un bon jugement, une bonne intuition, une vraie capacité de discernement et une capacité de trancher. 

Dans les circonstances, nous sentons que François Legault comprend que la fonction première du politique consiste à protéger les siens, et que cela implique, en temps et lieux, de reconnaître une situation exceptionnelle, de la cerner adéquatement et de savoir s’y adapter. Tel est le sens de l’état d’urgence décrété par notre gouvernement. Les mesures semblent drastiques: elles sont en fait nécessaires et permettent d’éviter que la société ne soit d’un coup prise de panique. Mieux vaut agir plus tôt que trop tard. Évidemment, la foule quelquefois s'emportera et la gestion gouvernementale n'empêche pas les abrutis de se comporter en abrutis. Mais les pouvoirs publics font ce qu’ils peuvent pour les empêcher de nuire. 

Il y a quelque chose chose de beau, par ailleurs, à voir les Québécois faire bloc dans la crise. On se dit seulement, en le regrettant, que dans un pays normal, notre premier ministre ne serait pas pris à demander au gouvernement fédéral d’appliquer d’urgence les mesures qui relèvent de ses juridictions et qui échappent à celles de notre État national. Il y a quelque chose d’insensé à devoir demander à un pallier de gouvernement étranger de nous protéger quand on pourrait parfaitement le faire par nous-mêmes.  

*** 

À Ottawa, c’est l’inverse. L’hurluberlu en chef qui n’en finit plus de nous démontrer qu’il n’est pas fait pour être premier ministre s’est transformé en calamité. Justin Trudeau nous fait honte. Et surtout, il nous fait peur. Est-ce par légèreté intellectuelle qu’il tarde à prendre les mesures nécessaires pour protéger le pays? Ou est-ce par idéologie? Les reportages qui s’accumulent sur la gestion des aéroports canadiens sont non seulement consternants, mais affolants. Pour dire les choses en euphémisant, les exigences de sécurité sanitaire ne semblent toujours pas respectées.  

Que se passe-t-il? Justin Trudeau continue-t-il de croire que les frontières protègent moins les peuples qu’elles ne les étouffent? Craint-il de restreindre exagérément les droits et libertés en imposant un contrôle sanitaire serré à ceux qui viennent ou reviennent de l’étranger? Juge-t-il scandaleuse la simple possibilité de fermer les frontières? Ceux qui disent que le virus ne connait pas les frontières s’enfargent dans leurs métaphores mondialisées. Les porteurs du virus ont un passeport, et dans les circonstances, le resserrement du contrôle des frontières permet de limiter l’entrée d’individus contaminés au pays. Si le simple rappel du bon sens ne risquait pas de valoir à celui qui s’y risque une réputation de réactionnaires, nous pourrions éviter de perdre un temps précieux. 

Chose certaine, il suffit qu’une crise frappe le Canada pour que Justin Trudeau s’évapore. Aujourd’hui, nous ne l’apercevons plus qu’à l’état gazeux. Le minaudeur d’Ottawa contribue à l'inquiétude générale. La politique, quoi qu’on en pense, a une forte dimension symbolique: elle ne relève pas que de la gestion du matériel mais aussi des représentations collectives. Et quand la vie des uns et des autres est compromise d’une manière ou d’une autre, quand apparait la possibilité d’un dysfonctionnement social majeur, elle doit savoir contenir et calmer les peurs primitives qui remontent à la surface de la cité. il faut pour cela savoir que la bête humaine est capable du meilleur et du pire, et qu'elle a besoin d'autorité quand l'histoire redevient tragique. 

Une crise comme celle-là révèle la nature des hommes. Pour le meilleur et pour le pire. François Legault est notre chef national et Justin Trudeau n’est qu’un esthète.