/auto/reviews
Navigation

Un incontournable

auto
Photo courtoisie, Mazda

Coup d'oeil sur cet article

Pourquoi changer une recette lorsqu’elle est bonne ? Voilà la logique derrière le CX-5 de Mazda, un utilitaire compact de bonne taille proposé en plusieurs versions conçues pour satisfaire les besoins d’un grand éventail d’acheteurs.  

Depuis son arrivée sur notre marché, en février 2012, le Mazda CX-5 s’est hissé au sommet du palmarès pour y rester. Parmi la vingtaine d’utilitaires compacts qui nous sont offerts actuellement, il se maintient aujourd’hui encore parmi les dix modèles les plus populaires. En 2019, il a d’ailleurs devancé largement le Volkswagen Tiguan tout en talonnant le Hyundai Tucson au chapitre des ventes.   

Pour rester attrayant aussi longtemps auprès d’acheteurs sollicités par une foule de constructeurs, à commencer par Toyota (RAV4), Honda (CR-V) et Ford (Escape), qui offrent les trois modèles favoris de ce créneau, Mazda a dû doter le CX-5 de qualités indéniables et améliorer régulièrement son offre. 

Le constructeur de Hiroshima offre donc une gamme diversifiée de versions à deux et à quatre roues motrices, quatre niveaux de dotation, deux motorisations performantes et une échelle de prix attrayante allant d’un peu moins de 30 000 $ à un peu plus de 40 000 $. 

Ces quatre niveaux de dotation du CX-5 sont désignés par les appellations GX, GS, GT et Signature. Cette dernière, la plus luxueuse du lot, est d’ailleurs une nouveauté très luxueuse introduite en 2019 (cuir Nappa, garnitures de bois Abachi, etc.). À l’opposé, on retrouve les versions d’entrée de gamme GX (la plus abordable) et GS qui sont toutes deux sont livrées avec deux roues motrices (avant). La transmission intégrale qui figure parmi la dotation de série des versions GT et Signature figure cependant parmi les équipements optionnels offerts pour ces deux versions d’entrée de gamme. Elle ajoute 2 000 $ à leur prix.  

Le CX-5 a un profil très élégant.
Photo courtoisie, Mazda
Le CX-5 a un profil très élégant.

UN MOTEUR EN TROIS VERSIONS  

Sous le capot de chacune de ces versions, on retrouve un 4-cylindres Skyactiv-G de 2,5 L. Le moteur atmosphérique de 2,0 L qui figurait auparavant au catalogue de cet utilitaire a tiré sa révérence avec l’arrivée des modèles 2019, tout comme la boîte de vitesses manuelle à 6 rapports. Comme plusieurs autres constructeurs, Mazda n’offre plus pour ce véhicule qu’une boîte automatique Skyactiv-Drive à 6 rapports avec mode de sélection manuelle des rapports. Elle constitue d’ailleurs un choix parfaitement logique. Cette boîte automatique souple et discrète procure un rendement écoénergétique comparable à l’ancienne boîte manuelle ! Voilà pourquoi il est désormais difficile de justifier les pleurs de ces nostalgiques, de plus en plus rares, qui réclament une manuelle aujourd’hui encore. 

auto
Photo courtoisie, Mazda

Désormais universelle au sein de la gamme, cette boîte automatique ne constitue pas le seul changement apporté aux motorisations de cet utilitaire. Depuis l’an dernier, la version atmosphérique du moteur de 2,5 L destinée aux CX-5 GS et GT est dotée d’un variateur de cylindrée. Exclusif à cet utilitaire compact dans le marché nord-américain, ce dispositif permet de désactiver deux cylindres de façon imperceptible lorsqu’on roule à vitesse constante. Le 4-cylindres devient alors un bicylindre moins énergivore. Selon Mazda, la désactivation des cylindres serait plus efficace à basse vitesse, donc lorsqu’on se déplace en milieux urbains. À une vitesse constante de 40 km/h, par exemple, il réduirait la consommation de carburant d’environ 20 %, alors qu’à 80 km/h, la diminution se chiffrerait atteindrait environ 5 %. Quoi qu’il en soit, si l’on se fie aux chiffres publiés par le site ÉnerGuide de Ressources naturelles Canada, cette technologie permettrait de réduire la consommation moyenne de cet utilitaire d’environ 3 % comparativement à la consommation du moteur du CX-5 GX, qui n’a pas de variateur de cylindrée. Cette réduction bénéficie, par ailleurs, aux versions à deux et à quatre roues motrices.  

auto
Photo courtoisie, Mazda

VIGOUREUX TURBO 

Pour suivre les tendances de l’industrie, l’an dernier Mazda a lancé une variante suralimentée de ce moteur de 2,5 L. Ce 4-cylindres à turbocompresseur, qui est l’apanage du CX-5 Signature, lui procure de 40 à 63 ch additionnels selon qu’on utilise du carburant régulier ou super. Il produit aussi plus de couple. Comparativement aux 187 ch du 4-cylindres atmosphérique, une puissance tout de même honorable, le moteur turbo procure au CX-5 une vivacité qu’on ne lui aurait pas prêtée auparavant. En chiffre, cela se traduit par une accélération de 0 à 100 km/h réalisée en 6,5 s plutôt que 8,5; de quoi vous rappeler l’ancien slogan de Mazda : Vroum, Vroum ! Précisons, par ailleurs, que ce moteur suralimenté figure parmi les options offertes pour le CX-5 GT; un petit bijou qui ajoute 2 000 $ au prix de cette version. 

Construit au Japon, l’élégant CX-5 a un habitacle transformable spacieux, malgré les dimensions réduites de sa carrosserie. Quatre adultes y trouvent le confort nécessaire pour rendre les longs périples agréables. On aime aussi l’assemblage soigné, la qualité des matériaux utilisés et l’excellente insonorisation de l’habitacle. Les versions 2020 du CX-5 ont d’ailleurs des matériaux améliorés entre la garniture du pavillon et la carrosserie, qui ont permis de rehausser l’insonorisation. Si bien, qu’au volant de cet utilitaire, on se croirait à bord d’un véhicule orné de l’étoile à trois branches de Mercedes-Benz !  

Le coffre transformable du CX-5 
a une ouverture ample et une 
banquette à dossiers 40/20/40 
qui le rend polyvalent.
Photo courtoisie, Mazda
Le coffre transformable du CX-5 a une ouverture ample et une banquette à dossiers 40/20/40 qui le rend polyvalent.

Les cotes de volume utile du coffre sont légèrement en deçà de celles d’un RAV4 ou d’un CR-V, deux modèles rivaux qui surpassent à ce chapitre tous les utilitaires de cette catégorie. Cela n’empêche toutefois pas le CX-5 d’être pratique et polyvalent. Un coup d’œil au coffre suffit pour s’en convaincre. 

Notons, enfin, que cet utilitaire a une servodirection bien calibrée, des freins puissants et faciles à moduler, de même qu’une suspension qui masque efficacement les défauts du revêtement sans imposer une mollesse désagréable. Le roulement des versions GT et Signature, qui ont des pneus de 19 po, est un peu ferme. Les pneus de 17 po des modèles GX et GS à flancs moins rigides rendent naturellement le roulement plus doux. 

BONNE DOTATION 

En outre, la dotation de série est particulièrement complète. Elle comprend, entre autres, les systèmes CarPlay d’Apple et Android Auto, des commandes Bluetooth sur le volant, un filtre à pollen, un démarreur à bouton-poussoir, des sièges baquets chauffants, une banquette arrière à dossiers rabattables 40/20/40 et trois systèmes d’aide à la conduite utiles : un système d’aide au freinage en ville, un système de surveillance des angles morts et un système d’alerte de trafic transversal arrière. De quoi rendre la version GX d’entrée de gamme très désirable.  

En somme, le CX-5 ne manque pas d’arguments valables pour justifier sa popularité. Pas surprenant qu’il se soit maintenu si longtemps parmi les utilitaires compacts favoris des Canadiens. 

FICHE TECHNIQUE 

Prix de base  

27 950 $ (GS 2RM); 29 950 $ (GS 4RM); 30 950 $ (GS 2RM); 32 950 $ (GS 4RM); 34 450 $ (GS Confort 4RM); 37 650 $ (GT 4RM); 41 900 $ (Signature 4RM). 

Transport et préparation   

  • 1 950 $  

Groupe motopropulseur 

(1) L4 atmosphérique DACT 2,5 L; 187 ch à 6000 tr/min, 186 lb-pi à 4000-6500 tr/min; (2) L4 turbo DACT 2,5 L; 227-250 ch à 5 000 tr/min, 310 lb-pi à 5000 tr/min. Boîte de vitesses automatique à 6 rapports. Roues avant motrices ou transmission intégrale. 

Particularités  

Suspension indépendante aux quatre roues. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série. Pneus : P225/65R17 (GX et GS); P225/55R19 (GT et Signature). 

Cotes  

Empattement : 2 698 mm; longueur : 4550 mm; largeur : 1842 mm; hauteur : 1680-1681 mm. Poids : 1559-1734 kg. Volume du coffre : 875-1687 L. Capacité de remorquage : 907 kg (2 000 lb). Volume du réservoir : 56 L. Consommation moyenne (GS 4RM; ÉnerGuide) : 9,0 L/100 km. 

Concurrence   

  • Buick Envision  
  • Chevrolet Equinox  
  • Dodge Journey  
  • Ford Escape  
  • GMC Terrain  
  • Honda CR-V  
  • Hyundai Tuscon  
  • Jeep Cherokee  
  • Kia Niro  
  • Kia Sportage  
  • Mitsubishi Outlander  
  • Nissan Qashqai  
  • Nissan Rogue  
  • Subaru Forester  
  • Toyota RAV4 
  • Volkswagen Tiguan   

Points forts   

  • Motorisations performantes 
  • Roulement doux (roues 17 po) 
  • Coffre pratique 

Points faibles  

  • Visibilité arrière réduite 
  • Consommation (turbo)  

COTES DE L’AUTEUR  

  • Cote d’ensemble: 8/10 
  • Consommation: 8/10 
  • Équipement: 8/10 
  • Prix: 7/10 
  • Apparence: 8/10 
  • Confort à l’avant: 8/10 
  • Confort à l’arrière: 8/10 
  • Comportement: 8/10 
  • Performance: 8/10 
  • Rangement: 8/10  

100 ans déjà ! 

Mazda R360 1960.
Photo courtoisie, Mazda
Mazda R360 1960.

Il y a 100 ans, l’industriel japonais Jujiro Matsuda prend la direction de la Toyo Cork Kogyo, une entreprise spécialisée dans les produits de substitution du liège. L’année suivante, il se lance dans la production de machines-outils, une réorientation qui mènera plus tard cette entreprise à la fabrication d’automobiles.  

Le prototype d’une auto compacte voit le jour en 1940, mais la Seconde Guerre mondiale entrave sa production. Au lendemain du conflit armé, le constructeur entreprend plutôt la fabrication de véhicules commerciaux à trois roues. 

Lancée en mai 1960, la Mazda R360 est sa première automobile de série. Elle ouvre la voie à la gamme diversifiée d’autos et de camions légers qu’on connaît aujourd’hui. 

L’entreprise, qui adopte le nom Mazda en 1984, est également associée de près au développement du moteur rotatif depuis le début des années 60. Cette technologie a d’ailleurs ouvert la voie à l’expérimentation des piles à hydrogène. Mais avec le nouveau MX-30, c’est le tout électrique à batterie qu’on découvrira bientôt. 

Un nouveau moteur et plus de puissance pour le Chevrolet Express 

Pour 2021, General Motors propose un nouveau moteur plus puissant pour le Chevrolet Express. En effet, ce dernier pourra être livré avec le moteur V8 à essence de 6,6 L. Il viendra remplacer le V8 de 6,0 L au sein du catalogue. La puissance et le couple se chiffrent respectivement à 401 chevaux-vapeur et 464 livres-pied.